Magazine Culture

[Chronique] Todd Terje – It’s Album Time

Publié le 07 avril 2014 par Wtfru @romain_wtfru

cover
(Olsen Records)

_

Le terme « disco », balancé comme ça à brûle-pourpoint, a quelque chose de rebutant. Parce qu’il renvoie à la période musicale la plus sombre de ces dernières décennies (les fameuses et terribles années 80) et à certains artistes douteux, de Patrick Hernandez à ABBA en passant par les Amanda Lear et autres Sheila qui s’y sont tentés.
Pourtant, le disco a aussi engendré l’explosion aux yeux du grand public de ce qu’on peut appeler la musique électronique à l’aide d’un Cerrone ou d’un Giorgio Moroder, deux influences majeures des compositeurs électro d’aujourd’hui (rien que chez Daft Punk et leur dernier album déjà).
Et s’il fallait trouver un ambassadeur contemporain du genre, un mec capable d’allier rythme disco et qualité musicale, c’est au sud de la Norvège qu’il faudrait se rendre, du côté de Mjøndalen, pour y retrouver Todd Terje.

DJ-producteur, Terje Olsen de son vrai nom, a tout d’abord fait son trou par le chemin classique des remixes dans la seconde moitié des 2000′s avant de collaborer avec quelques jolis noms de la scène électro norvégienne, Lindstrom et Prins Thomas puis de bosser pour des artistes « vendeurs » tels que Robbie Williams ou Franz Ferdinand. Mais c’est véritablement par le biais d’un énorme titre, encore présent dans certaines playlists qui se respectent, que Terje va se faire un nom en solo: Inspector Norse. Des nappes de synthés, des effets sonores en veux-tu en voilà, esprit disco festif et surtout un tube imparable. De quoi retenir l’attention et entrer par la grande porte.

_

Todd Terje – Inspector Norse

_

La suite, c’est quelques sorties d’EP et de nouveaux morceaux toujours plus convaincants jusqu’au passage attendu par la case « premier album », très simplement et drôlement appelé It’s Album Time. Todd Terje a l’intelligence de comprendre qu’il est l’heure pour lui de tester son succès d’estime sur le marché et de ne pas se planquer comme certains autres bons artistes électro ont pu le faire par le passé (récent). Cette confiance est sûrement due au fait qu’il a surtout l’intelligence de savoir faire un album, pas forcément une chose aisée dans le genre.
Car It’s Album Time n’est pas une simple compilation de titres aux allures de tubes en puissance qui se succéderaient afin de garnir notre sélection de tracks pour les vacances d’été. Non, il s’agit d’un vrai disque, avec une vraie identité et une vraie logique.

La première partie de l’album est construite sur une véritable montée en puissance musicale absolument parfaite, débutée par une intro en bonne et due forme autour de la répétition de « it’s album time » avant de partir dans un voyage musical qui nous emmène du côté du soleil et des plages, du Mexique de Preben Goes to Acapulco au Brésil et son ambiance samba sur Svensk Sas puis de s’envoler vers les étoiles avec l’enchainement cosmique Strandbar/Delorean Dynamite, véritable pièce centrale de l’opus. Les deux titres étaient déjà connus des amateurs du norvégien et font certainement partis de ses toutes meilleures productions, notamment le second, chef d’oeuvre de composition s’il en est et d’ores et déjà l’un des morceaux de l’année.

_

Todd Terje – Delorean Dynamite

_

Le second acte fait un peu plus la part belle à la palette de possibilités dont disposent Terje, multipliant les influences en tout genre. D’ailleurs la coupure est très nette puisqu’elle démarre par Johnny & Mary, OVNI de l’album qui vient casser le rythme fou dans lequel les deux précédentes tracks sus-citées plongent l’auditeur. J&M est évidemment la reprise du classique de Robert Palmer à la sauce ballade électronique tout en retenue, portée par la présence de Bryan Ferry. C’est beau et mélodique à la fois, complètement à contre-courant du reste mais là encore ça devrait faire date.

Viennent ensuite des accointances jazz-samba sur Alfonso Muskedunder puis les Swing Star part. one et two, qui font la part belle aux synthés et à un retour de l’ambiance cosmo-disco digne d’un jeux vidéo de l’espace (ou d’un Sonic époque Dreamcast). Il y a quelque chose de résolument vintage dans le son mais qui s’accorde toujours au présent. On est jamais dans la pâle copie ou le ringard, mieux, il existe finalement une patte « Todd Terje » qui le rend reconnaissable dès les premières secondes et les montées en pression. La marque des grands.
Et parce qu’il sait son public friand de ses fameuses envolées à étages, il vient offrir une autre doublette fantastique dans la lignée de Strandbar/Delorean Dynamite avec le final Oh Joy et le déjà connu Inspector Norse. Deux tubes, quatorze minutes de disco folle dans le futur (la première nommée a des faux airs d’ambiance Orange Mécanique et des compositions de Wendy Carlos) pour conclure un album sans la moindre fausse note. Du grand art.

_

Todd Terje – Johnny & Mary (feat. Bryan Ferry)

_

Todd Terje – Oh Joy

_

It’s Album Time vient justifier tout le bien que l’on pensait de son auteur. Le succès d’estime de la presse spécialisée sera forcément au rendez-vous, aucun doute là dessus. Tout ce qu’on peut lui souhaiter, c’est que ce soit la même chose d’un point de vue commercial. Et il en a véritablement le potentiel. L’album de ce printemps et sûrement de cet été. Et pourquoi pas de l’année ?

_

Todd Terje

_

Note:

4.5

_

Tracklist:
1. Intro (It's Album Time)
2. Leisure Suit Preben
3. Preben Goes to Acapulco
4. Svensk Sas
5. Stranbar
6. Delorean Dynamite
7. Johnny & Mary (feat. Bryan Ferry)
8. Alfonso Muskedunder
9. Swing Star (pt.I)
10. Swing Star (pt.II)
11. Oh Joy
12. Inspector Norse

_

_

[Suivre Aleks sur Twitter]

_


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine