Magazine Culture

MAGRITTE 2015 : Marbie, un meilleur premier film gênant pour le Centre du Cinéma

Publié le 05 février 2015 par Misteremma @misteremma

Marbie, star de Couillu les 2 Eglises peut avoir le sourire, elle aura réussi tous ses paris jusqu’à obtenir le 7 février 2015 le prix du Meilleur premier film aux Magritte du Cinéma Belge. J’imagine clairement la fierté et l’enthousiasme de Dominique Smeets, réalisatrice et héroïne principale de ce film atypique. En 2011, elle déclarait au journal Le Soir :

Le film veut promouvoir les valeurs d’entraide et de solidarité. C’est un film positif tourné dans des décors superbes pour donner une nouvelle identité à la région. C’est une histoire qui se termine bien et où les gens peuvent se reconnaître.

Pendant de nombreuses années, à force de crowdfunding et de persuasions, Dominique Smeets a porté seule à bras le corps cette histoire de Jean Tube (boucher du village de Couillu les 2 Eglises) et Marbie (une artiste locale). Cette dernière a tapé dans l’œil du producteur de bovin, persuadé de pouvoir remplir le rôle de découvreur de talent en propulsant sa « pouliche » dans le showbiz. Quelque 500 citoyens et 73 entreprises wallonnes ont pris part à la production du film ! Inédit et incroyable. Le système de financement a rapporté 354 500 euros dont 50 000 de la Région Wallonne.

A sa sortie en salle, le film a fait un carton dans la région de  Charleroi : plus de 6000 entrées alors que des films comme Les Convoyeurs attendent en avaient réalisé 4600 places, ou encore Les Rayures du Zèbre 5338 places. Mais voilà… de bruits de couloir, on sait que le film n’est pas vraiment l’image du 7ème art que la Belgique voudrait véhiculer. On se souvient, notamment, des échanges musclés entre les producteurs de Marbie et Philippe Reynaerts, directeur de Wallimage. Le journal Le Soir indiquait dans son édition du 2 mars 2003 que, d’un côté, le producteur Dominique Dubuisson s’étonnait d’apprendre que le fonds régional d’investissement dans l’audiovisuel ne contribuera pas financièrement au projet (à hauteur de 100 000 euros). De l’autre, le directeur de Wallimage se disait « surpris par la véhémence des propos tenus par M. Dubuisson qui, après avoir imprudemment dépensé les économies que nombre de citoyens carolos lui avaient naïvement confiées via un douteux système de “crowd funding”, fulmine maintenant contre le fonds Wallimage en multipliant les allégations mensongères. » et soulignait ses propos sur la gestion du fonds wallon : en 12 ans, Wallimage a « examiné près de 800 projets mais n’en a soutenu que 200 car l’argent public dont nous avons la charge se doit d’être investi dans des projets qui génèrent un maximum de dépenses en Wallonie et sont gérés par des personnes responsables et compétentes ».

En dehors de Charleroi, le film n’a pas vraiment eu le succès escompté. J’ai cherché des critiques du film sur le net mais n’en ai trouvé qu’une :

Pitoyable amateurisme au sein duquel aucun élément n’en sauve un autre – à part les raccords maquillage.
(ungrandmoment.be)

Mais comment Marbie, star de Couillu les 2 Eglises peut-il se retrouver au Magritte vous demandez-vous ? C’est en 2013 que l’Académie André Delvaux a voulu donner la parole aux spectateurs en leur permettant de remettre un prix qui n’est pas remis par les professionnels qui composent ses membres. L’idée du prix du Meilleur premier film belge est venu d’un constat, celui qu’une grande partie des films éligibles au Magritte du Meilleur Film était des premiers films de réalisateurs, ce prix permet donc, comme le signale le site officielle des Magritte d’inviter « le public à désigner le réalisateur de demain ». La ferveur populaire que Dominique Smeets a mis en place pour récolter les fonds nécessaire à la production s’est immédiatement transformée en votes massifs, et c’est haut la main et très loin devant ses concurrents (Je te survivrai, Tokyo Anyway, Puppylove, Yam Dam, Post Partum, Le vertige des possibles) que Marbie a obtenu les suffrages du peuple.

Cerise sur le gâteau, ce prix n’est pas seulement un trophée : l’Académie s’est associée à la Quadrature du Cercle, le réseau des programmateurs de cinéma en centres culturels, qui permet l’organisation de projections des films qui concourent à Bruxelles et en Wallonie. Marbie, star de Couillu les 2 Eglises va donc bénéficier d’une diffusion dans tous les centres culturels wallons et bruxellois. De plus, le film sera, également, disponibles à la demande sur Be tv et Universciné. Enfin, Dominique Smeets sera présente au Square pour prendre possession de son prix car, depuis l’année dernière, le prix a intégré la Cérémonie officielle !

ȇ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misteremma 41190 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte