Magazine Politique

Pourquoi l’armée turque n’a pas combattu l’EI en entrant en Syrie ?

Publié le 25 février 2015 par Unionrevolte
Pourquoi l’armée turque n’a pas combattu l’EI en entrant en Syrie ? La Turquie, membre de la coalition internationale contre l’État islamique (EI), peut-elle lancer une opération militaire d’envergure dans une partie du territoire syrien contrôlé par l’EI sans pour autant lui livrer bataille ? Oui, elle le peut. Et les évènements qui se sont déroulés dans la nuit de samedi à hier viennent de le confirmer.
L'armée turque a mené une incursion militaire à 37 km à l'intérieur du territoire syrien pour évacuer la dépouille de Souleïmane Shah et les soldats qui gardaient son tombeau. Si la facilité avec laquelle elle peut rentrer en territoire syrien apparait compréhensible, au vu du chaos qui sévit dans cette partie de la Syrie, le fait qu'elle ait pu mener cette opération sans livrer le moindre combat, alors que la zone est contrôlée par l'EI, a de quoi susciter quelques interrogations.
Y-a-t-il eu une coordination entre l'État major turc et les membres de l'EI? Cela confirme-t-il les rumeurs d'une supposée alliance entre les deux parties ou cela s'inscrit-il davantage dans une logique de pacte de non-agression ? Interrogé par L'Orient-Le Jour, Romain Caillet, spécialiste du jihad et de l'État islamique, penche clairement pour la seconde hypothèse. « Il y a effectivement des contacts entre l'EI et les Turcs. Mais ce n'est pas une alliance, il s'agit plutôt d'un pacte de non-agression », explique l'expert. Selon lui, aucun des deux protagonistes n'a intérêt à attaquer l'autre. « La Turquie peut empêcher les combattants étrangers de rejoindre l'EI en fermant sa frontière. Inversement, les jihadistes peuvent commettre des attentats terroristes sur le territoire turc, ce qui provoquerait l'effondrement du tourisme ». Sans oublier, ajoute-t-il, que la mafia turque est un intermédiaire privilégié pour l'EI dans les opérations de revente de pétrole et d'objets de contrebande.
Malgré cette évidente concomitance d'intérêts entre les deux acteurs, M. Caillet estime que « la Turquie ne joue pas un double jeu. Ankara considère l'EI comme une organisation terroriste, mais de son point de vue, le PKK est nettement plus dangereux que l'EI », argumente l'expert. « La situation rend compte des rapports de force entre ces entités dans la région », ajoute-t-il encore. En outre, il rappelle que l'armée turque avait déjà mené une opération similaire et qu'aucun média n'en avait parlé à l'époque.
Le pacte de non-agression peut expliquer l'absence de combats dans le déroulement de l'opération. Pour autant, il ne permet pas de comprendre pourquoi la Turquie avait besoin de 572 soldats et d'une quarantaine de chars pour rapatrier une dépouille et 38 soldats. Peut-on voir dans cette mise en scène assez disproportionnée, et légèrement outrancière, un message de force adressé au régime syrien, alors qu'Ankara a admis avoir averti la Coalition nationale syrienne du déroulement de l'opération ? Est-ce un nouveau signal que les choses ne vont pas tarder à bouger, quelques jours après l'accord avec les États-Unis pour former des rebelles syriens ? Il semble bien qu'Ankara ait voulu envoyer un triple message : au régime syrien, aux combattants kurdes et à la coalition internationale. Un message qui signifie en quelque sorte que la Turquie peut s'appuyer sur sa puissance militaire, s'il le faut, pour imposer son propre agenda politique. Et qu'il ne sera pas évident de la convaincre de ne pas en faire qu'à sa tête.
Source : Lorientlejour

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unionrevolte 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines