Magazine Santé

La dépression augmente de 40% le risque d'insuffisance cardiaque

Publié le 07 avril 2014 par Santelog @santelog

Des résultats des premières grandes études prospectives, présentés à EuroHeartCare 2014, la Réunion des soins infirmiers cardiovasculaires de la Société européenne de cardiologie (ESC) qui montrent l’effet néfaste de la dépression et du stress sur la santé cardiaque. Même une dépression modérée augmente le risque d’insuffisance cardiaque de 40%.

DÉPRESSION: Elle augmente de 40% le risque d'insuffisance cardiaque  – EuroHeartCare 2014
Réduire le stress qui déclenche la dépression peut améliorer les perspectives cardiaques, soulignent les auteurs qui ont suivi sur 11 ans, 63.000 Norvégiens participant à la Health Study Nord-Trøndelag (ou étude HUNT), débutée en 1995. L’étude a recueilli les données d’IMC, d’activité physique, de tabagisme et la pression artérielle. La dépression a été évaluée sur la base de l’échelle Hospital Anxiety and Depression Scale. Les hospitalisations ou décès pour insuffisance cardiaque ont été relevés grâce au numéro de suivi national. Au cours de l’étude, près de 1.500 personnes ont développé une insuffisance cardiaque.

L’analyse constate que si déjà des symptômes bénins de dépression sont déjà associés à un risque accru de 5% d’insuffisance cardiaque, des symptômes modérés à sévères entraînent un risque très accru, de l’ordre de 40%.

Plus on est déprimé, plus le risque cardiaque est élevé: Lise Tuset Gustad, infirmière de soins intensifs à l’Hôpital Levanger en Norvège, auteur principal de l’étude précise avoir constaté une relation dose-réponse entre les symptômes dépressifs et le risque d’insuffisance cardiaque.

 » Plus les symptômes dépressifs sont sévères, moins sain est le mode de vie. Ainsi l’obésité et le tabagisme ont été pris en compte, comme facteurs de confusion possibles, mais ne sont pas responsables de l’association.

La dépression déclenche des niveaux élevés d’hormones de stress qui entraînent l’accélération du rythme cardiaque et de la respiration, mais aussi l’inflammation et l’athérosclérose qui vont accélérer le développement de maladies cardiaques. Ensuite, les personnes déprimées ont une moindre observance, et de leur traitement et d’un mode de vie sain.

En conclusion, dépister la dépression peut être utile aussi pour réduire le risque de maladies cardiaques.

Source: ESC- EuroHeartCare Symptoms of depression and risk of heart failure. The HUNT 2 study


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine