Magazine

Regards de haut

Publié le 18 mars 2008 par Blackie

Hurlement, faisant vriller le vent Détonation qui cherche et trouve un abri ou se cacher Aujourd'hui est mon jour Ce soir la mort habite dans mon corps Petit bout de plomb Tu as vecu pour tuer Tu peux enfin te reposer Dans mon corps que tu as dechiré Pas de drames Pas de larmes La mort est devenu le compagnon de tant de gens Je ne suis après tout qu'un cadavre  encore vivant J'entends au loin les rires d'une jeune fille Encore une qui ne sait pas que je meurs ce soir Petite fille, méchante aiguille Pourquoi passes tu devant moi sans me voir ? La vie, Ma vie qui s'echappe Ne feras cracher qu'un peu d'encre Je pensais être chers a vos coeurs Mais je ne suis qu'une couleur sur vos tableaux Ca y est je suis un titre, Je suis une preuve Je suis l'enfant mort seul Tué par ceux qui ne me verrons jamais


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :