Magazine Culture

Bande de filles, film de Céline Sciamma

Par Mpbernet

bande_de_filles

Il y avait beaucoup de jeunes filles dans la salle ce mardi après-midi, et des applaudissements en fin de séance. Je suis donc surprise, en lisant certaines critiques, que l'on fustige dans ce beau film certains clichés des cités. Moi, j'y ai vu des filles superbes : muscles fuselés, allures sportives, mains élégantes aux doigts allongés, chevelures artistement tressées, une prise de vue délicate, des lumières et des couleurs superbes, une musique prenante, des sourires éclatants. En contrepoint, l'environnement minéral et monotone des HLM des années 70. Pas la misère, non, seulement l'oppression, la négation de la liberté. Pire.

bande-de-filles1

A ces jeunes françaises dont le père est absent et n'est remplacé que par un grand frère violent répondant aux canons de la communauté mais qui fait vivre la famille en dealant de la drogue, à ces jeunes filles qui rêvent d'un autre horizon mais auxquelles le collège n'offre pas d'issue, que reste-t-il ? Même la perspective d'un amour simple avec l'homme qu'elles aiment les décourage. Leurs rêves sont ceux du shopping dans les galeries marchandes où elles « chourent » ça et là des fringues pour se prendre un instant pour Rihanna. Elles manquent de mots pour communiquer, seule est présente la violence des provocations de bande à bande, des combats à poings nus dont le seul but est de mettre l'adversaire au tapis et de l'humilier devant la foule des portables répercutant la scène d'un bout à l'autre du réseau. Tout pour exister, se faire reconnaître, devenir quelqu'un … Tout comme les mecs, et cependant, devant eux, elles doivent baisser les yeux, se soumettre. En vertu de quelle loi, de quelle malédiction séculaire ?

bandedefilles2

C'est un film poétique et sombre que nous offre Céline Sciamma, après Tomboy. Celui de l'enfermement d'une certaine jeunesse dans un destin écrit d'avance dont pourtant, statistiquement, les filles parviennent à s'extirper mieux que les garçons lorsqu'elles réussissent à s'accrocher à l'école et à trouver un emploi.

Les jeunes actrices sont naturelles et efficaces : Karidja Touré, la belle héroïne Mariemme, Assa Sylla (Lady), Lindsay Karamoh et Mariétou Touré. Je souhaite un beau succès à ce film, même avec ses faiblesses … que moi, habitante du 6ème arrondissement de Paris, je n'ai pas beaucoup de références pour juger.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog