Magazine Bien-être

Le "je" par Franck Terreaux

Publié le 02 avril 2014 par Joseleroy

"Je vous propose une phrase que j’entends souvent, cette phrase est :

« Je veux me libérer de l’emprise du moi afin que je reconnaisse ma vraie nature ».

Nous allons décortiquer cette phrase en nous arrêtant sur certains mots clefs en ressentant ce que ces mots peuvent finalement bien vouloir dire. Bien entendu si vous vous contentez de lire l’expérience cela ne présente aucun intérêt. Vous êtes prêt ? Vous, vous ne dites rien, c’est le ressenti qui parle.
Je reformule tout d’abord la phrase : « Je veux me libérer de l’emprise du moi afin que je reconnaisse ma vrai nature ».
Commençons par le « je » de « je veux ». Qu’est ce que ce « je » ? Quand on prononce ce « je » qu’est ce qui est ressenti, qu’est ce qui est perçu ?
Ce qui est ressenti c’est le sentiment moi qui perceptivement se traduit par un simple sentiment de présence. (Surtout restez dans le ressenti ce que la tête pense on s’en fou.)
On continue… Après il y a le « me » de « me libérer ». Qu’est ce que ce « me » ? Quand on prononce ce « me » qu’est ce qui est ressenti, qu’est ce qui est perçu ?
Ce qui est ressenti c’est ce même sentiment moi qui perceptivement se traduit par un simple sentiment de présence. (Encore une fois ne quittez pas le ressenti.)
Ensuite il y a le « moi » de « emprise du moi ». Résultat des courses, exactement la même chose. Puis le « je » de « je reconnaisse » toujours le même moi et enfin le « ma » de « ma vraie nature » qui ne fait que confirmer que ce même « moi » revient pour la quatrième fois dans la phrase.
Cette phrase au niveau de l’idée est pleine de sens, en revanche au niveau du ressenti elle ne veut absolument rien dire. Si on la fait lire à un enfant de trois ans le résultat risque d’être très amusant. Si elle ne veut absolument rien dire c’est que perceptivement comme c’était le cas lorsque nous étions enfant, il n’y a qu’un moi, un seul et il est absolument impossible qu’il y en ait un autre. Seulement il y a cette idée de moi ou pensée moi qui est venue par la suite se superposer au moi perceptif originel, que l’on nomme être. Cette idée de moi prend sa source au sein du moi perceptif, un moi perceptif qui surtout ne demande rien à personne. Comme un petit enfant, jamais il ne se posera la question comment m’éveiller ? Parce qu’il est déjà éveillé mais sans l’idée je suis éveillé. Pourquoi la conscience est-elle devenue consciente cela fait partie des mystères, sinon des miracles de l’évolution.
Ce dire je veux me libérer du moi est tout simplement l’idée moi qui au sein du moi perceptif pense se libérer de l’idée moi.
Le moi idée c’est le chercheur. Ce moi chercheur reviendra toujours à la charge tant qu’il n’aura pas réalisé sa parfaite inutilité.
Comme nous dialoguons sur ce blog dédié principalement à la vision sans tête je préfère vous répondre au travers  cette approche que je trouve excellente. Le chercheur peut passer toute sa vie à ne pas remarquer l’espace qu’il y a juste au dessus de ses épaules. Cependant il peut arriver que sur sa route spirituelle il rencontre quelqu’un qui lui propose de pointer son doigt dans la direction de son regard. Si son esprit est simple, la vision sera immédiate. Là où il pointe son doigt il ne voyant personne il capitule et l’histoire devrait normalement s’arrêter là ce qui fut le cas de José.

Cependant ceci étant beaucoup trop simple et beaucoup trop ordinaire le moi idée revient à la charge car il ne pourra jamais être satisfait, ce qu’il veut lui c’est le grand OUAAA !!! tant attendu. Certains iraient jusqu’à dire, bon José et Franck ils sont bien gentils mais ce n'est pas ça qui m’intéresse, ce qui m’intéresse c’est de devenir un nouveau Maharaj ou un nouveau Maharshi, demeurer assis en silence pas comme ce Franck qui lui est toujours surexcité comme une puce et toujours en train de rigoler. Je peux vous dire que j’en ai connu beaucoup des comme ça. Ou alors, les choses peuvent se passer différemment. Voyant l’inutilité de toute pratique, sachant que l’espace est toujours là sachant que être est toujours là, le chercheur peut parvenir à un arrêt, ce qui fut mon cas. C’est alors que le moi idée abandonne, il abandonne car il sait qu’il est, il sait que ce moi idée n’est qu’une émanation du moi perceptif exactement comme l’est le parfum d’une fleur qui émane des pétales de la fleur. Maharaj disait : "vous savez que vous êtes restez simplement là". "

Franck terreaux


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseleroy 216084 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines