Magazine Concerts & Festivals

Corvus Corax + Star Industry - Het Depot- Leuven, le 4 avril 2014

Publié le 04 avril 2014 par Concerts-Review

10171926_1482397958640664_7411233119170858773_n.jpg

Simone Weil :„Der Rabe, der in der ewigen Nacht keine Nahrung finden konnte, begehrte nach dem Licht, und es ward hell über der Erde.“

Tu philosophes, en voici une autre, signée Frédéric Dard:  "Le corbeau croasse, la grenouille coasse et le serbo croate"... très fin, on te signale, toutefois, que le Serbe ne croate plus, Tito n'est plus!

10150757_1482398095307317_1765905396093656790_n.jpg

Het Depot, Leuven,  a Pagan fest, 90 % de déguisés, JP en Bettina Rheims!

Et toi?

Correspondant de guerre!

1538808_1482390118641448_1553085972624339146_n.jpg

Support:  Star Industry!

1798703_1482390358641424_6885596404286102223_n.jpg

10014538_1482390085308118_5383469796417952518_n.jpg
La semaine dernière au Bouche à Oreille (  Coalescaremonium " Radiant Darkness"), ce soir chez Tobback!

Le groupe goth de  Maasmechelen reprend du poil de la bête, un nouvel album serait en gestation après le 'Live in Madrid' (Black Angel - White Devil)  datant de 2008, ils sont annoncés à Poperinge, le  Dubhfest, en mai.

20:30', un chant liturgique émane des enceintes, cinq ombres sortent de coulisses: Peter Gerits,  qu'il faut conduire vers les synthés/samples, Kurt Lantin (drums), Peter cowboy hat Beckers (guitar/vocals), Stijn Kuijpers (bass) et Xavier Vranken (guitar/backing vocals).

Goeienavond Leuven, wij zijn Star Industry!

' Pray', une prière goth-rock/post punk  chantée d'un timbre sombre sur fond de synthés atmosphériques.

Un voisin: Sisters of Mercy.

Réaction: Fields of the Nephilim!

Aucun doute, l'article convainc, et ce ne sont pas les mannequins Haute Goth, inspirés par John Galliano, qui dandinent à tes côtés qui te contrediront.

1620459_1482390065308120_3938049465401362492_n.jpg

10003144_1482390258641434_5038976363304373420_n.jpg

Le dramatique 'Ceremonial' baigne dans le même lac brumeux.

Tu ne vas pas nous réciter Byron?

Quelle baronne?

1979711_1482390395308087_4099918057620233201_n.jpg
Le menaçant 'Blood moon' et ses... you'd better run, run, run for your life... précède le tout aussi oppressant 'Coming down'.

Scéniquement, hormis les claviers et les drums, on a droit à toute l'imagerie romantico/goth, un chanteur expressif, un guitariste torturé, il n'y a que la basse qui nous la joue poses heavy metal.

Petite intro ludique pour 'Kids', quelques voix enfantines samplées mais lorsque la guitare se met à grincer, ce disco/goth prend des allures d'hymne obscur.

Virage metal, battement de mains, Leuven participe à la fête.

Onze drummer is jarig!

Tournée générale?

'Eyleen' est prévu pour le nouveau CD.

Chouette titre!

Star Industry termine avec le hit 'Nineties'.

Un groupe efficace n'évitant pas les clichés inhérents au genre!

1979658_1482398161973977_5785350716686644997_n.jpg

Corvus Corax

10154535_1482398415307285_2687280032703619348_n.jpg

L'Allemagne et le Neopaganismus ( auch germanisches Heidentum), c'est pas neuf , pas vrai  Nietzsche?

Pas question ici d'élucubrer sur les relations avec le fascisme ou autres idéologies nationalistes, il s'agit d'un concert basé sur une musique d'origine moyenâgeuse

10168215_1482398485307278_8080530398865671274_n.jpg
Ce qui frappe avant tout c'est le décorum médiéval: blasons, cornes à boire, torches flambeaux, peaux, et, au niveau instruments: chevrettes diverses, bombardes, serpents, chalémies, tambours gigantesques, timbales, immenses tambourins ...

L'attirail en impose!

21:30', la procession débute: un batteur tatoué  chaussé de bottes guerrières et vêtu d'un kilt rouge montrant des mollets velus se pointe en secouant des grelots, il est suivi par une cornemuse ayant fait un crochet par Venise pour se procurer un masque adéquat, une seconde cornemuse en kilt, un frappeur , un troisième batteur, le grand prêtre au masque de fer, ils seront sept déguisés à se suivre avant de débuter l'office païen.

Des noms?

Le facebook An Mille  dit: Wim Dobbrisch: bagpipes, shawm, bucina, voc- Castus Karsten Liehm:

bagpipes, shawn, bucina, sistrum, voc -Hatz: big frame drum, cymbals, cassa, voc- Norri Drescher:

big frame drum, bass drum, string drum, tam tam, voc- PanPeter: bagpipes- Vit: bagpipes et Steve the machine: percussion !

Ces beaux jeunes gens ont entamé leur croisade en 1989 et ont sorti plus de vingt rondelles, la dernière 'Gimlie' en 2013.

Castus a ouvert le Grand Livre des Corbeaux pour entamer un premier cantique animiste, 'Gimlie', les cornemuses

1797483_1482398591973934_6988190092274489317_n.jpg
batifolent, les tambours battent la mesure, l'éloquent chant alémanique ressemble à la ballade de Sacco et Vanzetti, puis un fidèle, transfuge de la Schwarzwald, présente un cor alpin antique, 255 cm de long, au druide qui se décide à rameuter la troupe.

Epique et athlétique.

Un message ésotérique avant 'Sverker', enjolivé par les sonorités grêles de l'ancêtre de la vielle à roue, Castus maniant une sorte de théorbe maison qui fait cling cling cling, cet engin a appartenu à Vercingétorix qui a décidé de le vendre sur Ebay. Après bien des pérégrinations il a abouti en Germanie.

Pour te faire une idée, ce truc ressemble à De Nieuwe Snaar ayant abusé du vin de cannelle.

Une farandole Pieds Nickelés, trois cornemuses folles, ' Fiach Dubh', une kermesse bavaroise dans l'ancien ciné.

Tu regardes JP, pas besoin d'échanger une parole, après trois titres, ce carnaval folklo/ bouffon/barbare nous casse déjà les burnes.

Peut-être qu'après cinq ou six pintes d'hydromel, le bidule peut t'égayer mais là, cette pantalonnade te fait autant d'effets qu'un spectacle de Rika Zaraï.

'Der Schrei' pour une reine irlandaise devant mettre bas... ein, zwei, drei ... une chanson à boire, ambiance Oktober Feesten!

Que fait Braveheart, bordel, qu'il nous débarrasse de cette clique!

 Eine große fumisterie...

JP: ik ben weg!

10157349_1482398521973941_8111402073683065770_n.jpg

1560563_1482398398640620_379385374079143550_n.jpg

T'as encore enduré ' Derdriu' le titre préféré de la fanfare de Scherpenheuvel et 'Das Einhorn', tu te dis que 'Tintin et le secret de la Licorne' traîne dans ton char à boeufs et qu'après une cervoise au comptoir t'irais bien lire les aventures du reporter et de son clebs.

Tu laisses  le corbeau croasser ' Mille Anni Passi Sunt', une histoire de vampires, et tu rejoins le 21è siècle.

T'as supporté pendant 35'!

photos: JP DANIELS


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34037 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte