Magazine High tech

[TEST] Conception II Children of the Seven Stars sur 3DS

Publié le 30 août 2014 par Alexandres
1402040045
Test réalisé pour le blog : Je Geek Je Play

Décidément les jeux de niche ont la côte en ce moment en Europe. Après Dangaronpa ou bien encore Demon Gaze, Atlus nous offre Conception II Children of the Seven Stars sur PSVita et 3DS. C’est sur cette dernière que j’ai effectué le test de ce jeu qui vous explique, à sa manière, comment procréer avec classe. Lecteur, je te sens intrigué, lis la suite de mon article et tu comprendras.

Maman, comment on fait les bébés ?
Vous êtes Wake Orchus, vous démarrez mal dans la vie avec ce nom épouvantable qui vous empêche de draguer.

[TEST] Conception II Children of the Seven Stars sur 3DS dans 3DS 2wRh5b4
, Dieu a écouté vos prières et vous a donné un don celui de faire des enfants grâce à un fluide hors du commun. Ce pouvoir vous allez devoir vous en servir pour combattre d’horribles monstres qui viennent déranger la vie paisible de nos étudiants. Mais avant cela il faudra, comme tout bon dating sim qui se respecte, tailler le bout de gras avec de jolies lycéennes pour que vos affinités soient les meilleures possibles. Les dialogues sont légers, parfois amusants et souvent tournés autour de la taille des seins des héroïnes, mais l’ensemble reste agréable à suivre. Une fois que votre relation est au beau fixe (signalé par un smiley), vous pourrez enfin passer à l’acte, mais rien de sexuel malheureusement puisque pour féconder votre lycéenne adorée il faudra passer par l’église. Je vous rassure pas de mariage, puisque pour faire un enfant il faudra tout simplement se caresser… la main. Tout cela se passe dans une scène où aucune nudité n’est apparente, avec des filles qui rougissent dès qu’on aborde le sujet sans assumer réellement leur sexualité. Dérangeant.

Le plus étrange, une fois la procréation faite, c’est votre bambin qui sort d’une Matriochka (une poupée russe ?) comme si on ouvrait une surprise Kinder. Puis, une fois étonnement passé, il vous appartiendra de choisir sa classe (mage blanc ou noir, flingueur, épéiste) pour qu’il puisse vous accompagner dans les donjons afin d’éliminer les monstres. De l’esclavage moderne en somme. Les labyrinthes de l’ennui
BSrk9Um dans Jeux Video
Il ne faut pas oublier l’autre partie du jeu, car c’est bien beau de mater les seins rebondissants des lycéennes, mais ilfaut aussi éliminer tous ces sales monstres qui pullulent dans les donjons. Pour cela vous pourrez être accompagné de votre dulcinée ainsi que de tous vos enfants. On se ballade dans des couloirs horriblement moches, avec des personnages à la modélisation potable mais qui ne casse pas trois têtes à une flopée de Matriochka. Le bestiaire est tout sauf séduisant et les combats sont d’un ennui mortel.
  En effet, malgré quelques techniques qui vous permettent de retarder les coups de vos adversaires, il suffira de bien se placer (devant, derrière ou sur les côtés du monstre) puis de lancer ses plus fortes attaques pour gagner.Même les boss ne représentent pas une grosse menace, ce qui en devient insupportable quand on s’est tapé tous les étages à monter pour l’atteindre. Bien sûr il faudra gérer vos points de vieet de magie comme tout bon RPG, mais on trouve facilement de quoi se régénérer dans les donjons ou acheter sa cargaison de potions en ville. Le seul intérêt est de pouvoir trouver des Matriochka spéciales pour que vos futurs enfants soient plus fort. En somme, trop classique et sans réel challenge pour nous donner l’envie de continuer à nous battre.
Pour conclure, je trouve vraiment dommage que cette partie donjon soit si ennuyeuse et laide. En effet, la partie dating sim est plutôt sympathique et sublimée par un character design très classe ainsi que de quelques séances animées qui sauront toucher le cœur des fans de japanimation. Les musiques sont également agréables à écouter, je déplore juste qu’on ne puisse pas choisir le doublage japonais car même si la version anglaise reste correcte, je trouve que cela casse un peu l’ambiance nippone du titre. Au final, Conception II reste un jeu moyen, sans grande prétention et un poil trop long à cause de ces donjons interminablement ennuyeux.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alexandres 305 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog