Magazine Cinéma

Sur le chemin de l'école - Critique

Par Nopopcorn
Sur le chemin de l'école - Critique4.00 sur 50 basé sur 1 votants.

Sur-Le-Chemin-De-L-Ecole-Banner-1280px

Une belle leçon de vie !

Malgré la distance et les obstacles, Zahira, Jackson, Carlos et Samuel venus des quatre coins du globe, se lancent un défi jusque jour: Aller à l'école pour assouvir leur soif d'apprendre.
Sur-le-chemin-de-l-ecole-Photo-01Le(s) plus

L'école est un moyen pour prendre sa vie en main et les enfants suivit par Pascal Plisson pour son documentaire Sur le chemin de l'école, l'ont compris.
Encouragés par leurs familles, ces enfants bravent les obstacles pour assouvir leur soif d'apprendre.

Jackson, un petit garçon de 11 ans, en plus de faire tous les jours 15 kilomètres avec sa sœur pour aller à l'école, est bien plus débrouillard que certains adultes. Ensemble, ils traversent la savane du Kenya en prenant en compte les dangers qu'elle réserve.
Zahira, fait 22 km avec deux de ses amies toutes les semaines pour traverser l'Atlas marocain avant d'arriver à l'école.
Carlos, parcours 18km tous les jours à cheval, accompagné de sa petite sœur à travers les plaines de la Patagonie.
En Inde, Samuel fait 4 km avec l'aide de ses frères sur son fauteuil roulant bricolé.
Ces quatre enfants sont attachants et c'est beau de voir ces petits qui n'ont qu'une seule hâte : "Aller à l'école".
De plus ils sont très souriant, principalement Jackson et sa sœur du Kenya, qui sont toujours en train de chanter. On s'attache très vite à eux.

En plus de voir ces enfants heureux de retourner à l'école, une des scènes les plus belles est celle quand on voit la classe de Jackson en plein vacarme, qui s'arrête dès que le professeur entre dans la salle de cours et que tous les élèves se mettent à le saluer.
A noter également que la bande originale du film est vraiment très belle et que la musique s'accorde parfaitement avec les images.

Sur-le-chemin-de-l-ecole-Photo-02

Au final, alors que nous rencontrons au quotidien des enfants qui font des caprices pour ne pas aller à l'école, Pascal Plisson avec son documentaire Sur le chemin de l'école nous propose de rencontrer Jackson, Zahira, Carlos et Samuel venus des quatre coins du monde, qui eux n'attendent qu'une chose : "le retour à l'école".
Ces enfants ont bien du courage pour parcourir tous ces kilomètres, sur des chemins pour certains presque impraticables, pour aller à l'école. Mais leur enthousiasme les motive et c'est une belle leçon de vie.

Le(s) moins

Le documentaire Sur le chemin de l'école est un très beau film, qui fait relativiser, seulement il y a trop de passages qui donnent l'impression d'avoir été mis en scène, la caméra se retrouvent trop facilement au bon endroit au bon moment et ça chasse le naturel que l'on peut retrouver habituellement dans les documentaires.

Sur-le-chemin-de-l-ecole-Photo-03
Conclusion

Malgré parfois un aspect plus film que documentaire, Sur le chemin de l'école est une très belle histoire qui peut donner à réfléchir alors que nous avons tendance à nous plaindre pour pas grand-chose.
Au final, ces enfants attachants nous donnent une belle leçon de vie.

Ma note : 8/10


Sur-le-chemin-de-l-ecole-Affiche-France

Sur le chemin de l'école

Réalisé par: Pascal Plisson.
Avec: acteurs inconnus.
Genre: Documentaire.
Nationalité: Français.
Distributeur: The Walt Disney Company France.
Durée: 1h17min.
Date de sortie: 25 septembre 2013.

Synopsis : "Ces enfants vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d'apprendre. Ils ont compris que seule l'instruction leur permettra d'améliorer leur vie, et c'est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.
Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages...
Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l'Atlas marocain, et c'est une journée de marche exténuante qui l'attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies...
Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu'il doit accomplir sont une épreuve parce qu'il n'a pas l'usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d'une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu'à l'école...
C'est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps..."

  • Bande annonce

  • Les Anecdotes !


    L'idée de ce documentaire vient d'une expérience du réalisateur, Pascal Plisson, alors qu'il se trouvait là pour un autre projet en Afrique : "J'ai habité plu­sieurs années au Kenya où je fil­mais pour National Geographic, la BBC, Canal+, et un jour en fai­sant un repé­rage près du lac Magadi, je tombe sur un groupe de trois jeunes guer­riers Massaï, qui n'avaient pas de lances, mais de petites sacoches en toile de jute. Ils cou­raient depuis l'aube depuis une heure et demi sous une cha­leur ter­rible, et ils n'étaient encore qu'à la moi­tié du che­min, pour aller à l'école. (...) Ils m'ont expli­qué qu'ils sou­hai­taient chan­ger de vie, qu'ils ne vou­laient plus être guer­riers, et qu'ils vou­laient aller à l'école. Cette ren­contre extra­or­di­naire a été pour moi le déclic. Lors de mes voyages, j'ai croisé ensuite d'autres enfants, avec des petits car­tables, sou­vent pieds nus, fai­sant aussi des kilo­mètres dans la forêt, dans la savane. J'ai décidé de faire un film sur ces gamins du bout du monde qui sont prêts à tout pour aller à l'école."

    Passionné d'Afrique, Pascal Plisson a passé plus de 15 ans à voyager à travers le continent pour ses documentaires animaliers. Il réalise son premier long-métrage en 2004, un documentaire sur les nomades de l'Afrique de l'Est, Massaï, les guerriers de la pluie. Ses connaissances sur le terrain l'ont, d'ailleurs, amené à travailler sur le scénario du film Safari d'Olivier Baroux en 2009.

    Le réalisateur et le producteur ont recruté les enfants sur deux critères : leur âge (entre 7 et 12 ans) et la distance qui les sépare chaque jour de leur école (pas moins de 10 kilomètres) : "Nous avons cherché des enfants qui non seulement se battent pour aller à l'école, mais qui en plus ont la lucidité de leur situation et se rendent compte que leur démarche est essentielle pour leur avenir. Il existe beaucoup d'enfants qui ne sont pas scolarisés pour le savoir qu'ils peuvent acquérir - parfois, l'école représente surtout leur seule chance d'avoir un repas par jour."

    Jean-François Camilleri, le président-directeur général de Walt Disney Company France, s'est engagé personnellement sur le projet et a permis de lancer le processus de production du documentaire.

    Le bon équilibre des choix musicaux a été difficile à harmoniser pour le réalisateur, celui-ci souhaitant qu'ils puissent se fondre et s'allier aux histoires du documentaire : "La musique ethnique pouvait nous rapprocher des personnages et de leur culture mais nous aurait emmené vers un film de voyage et la couleur locale nous aurait fait perdre l'universalité des sentiments que nous voulions transmettre. Laurent Ferlet, à qui j'ai fait appel pour composer la musique a réussi, en utilisant des cordes d'orchestres et des instruments ethniques, à définir une couleur musicale qui nous permet de relier une histoire à l'autre."

    Si dans Sur le chemin de l'école, nous nous retrouvons avec Zahira, Jackson, Carlos et Samuel, il a été longtemps envisagé de tourner avec un cinquième enfant dans un autre pays. C'est pour éviter "l'effet catalogue touristique" que le documentaire s'est limité à quatre histoires.

    Avant même la réalisation du projet, l'initiative de Pascal Plisson a permis d'améliorer le quotidien d'enfants Chinois. Alors qu'il se trouvait sur place, lors d'un festival chinois, il en a profité pour partir en repérage et a rapidement trouvé l'histoire d'un enfant particulièrement intéressante. Cependant, alors qu'il prévoyait de suivre le parcours de cet écolier, la situation s'est miraculeusement corrigée : "En Chine, les choses ont changé dès que l'on a dit que le sujet nous intéressait, car pour les Chinois, il n'existe officiellement aucun problème d'accès à l'éducation et le fait même de faire ce film impliquait qu'il pouvait y en avoir. C'était inacceptable pour eux. En quinze jours, ils ont sécurisé le parcours des enfants, ce dont on ne peut que se réjouir ! Le chemin parcouru ne s'inscrivait alors plus dans le sujet du film."

    Adepte des documentaires animaliers et des commentaires qui vont avec, Pascal Plisson avait, un temps, songé à incorporer une voix-off qui couvrirait l'ensemble du film. Une idée vite abandonnée lors du dérushage des séquences : "Quand on s'est aperçus que ce que disaient les enfants était hallucinant, que le film tenait avec leurs propos et leurs voix, j'ai demandé à retirer la voix-off pour les laisser vivre."

    Le tournage s'est étalé de février à octobre 2012 et, pour ne pas trop interférer dans la vie de ces enfants et de leurs camarades, les membres de l'équipe de tournage ne restaient pas plus de douze jours sur place. L'équipe technique n'était composée que du réalisateur, du chef opérateur et de l'ingénieur du son, ainsi que d'une petite équipe de six personnes pour la régie.

    Pascal Plisson n'a pas simplement fait un film, pour lui, il s'agit davantage d'une aventure humaine à travers ces enfants qui lui ont offert une leçon de vie : "Il est impossible de s'immerger dans ce genre de projet et d'en ressortir comme si rien ne s'était passé, en laissant les gens là où on les a rencontrés. Je vois toujours les enfants. J'entretiens une relation avec eux qui est très forte. Ça me fait quatre enfants en plus ! De toute façon, on ne peut pas faire un film comme ça sans en sortir indemne."

    Depuis la fin du tournage, le réalisateur n'a pas oublié son engagement et a ainsi aidé les écoles qui lui ont fait confiance, en fournissant divers fournitures scolaires et même des bibliothèques pour les élèves. Il a également continué de voir Zahira, Jackson, Carlos et Samuel : "J'ai changé Jackson d'école pour qu'il apprenne mieux. Je lui ai trouvé un parrain qui s'occupe de sa scolarité et de celle de sa soeur parce qu'il n'était pas question de les séparer (...). J'ai trouvé aussi un parrain à Samuel, qui leur construit une maison. Je le suis médicalement, on lui a trouvé un vrai fauteuil... Les besoins de Carlos et de Zahira sont différents, et nous avons travaillé avec les écoles ou les associations qui les appuient, comme Aide et Action."

Et vous qu'avez-vous pensé du film Sur le chemin de l'école ?

Notez le film et donnez-nous votre avis !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Critique: Diplomatie

    Titre: Diplomatie Réalisateur: Volker Schlondorff  Acteurs: Andre Dussollier, Niels Arestrup ... Le consul suédois Nordling tente de sauver Paris de la... Lire la suite

    Le 20 mars 2014 par   Robin210998
    CINÉMA, CULTURE
  • Free Fall, critique

    Écrit par Chloé le 18 mar 2014 dans Actualité de la critique | Aucune réponse. Plus belle sera la chute. C’est une histoire presque banale. Lire la suite

    Le 18 mars 2014 par   Cinematon
    CINÉMA, CULTURE
  • Her - Critique

    Une love story 2.0 dans la réalité augmentée entre deux êtres singuliers...Her, c'est Samantha (Scarlett Johansson), intelligence artificielle capable... Lire la suite

    Le 18 mars 2014 par   Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Wrong Cops - Critique

    Quel est le sens de ce non-sens...?Prenez un mélomane qui deale, une blonde qui s'improvise maître-chanteur, une ex-star du porno gay, un borgne DJ et un... Lire la suite

    Le 18 mars 2014 par   Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Captain America, le soldat de l'hiver - Critique

    Game of S.H.I.E.L.D., the Winter "Soldier" is coming !Dans ce second épisode des aventures de Steve Rogers, adapté des comics de Marvel, Captain America (Chris... Lire la suite

    Le 19 mars 2014 par   Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • [CINÉMA] Notre critique de « The Monuments Men »

    Par Evil Redfield Synopsis : En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des... Lire la suite

    Le 19 mars 2014 par   Evilredfielduniverse
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique blu-ray: barton fink

    Date de sortie : 25 septembre 1991 Réalisé par : Ethan Coen ,Joel Coen Avec : John Turturro , John Goodman , John Mahoney … Durée : 1h56min Pays de production... Lire la suite

    Le 21 mars 2014 par   Cinedingue
    CINÉMA, CULTURE, DVD

Ajouter un commentaire