Magazine Focus Emploi

L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

Publié le 03 avril 2014 par Christophe Blazquez
L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

L'incompétence bureautique, grande cause nationale ?

Rester compétent(e) ou être dépassé(e) : un challenge à relever au quotidien

Les chiffres parlent d'eux-mêmes...

47% des salariés de l'Union Européenne se sentent incompétents dans l'utilisation des outils numériques. (UE Digital Agenda 2012)

90% des emplois nécessitent des compétences informatiques et Internet. (IDC)

64% des étudiants à l'université échouent au Certificat Informatique et Internet. (Education Nationale)

40% des accès aux applications professionnelles se font via un appareil personnel. (IDC)

80% des logiciels sont proposés en mode SaaS. (Forrester)

Un milliard de personnes utilise la suite bureautique Microsoft Office dans le monde. (Microsoft)

Les 6 « bonnes » raisons pour ne rien faire !

Le manque de compétences en bureautique des salariés, est sans nul doute un frein à la compétitivité des entreprises, qui pourtant, n'en mesurent pas le niveau. Si elles commencent à s'ouvrir aux nouvelles voies qu'offre le cloud-learning pour lutter contre le manque de compétences en bureautique de leurs salariés, dans leur grande majorité, elles restent campées sur leurs positions... et trouvent 6 « bonnes » raisons de ne rien faire... parmi d'autres :

Nos salariés n'ont besoin de rien

Ha bon, comment le savez-vous ?

Le service helpdesk va s'occuper de tout

Sait-il comment partager et protéger un classeur Excel ?

Nos salariés finiront bien par s'habituer à la nouvelle interface

Dans combien de temps et après combien d'erreurs ?

La formation doit porter uniquement sur les changements

A chaque migration, tous les 24 mois ?

Nos salariés ont les mêmes logiciels à la maison

Les utilisent-ils pour les mêmes besoins ?

La formation coûte trop chère

Plus chère que l'incompétence bureautique ?

Rien ne sera plus comme avant !

La génération Y, le web 2.0, le Saas, les BOYD, le Cloud... autant de concepts d'hier qui sont devenus les réalités d'aujourd'hui pour chacun d'entre-nous, comme pour les organisations. Les salariés sont au cœur de ces changements qui impliquent de nouvelles façons de travailler, plus vite, n'importe où, à n'importe quel moment, en toute autonomie.

Parallèlement le nombre de logiciels et d'apps explose. Hier encore, les salariés utilisaient 20 fonctions de base sur les 5 logiciels les plus représentatifs du marché, ce qui impliquait de justifier d'une centaine de compétences. Aujourd'hui, ils ont à disposition plus de 50 fonctions de base sur plus de 50 logiciels, Apps, web services et autres devices, soit 2 500 compétences de base à maîtriser.

La formation doit contribuer à l'alignement des compétences sur les marchés de l'entreprise

La photographie de l'entreprise d'hier était assez simple : 1 000 collaborateurs, 1 000 postes de travail, 1 000 licences Windows, 1 000 licences Office. Un paysage technologique assez facile à gérer. Aujourd'hui, la même entreprise s'oriente vers l'organisation d'un poste de travail beaucoup plus complexe : un parc multi facettes, PC, MAC ; postes fixes et portables ; tablettes et mobiles ; logiciels installés et dans le cloud... Dans ce contexte, comment gérer la performance et la productivité des équipes impactées par ces mutations technologiques ?

Et je n'oublie pas la mondialisation qui oblige les entreprises à être de plus en plus globales et à faire collaborer des équipes sur plusieurs continents et qui parlent plusieurs langues !

La formation bureautique, en revanche, a mis du temps à prendre le train en marche, et reste globalement inscrite dans un schéma désuet : un format présentiel « has been », dispensée en français et au mieux en anglais, un coût exorbitant au regard du nombre de personnes à former et du temps dépensé, des solutions Web peu ou pas adaptées aux nouveaux modes de travail des salariés, ni même aux nouveaux modes de fonctionnement et d'achats des entreprises....

Les mutations technologiques qui s'inscrivent dans une cadence effrénée ont un fort impact sur toutes les entreprises, quels que soient leur secteur d'activité et leur taille. Mais celles-ci, pour la plupart, n'ont pas encore réalisé que leurs salariés ont plus que jamais besoin d'adapter leurs compétences digitales à ces rapides mutations. Les problématiques ont changé, les méthodes, non, même s'il y a aujourd'hui une prise de conscience des enjeux de la part des responsables de formation. Le manège reste immobile et les chevaux tournent à toute vitesse !

Ce décalage est sans doute la première cause de la résurgence de l'incompétence bureautique des salariés, que la plupart des entreprises considéraient avoir éradiquée ces dix dernières années.

Les entreprises françaises ne pourront véritablement profiter de la révolution du Cloud Computing, que si elles prennent conscience que l'utilisateur est roi, encore faut-il qu'il fut compétent !

Par Xavier Sillon, Président fondateur de Vodeclic


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophe Blazquez 897 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte