Magazine Culture

Les dieux sont vaches, par Gwendoline Hamon

Publié le 08 avril 2014 par Clarabel

IMG_0828

Terrible et bouleversant ouvrage que voilà ! Je l'ai accueilli en toute innocence, séduite par la couverture, sans connaître l'auteur, ni le propos. Et puis les mots imprimés noir sur blanc sont apparus, m'ont sauté aux yeux, j'ai immédiatement su que ce livre allait me mettre le cœur en miettes.
La maman de Zélie, même pas soixante ans, est gravement malade, un cancer à l'utérus qui la ronge de l'intérieur, le médecin annonce laconiquement plus que dix jours à vivre... Branle-bas de combat, la famille se réunit, cache la vérité, supporte les crises, les caprices, se serre les coudes, pleure, est atterrée.
Un an plus tôt, Caroline avait sabré le champagne en annonçant sa guérison. Cette femme fantasque, exubérante, insatiable, irresponsable et tellement spontanée est une maman invivable, qui sans le savoir a fait vivre à ses filles une relation vorace et conflictuelle, mais malgré tout, elles pardonnent, elles oublient, elles ne sont pas prêtes à devenir orphelines.
C'est un livre poignant, très personnel, et qui renvoie fatalement à sa propre histoire, donc forcément c'est une lecture coup-de-poing, douloureuse et accablante. Pourtant, le portrait de Caroline est tellement touchant dans sa volonté d'authenticité, de sincérité. C'est une femme complètement folle, instable mais animée par la générosité et la franchise. Une femme entière, sans jamais de demi-mesure.
J'ai tout absorbé, en souriant, en pleurant, en m'identifiant, parfois, souvent. Une rencontre imprévue, qui m'a fichue à terre, mais une belle rencontre, nécessaire et vivifiante.

JC Lattès, mars 2014


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Clarabel 3993 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines