Magazine Médias

Seriez-vous prêt à voler sur Air Drone?

Publié le 02 avril 2014 par Allo C'Est Fini

De bon matin, je me suis posé une question stupide: serions-nous prêts à voler sur des avions sans pilote? Le progrès technologique a permis l’essor de moyens de transport automatisés, comme la ligne de métro 14 à Paris, ou les fameuses Google Cars, et les armées de tous bords s’intéressent aux avions de combat sans pilote. La question vaut donc d’être posée: accepteriez-vous dans dix, vingt ou 50 ans, de monter à bord d’un avion sans pilote?

Seriez-vous prêt à voler sur Air Drone?

D’abord, il faut bien se poser la question de l’intérêt de supprimer le poste du pilote (et d’une partie de l’équipage probablement). Ce n’est pas si évident. La suppression du pilote est un atout évident en matière d’aviation militaire, car cela permet de se passer des contingences humaines, et notamment de faire suivre au véhicule des trajectoires qu’aucun être humain ne supporte facilement. Mais en matière d’aviation civile, il n’est pas question de faire subir 9 ou 10G. Alors?

Première piste du côté de la sécurité. Détourner un avion en menaçant les pilotes, ça s’est déjà fait, ce fut même courant dans les années 70, et malgré les mesures de sécurité adoptées, cela se produit encore couramment. Sans pilote à menacer, et même, sans moyen d’infléchir la trajectoire, la prise de contrôle de l’appareil devient plus difficile. Il faut comprendre la logique de pilotage du drone, ce qui n’est pas à la portée du premier pirate venu.

Deuxième piste, prévenir l’erreur de pilotage. Là, j’imagine les bordées d’insultes de la part de pilotes expérimentées. Et je reconnais certainement que des catastrophes ont pu être évitées grâce à la vigilance et au professionnalisme de pilotes expérimentés (comme le Boeing posé sur l’Hudson, et bien d’autres situations encore). Je les accepte toutes, mais on a vu également par le passé certaines catastrophes dues à des erreurs accumulées, ou pire (comme à Charm El Cheikh) à des actions délibérées du pilote.

Mais si un constructeur aéronautique – un challenger, probablement, pas un des deux gros – est assez fou pour proposer un premier modèle d’avion de transport sans pilote, et si la FAA daigne un jour se pencher sur le sujet, n’y a-t-il pas matière à ce qu’il prenne de l’importance?

Se posera alors la question de la technologie adoptée. En parlant de drone, je fais implicitement un choix pas si légitime: un drone se pilote à distance. Un avion de transport civil sans pilote disposerait plus probablement de moyens de pilotage autonomes (on en revient à la question du détournement). Doublés, triplés, redondants, télé-surveillés, certes, mais capable de décoller ou d’atterrir seuls et de suivre un couloir aérien.

Sans compter un avantage commercial indéniable: les places de devant, ainsi libérées, offriraient un spectacle grandiose aux voyageurs qui en bénéficieraient (comme à bord des bus londoniens…).

Le seul frein qui restera sera le frein psychologique. Nous avons déjà, pour certains, beaucoup de mal à confier nos vies à des pilotes que nous ne connaissons pas, aurons-nous suffisamment confiance dans la technologie pour la confier à des ingénieurs qui ont conçu les systèmes de pilotage? Les spationautes savent accorder cette confiance, le commun des mortels y parviendra-t-il?

Finalement, ma question a l’air stupide en 2014. Je suis certain qu’elle le sera beaucoup moins dans un quart de siècle. On prend les paris?

Seriez-vous prêt à voler sur Air Drone?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Allo C'Est Fini 6794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines