Magazine Coaching sportif

L’homme qui tombe (à pic)

Publié le 26 février 2015 par Emmanuel S. @auxangesetc

Le titre, je le dois à Man, toujours là pour aider ses amis en souffrance avec des mots réconfortants. Car samedi, je suis (encore) tombé à vélo. Pour me remonter le moral malgré la douleur bien présente, il m'a appelé l'homme qui tombe à pic, dans son humour-vache qui le caractérise. Mais assez parlé de lui, parlons un peu de moi.

Autant l'an dernier je me suis fait littéralement renversé par un véritable connard concurrent sur un duathlon (c'est-à-dire une épreuve combinée de course à pied - vélo - course à pied) en équipe où certains avaient visiblement du mal avec le règlement et notamment la règle imposant de doubler avec 3 mètres d'écart de côté. Bref, c'était une agression en règle qui m'avait coûté un passage aux urgences de Percy pour vérifier que je n'avais rien de cassé. Parce que j'avais vraiment mal au cul... 1 an après, j'ai toujours des douleurs récalcitrantes dans le bas du dos d'ailleurs.

Bref, la semaine précédant la chute fut magnifiquement pourrie, avec notamment une grippe qui m'a cloué chez moi et qui m'a empêché de m'approcher de trop près de ma fille pendant une semaine. Un vrai calvaire. Evidemment, pas d'entraînement non plus... Moi qui commence tout doucement à retrouver un peu de rythme. A croire qu'il me faudra plus de 2 ans pour revenir à un niveau potable.

Mais comme je suis têtu, j'ai décidé d'aller faire une petite sortie VTT tranquillou samedi. Ce n'était pas une super idée à la base: outre un état de forme physique approximatif, il pleuvait depuis 3 jours et il faisait froid. J'y suis quand même allé. Après avoir évité 2 chutes de justesse, la troisième m'a définitivement envoyé au tapis. Mais au lieu du tapis, c'était des branches et des cailloux cachés sous un lit de feuilles.

Je suis me gaufré tout seul, comme un âne.

Après avoir pensé à un problème au genou gauche plutôt douloureux, je me suis aperçu une fois à la maison que mon épaule droite était en fait le problème. Après avoir laissé passé l'agrès-midi, la douleur augmentant et sentant une forme bizarre lors du toucher de l'épaule, je me suis à craindre une luxation. J'ai donc fini par aller, à 22h, à la cour des miracles aux urgences de Percy.

Donc, rien pour toi lecteur, voici quelques conseils quand tu arrives aux urgences pour ne pas passer pour un con comme ce fut mon cas samedi.

Conseil préliminaire: ami lecteur, évite de faire du VTT quand tu as la grippe, tes réflexes sont moins bons que d'accoutumée (imagine donc le résultat si tu es plutôt gauche d'habitude), ta force limitée et ta vision pas toujours coordonnée avec ce qu'il te reste de fonctions cognitives.

1/ Quand tu arrives au portail d'entrée des urgences, et que tu sais que c'est un hôpital militaire, ne t'inquiète pas si les deux soldats ici présents pour monter courageusement la garde et te protéger du danger des méchants barbus syphonnés du cerveau, s'occupent à leur manière. Attendre l'ennemi est long et pénible pour eux. Il est donc parfaitement normal que l'un d'eux drague une passante pendant que le second admire la bêtise l'audace du premier tout en répétant " C'est chaud, c'est trop chaud, nân mais sérieux, c'est chaud ". Oui, les militaires ont du vocabulaire. Du Verlaine, ou presque. Dans ce cas, ne les fixe pas et ne les remercie pas ironiquement de te protéger de la sorte, même si la douleur t'oblige à être toi-même et que les militaires en question ne comprennent pas ton ironie. Et heureusement. Car n'oublie pas, ami lecteur, qu'ils sont armés, pas très intelligents et visiblement impulsifs. Une balle serait vite perdue. Enfin, pas perdue pour le monde... Mais vu que tu as déjà mal à l'épaule, évite d'aggraver ton cas.

2/ Quand tu arrives à l'accueil des urgences, ne fixe pas la militaire et son uniforme, même si Manu t'a demandé son 06. Elle aussi est militaire et pourrait aisément t'abîmer ton épaule encore valide. D'autant que se prendre la misère par une femme devant les cas sociaux des urgences, c'est pas terrible pour la virilité. Contente-toi donc d'essayer de faire le fier qui n'a même pas mal, même si tu es plutôt maladroit à essayer de tout faire de la main gauche (c'est con pour un droitier...).

3/ Lors de l'entretien préliminaire avec la médecin de garde (celle-là même qui va décider si tu attendras 3h ou 5 h selon si ton cas est désespéré ou juste grave), à la question " quelle est votre situation familiale?" , ne réponds pas: " ma femme et moi sommes amoureux comme au premier jour" . C'est incroyable à dire, mais elle s'en moque. Ils sont d'un égocentrisme monstre aux urgences! Contente-toi de faire part de ton état civil officiel: célibataire, marié, divorcé, veuf (ça peut être tout ça dans l'ordre, mais dans ce cas, prends juste ton dernier état civil actuellement en cours de validité au regard de lois de la République Française). Cela évitera un regard empli de pitié et de dépit quand tu donnes une réponse confondante de naïveté.

4/ Lorsque l'urgentiste t'examine, et qu'il te demande " comment êtes-vous tombé?" , ne réponds pas " comme une merde" , cela ne va pas vraiment l'aider pour établir son diagnostic. Il veut savoir si tu es tombé de côté, de face, si tu t'es pris le cadre dans les genoux, le guidon dans les épaules, si ta tête a cogné une pierre (ce qui pourrait expliquer tes réponses débiles). Il se moque aussi de savoir que ton VTT n'a rien eu lors de la chute, il n'est pas mécanicien. Concentre-toi bien sur le sujet: ton épaule. Tu as attendu 3h pour ça, en supportant la cour des miracles et The Voice sur TF1 pour calmer le peuple qui attend sa morphine.

5/ Toujours lors de l'examen avec l'urgentiste, quand il te demande quels gestes te font mal, évite de le faire " à la Coluche ": " vous voyez Docteur, quand je fais ça, arghhhhh, et bein, je peux pas le faire, ça fait mal, mais là, c'était juste pour vous montrer, en vrai, je peux pas le faire" . Essaie aussi de le laisser te tordre le bras pour voir où tu as mal. Non, il ne fait pas n'importe quoi, même si ça y ressemble. C'est son métier. Attends donc que la douleur te fasse crier d'elle-même. L'urgentiste aura ainsi sa réponse sans qu'il te soit nécessaire de parler. Et vu les réponses jusqu'à présent, ce n'est pas plus mal.

En espérant que ces quelques conseils vous soient utiles lors de votre prochain passage aux urgences. Si vous allez à Percy, allez-y de ma part, je crois que je suis au top du " mur des cons " local.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emmanuel S. 893 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte