Magazine Cinéma

Meurtre Au Soleil

Publié le 08 avril 2014 par Olivier Walmacq

meurtre-au-soleil-a01

genre: policier
année: 1982
durée: 1h55

l'histoire: Hercule Poirot, enquêtant sur une affaire d'assurances dans le cadre idyllique d'un hôtel d'une île méditerrannéenne, est bientôt contraint d'utiliser ses facultés de déduction pour un autre cas : une femme a été retrouvé étranglé, mais tous les pensionnaires de l'hôtel ont un alibi en béton.  

La critique d'Alice In Oliver:

On connaît surtout Guy Hamilton pour avoir réalisé plusieurs épisodes de la saga James Bond, notamment Vivre et laisser mourir, Les diamants sont éternels, Goldfinger et L'Homme au Pistolet d'Or. Il s'agit donc d'un réalisateur plus que compétent derrière la caméra, à qui l'on doit également La Bataille d'Angleterre. En 1982, Guy Hamilton décide de s'attaquer à l'adaptation d'un roman d'Agatha Christie, Les Vacances d'Hercule Poirot.
Au cinéma, l'adaptation sort sous le nom de Meurtre au Soleil, sorti en 1982.

L'air de rien, cette production britannique peut se targuer de réunir une distribution de prestige: Peter Ustinov, Jane Birkin, Colin Blakely, Nicholas Clay, James Mason, Roddy McDowall, Diana Rigg et Maggie Smith. Parmi tous ces acteurs, certains ont déjà participé à un épisode de la saga Hercule Poirot. C'est par exemple le cas de Jane Birkin et de Maggie Smith dans Mort sur le Nil, ou encore de Colin Blakely dans Le Crime de l'Orient-Express.
Cet épisode se démarque par son côté estival et ensoleillé, même si on retrouvait déjà (et en partie) cette ambiance "ensoleillée" dans Mort sur le Nil, que je j'ai déjà cité.

0

Dans l'ensemble, cette adaptation cinématographique est assez fidèle au roman d'origine. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! Hercule Poirot, enquêtant sur une affaire d'assurances dans le cadre idyllique d'un hôtel d'une île méditerrannéenne, est bientôt contraint d'utiliser ses facultés de déduction pour un autre cas : une femme a été retrouvée étranglée, mais tous les pensionnaires de l'hôtel ont un alibi en béton.
Certes, comme je l'ai déjà souligné, on retrouve l'univers d'Agatha Christie dans ce film policier.

Toutefois, dans le même genre, on lui préférera largement Le Crime de l'Orient-Express, qui pouvait s'appuyer sur l'excellente réalisation de Sidney Lumet. En l'occurrence, Guy Hamilton se contente du minimum syndical et compte uniquement sur la performance de ses acteurs, tous très bons dans l'ensemble (à une exception près mais j'y reviendrai).
On a d'ailleurs plaisir à retrouver Peter Ustinov, toujours aussi à l'aise dans la peau du célèbre détective belge. Pour le reste, pas grand chose à signaler, si ce n'est que le film propose un dépaysement total. Le film prend également son temps pour présenter les différents protagonistes (plutôt nombreux par ailleurs) et pour planter son décor (encore une fois superbe).

MEURTRE_AU_SOLEIL1_w_450

Dans l'ensemble, l'enquête se suit sans déplaisir. En vérité, ce qui péche, c'est plutôt la réalisation de Guy Hamilton, très discret derrière sa caméra. Parmi les seconds rôles, on notera la très bonne performance de Diana Rigg, que l'on connaît surtout pour son rôle dans la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir. Ici, l'actrice joue les petites pestes. Roddy McDowall se montre lui aussi assez convaincant.
En revanche, Jane Birkin est plutôt discrète. On comprend mieux pourquoi celle-ci n'a pas embrassé une grande carrière au cinéma. Bref, un bon film policier, pas exceptionnel non plus, mais largement recommandable.

Note: 14/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines