Magazine Cinéma

Les vampires de Salem

Publié le 03 juillet 2014 par Olivier Walmacq

26

genre: horreur

année: 1979

durée: 3h

L'histoire: Ben Mears écrivain à succès retourne après des années d'abscence dans sa ville natale "Salem's Lot" dans le but d'écrire un livre sur la maison des Marstens dans laquelle vient de s'installer le mystérieux Richard Straker, associé d'un certain Mr Barlow, qui doit arriver très prochainement en ville. Mears y fait la rencontre de Susan avec qui il devient très proche. Mais cette ville, si paisible de coutume, va sombrer dans le cauchemar. Les disparitions et les morts s'accumulent et tout cela au moment même où Ben et Straker arrivent en ville faisant d'eux les principaux suspects aux yeux des habitants, jusqu'à l'arrivée de Mr Barlow, lequel se révèle être un vampire, dont l'objectif et de transformer le plus d'humains possible. Mears se lancera dans un combat sans merci avec la créature et ses serviteurs.

La critique de Nicos31:

Adaptation du roman de Stephen King, cette mini série de 3 heures dont le succès télévisé poussera les studios Warner à l'exploiter au cinéma se révèle être assez fidèle à l'ouvrage dont il s'inspire. Pas mal de libertés créatives furent bien évidemment prises mais l'on retrouve l'essence de ce qui faisait les qualités du best-seller de King.

A la mise en scène, Tobe Hooper, célèbre pour ses deux chef d'oeuvres de l'horreur que sont "Massacre à la tronçonneuse" et "Poltergeist", tire le meilleur parti du matériel et de son budget.

27

Tout d'abord le fait que ce soit un projet télévisé réduit grandement ce que le grand écran aurait pu en tirer. Le manque d'ambition du projet est le principal regret que j'ai ressenti à la vision du ce long métrage. Il ne se dégage aucune atmosphère particulière et la peur n'est au rendez vous quasiment jamais. Cela dit l'intrigue est suffisamment prenante et les personnages assez bien développés pour passer un assez bon moment.

28

La réalisation tire son épingle du jeu assez régulièrement malgré un manque évident d'originalité et les comédiens s'en sortent avec les honneurs. Au sein du casting, on retrouve des visage assez connus. En tout premier lieu, bien-sûr l'acteur principal, j'ai nommé David Soul qui restera à jamais le Ken Hutchinson de la série "Starsky et Hutch", et qui livre ici une performance très convaincante. Crédible en tant que flic, il l'est tout autant en tant qu'écrivain et nous montre une autre facette de son jeu. Certes ce n'est pas une interprétation de très grand niveau, mais Soul prouve ici que sa palette ne se limite pas à une seule et unique série télévisée.

02

A ses côtés, se trouve Bonnie Bedelia. Surtout connue pour son rôle d'Holly McClane dans la saga Die Hard, elle est ici la touche de charme essentiel qui marque profondément dans l'ensemble. Son personnage, bien que peu développé, se révèle être le plus intéressant du film. Le sort final de Susan ne m'a pas laissé insensible et j'ai trouvé sa dernière scène avec David Soul assez bouleversante tant dans leur performance respective que dans la structure de la séquence.

Mais c'est surtout James Mason qui se démarque de par son interprétation tout en finesse du mystérieux et inquiétant Mr Straker. Homme de main du monstrueux vampire qu'est Mr Barlow, Straker sait tromper son monde et sous son allure d'homme du monde, se cache un être sans scrupule et d'une grande malhonnêteté. 

31

Le scénario tiens assez bien la route dans l'ensemble, la mise en scène de Hooper fait mouche dans les moments de suspense et d'intimité qui sont plutôt réussis. Cela dit, cette mini série a tout de même bien souffert du poids des années.

En soi, malgré quelques défauts, "Les vampires de Salem" est un film assez réussi. A noter qu'une autre adaptation a vu le jour en 2004, mais je ne l'ai pas vue. Cela dit, au vu des nombreuses critiques peu élogieuses ,je ne pense pas que je me laisserai tenter à la regarder.

Note: 14/20

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines