Magazine Bd

Pourquoi il faut voir Captain america "Le soldat de l'hiver" au cinéma !

Par Hectorvadair @hectorvadair
La suite plus ou moins attendue de cette licence Marvel , historiquement à forte connotation patriotique était attendue sans grand espoirs en ce qui me concerne.
Le premier voler  "First avenger", réalisé par Joe Johnston était pourtant réussi. Le décalage temporel du personnage, congelé dans les années 40 et réveillé de nos jours fournissant un cadre agréable au scénario.
Mais sortit de l'effet présentation d'un premier chapitre lié à un personnage populaire (aux moins pour les amateurs de comics) et le facteur action, il ne restait finalement pas grand chose.
Dans cette suite réalisée par les frères Anthony et Joe Russo (1), le ton est résolument différent, et surtout le scénario béton.
Chris Evans trouve quant a lui un rôle vraiment à sa mesure et ferait presque oublier le jeune gosse de riche qu'il incarne en tant que  torche humaine dans les Quatre fantastiques.
> Plus costaud, plus sérieux, plus intelligent.. on y reviendra plus loin.

Mais l'actrice qui retient l'attention, c'est vraiment Scarlett Johansson, qui affiche un professionnalisme et une expérience bienvenus dans ce genre de blockbuster. ...Pas que les adaptations comics ne soient que des refuges pour auteurs et acteurs de seconde zone.... Bien au contraire, on a clairement compris qu'au delà des séries toutes puissantes, les compagnies concernées puisaient de plus en plus dans les scénarios les plus exigeants de la production comics moderne.
Ici, pour ce Soldat de l'hiver, les scénaristes se sont inspirés d'une histoire (un run : série d'histoires) écrite non pas dans les années 40, (Le 1er Captain america, inconnu du public français date de Décembre 1940 !), mais en 2012, par Ed Brubaker.

1er tome du run


Un mix entrée tradition et modernité ici donc, où l'aspect super-héros n'est pas le plus mis en avant, mais presque relégué au second plan, derrière une thématique politique et d'espionnage, dans un contexte de guerre froide, (les russes), pourtant bien hantée par les savants fous nazis. Ce sont eux qui créent ce soldat de l'hiver, sorte de Hellboy bien humain finalement, chargé de supprimer le Captain america et ses équipes.
A la tête de cette équipe : Nick Fury, à nouveau interprété par Samuel Jackson, (après Avengers et les autres licences Marvel cinéma récentes), qui d'entrée va goûter à la douleur (…)
Car c'est un des points forts du film, qui joue à fond sur la corruption et le complot : notre meneur d'homme est gravement mis en danger, pour ne pas en dire plus.
Et c'est l'occasion d'une valse (d'un cache cache) entre les bons et les mauvais, où chaque agent va sonder l'autre et va se sonder lui-même pour comprendre qui est avec qui, qui travaille pour qui.
Une géniale mise en abîme de la vie politique actuelle, des relations entre employés et employeurs... (et de la bureaucratie), où l'on verra traités finalement les thèmes de la loyauté, de la méfiance, de la naïveté ?!… qui peuvent mener à sa (propre) perte. (Voir les scènes de panique dans le complexe de bureaux du Shield, lorsque l'annonce est faite de l'infiltration..., ou la scène de l'hésitation du lancement du programme dans la salle des machines...)
On pourrait ironiser en affirmant que sont "congelés" beaucoup plus de personnes finalement dans la vie courante que seulement ce capitaine, bien au fait de ce qui l'entoure, avec une morale à toute épreuve, et pas moins naïf que la majorité "bien pensante".
> Encore une évolution du personnage que l'on a beaucoup lu durant quelques années dans un rôle de brave gars un peu conservateur.
Robert Redford est la troisième grande surprise du film, dans le rôle d'un dirigeant charismatique, mais oh combien… dangereux.
Les deux derniers rôles principaux étant tenus par : Faucon, (Anthony Mackie) et Le soldat de l'hiver (Sebastian Stan). Et ce sera l'occasion de superbes chorégraphies de combat : dans les airs (pour faucon, entre autre), et sur terre, avec les pouvoirs intéressants du soldat au bras de métal.

On est donc partagé agréablement entre l'impression d'être face à un James bond de haute volée, un Sherlock Holmes façon Benedict Cumberbach, ou à du Alan J. Pakula (les hommes du président), pour l'intrigue et les messages délivrés,  mais aussi devant un film d'action plus connu. Ceci dit, les effets spéciaux sont dignes du troisième Iron man, d'Avengers ou des derniers Star trek, c'est à dire le must de ce que l'on a pu voir jusqu'à présent en films d'action avec supers pouvoirs, ce qui peut laisser pantois sur un certain nombre de séquences.
On se souviendra du moment de tension dans l'ascenseur avant la bataille... celle du passage du "pont levis", avec le saut en moto, très fort et culte, ... celle de l'attaque des vaisseaux du Shield/Hydra...

Il s'agit donc au final d'un grand film, toutes catégories confondues. Recommandé, et très moderne dans ce qu'il dévoile de notre société actuelle. ...Etonnant, non ?
---
Pour aller plus loin :
> Un article présentant le rapport de l'adaptation et du comics :
http://tpe-representation-et-realite.blogspot.fr/2012/01/first-avenger.html
> Un site américain consacré aux comics du Captain:
http://www.captainamericalibrary.com/superhero-library/captain-america/captain-america-comics-main-titles.aspx
> La chronique du film sur Comicsplace
 (1) Pas de films de super héros jusqu'à présent, mais des séries TV et de gros fans de comics et de Captain :  Lire l'interview des deux frères ici.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hectorvadair 1355 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines