Magazine High tech

Louer des jeux vidéo en Belgique avec Gamoniac

Publié le 05 juin 2014 par Be-Games @be_games
Mag gamoniac titre

Publié le 5 juin 2014 par spacecowboy

6

Louer des jeux vidéo en Belgique avec Gamoniac

Il fut un temps où la location de jeux vidéo était tolérée en Belgique. Les vidéothèques s’étaient alors adjugées le marché et pratiquaient un tarif similaire à celui qu’elles appliquaient à la location de films en Blu-Ray, DVD ou cassette (qu’il ne fallait pas oublier de rembobiner, bien entendu). Avec grosso modo 3 euros en poche, vous pouviez ainsi profiter d’un jeu pendant tout un week-end avant de le rapporter à son propriétaire sous peine d’amende de retard. Ce bon vieux temps ne remonte pas au millénaire dernier, il a perduré jusqu’en 2008, année où la tolérance a pris fin. Depuis lors, la location de jeux vidéo est interdite, ou plutôt, comme le précise la Belgian Entertainment Association, elle « est autorisée si un accord préalable a été conclu entre le loueur et l’éditeur du jeu ». Et l’association de poursuivre plus clairement : « donc, sans autorisation préalable [de la part de l’éditeur], toute location est interdite ».

Le message a été bien reçu par les vidéothèques, qui n’avaient certainement pas besoin de ça avec la concurrence de la VOD. Actuellement, seules les Médiathèques profitent d’une sorte d’exception culturelle qui leur permet (jusqu’à quand ?) de proposer des jeux à la location dans un catalogue assez bien fourni, nouveautés comprises, au prix de 2,75 € la journée ou 5,50 € la semaine. La Médiathèque étant un espace public de découvertes culturelles, fantastique dans l’esprit, Be-Games prie pour que l’institution profite encore longtemps de ces revenus tirés de la location de jeux vidéo. Mais, vous ne vous trouvez peut-être pas à proximité d’une Médiathèque, et dans ce cas, votre boîte aux lettres a une solution pour vous.

Gamoniac système

Gamoniac est une société d’échange de jeux vidéo pour la France et les pays limitrophes (dont la Belgique). La notion d’échange pourrait sembler un artifice visant à échapper à l’interdiction de location, mais elle recouvre bien le principe. L’accès au système Gamoniac nécessite en effet un apport de votre part : soit un jeu récent (dans une liste déterminée), soit un virement de 35 euros. L’utilisateur échange ensuite son jeu ou sa mise de départ avec Gamoniac contre un autre jeu. La fréquence des échanges dépend de la formule choisie.

Dans la formule économique à 9,99 euros par mois, l’utilisateur reçoit un jeu à échanger une fois par mois. Concrètement, si vous recevez votre premier jeu le 15 juin, vous ne pourrez pas obtenir le suivant avant le 15 juillet.

Avec la formule moyenne à 19,99 euros par mois, la fréquence des échanges est illimitée. Si vous recevez votre premier jeu le 15 juin, vous pouvez très bien le renvoyer le lendemain, et votre jeu suivant sera expédié dans les plus brefs délais.

Enfin, la formule à 29,99 euros propose la même fréquence illimitée, mais pour deux jeux simultanément. Si vous recevez vos deux premiers jeux le 15 juin, vous pouvez décider de les renvoyer, quand bon vous semble, l’un ou l’autre ou les deux en même temps. Attention, puisqu’il s’agit d’un double échange, votre apport sera double lui aussi : deux jeux récents ou 70 euros.

Le paiement de l’abonnement est réglé par un prélèvement automatique sur une carte de crédit. Il convient donc de bien suivre cet abonnement, qui peut être modifié (choix d’une formule différente) ou résilié sur simple demande et avec un mois de préavis.

Gamoniac prend en charge les frais d’envoi, totalement en France et partiellement dans les pays voisins dont la Belgique. Si vous vous inscrivez à Gamoniac à partir d’une adresse belge, vous recevrez les jeux gratuitement mais devrez les renvoyer à vos frais. Le colis de Gamoniac contient déjà une enveloppe portant l’adresse de livraison, que nous ne devrez plus qu’affranchir. Prenez donc ces frais de port en compte pour les ajouter au tarif de l’abonnement. Les formules avec une fréquence d’échange illimitée perdent ainsi un peu de leur attrait pour les utilisateurs belges. Tout dépend cependant de votre profil, chaque formule Gamoniac pouvant être une solution avantageuse en fonction de celui-ci.

Gamoniac 3DS

Il suffit de consulter les sites ou forums d’achats-ventes pour s’en rendre compte : beaucoup de joueurs se séparent de leurs jeux très rapidement. La raison en est simple : moins on tarde à revendre un jeu, moins il perd de la valeur par rapport au neuf. Mais quoi qu’il en soit, le vendeur ne récupère jamais intégralement sa mise initiale. Gamoniac s’adresse clairement à ce type de joueur, qui finit vite ses jeux et essaie d’en tirer le maximum d’argent pour financer ses prochains achats. Avec Gamoniac, plus de prise de tête à cause des acheteurs qui paient tardivement voire pas du tout. À partir de 10 euros par mois (+ les frais de port en Belgique), l’offre est alléchante pour ces joueurs gros consommateurs et non collectionneurs. Et le gain financier peut être assez élevé pour eux.

Les budgets très serrés trouveront aussi leur compte dans le système Gamoniac. Pour eux, la barrière du prix d’achat d’un jeu peut être un obstacle insurmontable. Une fois leur console achetée, leurs poches ne seront plus suffisamment remplies pour débourser sans peine les 40 à 60 euros nécessaires à l’achat d’une nouveauté. En revanche, ils seront plus à même de s’acquitter d’un tarif fixe de 10 euros par mois. Les enfants, et davantage encore leurs parents, seront également intéressés par cette possibilité de gérer leur budget sans mauvaise surprise.

Les joueurs curieux qui aiment tester les nouveaux concepts ou les titres atypiques constituent encore une autre cible de Gamoniac. Prenons un joueur (même collectionneur) qui achète généralement ses jeux, mais qui souhaite parfois essayer un titre vite fait sans forcément vouloir le conserver dans sa ludothèque. À moins d’avoir des amis avec lesquels échanger, ce type de joueur doit actuellement soit ronger son frein, soit acheter ces jeux dont il a moyennement envie et qu’il ne prend pas toujours la peine de revendre par la suite. Pour lui, la perte sèche peut atteindre 60 euros si le jeu acquis sur un coup de tête ne correspond pas du tout à ses attentes. Soixante euros, soit six mois d’abonnement à la formule économique Gamoniac qui lui permettront de découvrir six jeux, sans craindre un mauvais choix. Mais justement, quelles sont les limites du choix sur Gamoniac ?

Le catalogue de Gamoniac couvre toutes les consoles actuelles : PS3-PS4, Xbox 360-Xbox One, Wii-Wii U, DS-3DS et PSP-Vita. Pour chaque machine, l’offre est considérable et comporte les nouveautés dès leur date de sortie. À vous de sélectionner les jeux souhaités pour les ajouter dans votre liste d’envies selon trois degrés de priorité. Au total, votre profil peut comprendre trois jeux pour chaque degré de priorité. Par défaut et selon les disponibilités, Gamoniac vous envoie le premier jeu dans votre liste de priorité 1. Le site affirme que les utilisateurs reçoivent leur premier choix dans 83 % des cas. Cette proportion monte même jusqu’à 100 % si l’utilisateur souscrit à une option payante pour s’assurer la livraison d’un jeu en particulier.

Gamoniac réservation

À titre d’exemple, voici mon cas concret. Je m’inscris à Gamoniac (à partir d’une adresse belge) et complète ma liste de choix le mercredi 23 mai au soir. Le lundi 28 mai (soit le troisième jour ouvrable suivant mon inscription), je reçois mon premier envoi de Gamoniac avec le courrier du matin. Dans le colis, je trouve un jeu que j’avais classé en priorité 1. Il s’agit en l’occurrence de God of War Collection sur Vita, une nouveauté sortie il y a à peine une semaine ! À noter que le colis de Gamoniac contient uniquement la cartouche ou le CD de jeu, pas la boîte ni le livret. Néanmoins, je pourrais demander à Gamoniac de me livrer le jeu complet si je décidais de l’acheter. Car deux choix s’offrent à moi : renvoyer le jeu au plus tôt le

Gamoniac priorités
mois prochain (puisque je suis abonné à la formule à 9,99 euros) ou l’acheter définitivement en payant le prix fixé par Gamoniac (plus ou moins le prix d’achat sur internet, pas de miracle) et attendre le prochain jeu compris dans mon abonnement. Dernière précision importante : si vous restez abonné pendant au moins six mois, vous pouvez conserver gratuitement le dernier jeu reçu avant la résiliation de votre abonnement. Voilà qui compense honnêtement les 35 euros de la mise de départ, dès lors que vous pouvez conserver un jeu vendu neuf à 60 euros dans le commerce. En outre, ce principe justifie pleinement la notion d’échange qui définit le système Gamoniac.

Les formules de Gamoniac ne conviendront peut-être pas à tout le monde, mais le groupe cible paraît quand même bien large. Fournisseur principal pour le gros joueur zappeur, système d’appoint pour le joueur curieux ou opportunité pour les petits budgets, Gamoniac peut prendre différentes formes pour correspondre à la plupart des profils.

Vous êtes convaincu ? Alors, sans vouloir vous forcer la main (rappelons qu’il s’agit d’un abonnement mensuel avec prélèvement automatique), nous vous offrons des bons d’une valeur de quinze euros pour alléger un peu la facture. Selon le principe du premier arrivé, premier servi, les codes seront distribués dans l’ordre des demandes publiées dans les commentaires sous cet article. Soyez sympa pour les autres, demandez un code uniquement si vous comptez l’utiliser effectivement vous-même ou l’offrir à une connaissance. Ce serait bête de laisser traîner quinze euros dans la nature.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Be-Games 2239 partages Voir son profil
Voir son blog