Magazine Politique

20 % des Allemands ne croient pas vivre en démocratie et veulent une révolution

Publié le 26 février 2015 par Unionrevolte
20 % des Allemands ne croient pas vivre en démocratie et veulent une révolution

Selon une étude menée par l’Université libre de Berlin, 20 % des Allemands estiment que quelles que soient les réformes mises en place par tel ou tel gouvernement, cela ne changera rien à leurs conditions de vie, et que seule une révolution peut faire en sorte que la société évolue de façon satisfaisante.

Cette étude, intitulée « Contre l’État et le Capital, en route vers la Révolution », mettait l’accent sur l’opposition au capitalisme, au fascisme et au racisme, et semble indiquer que les Allemands sont davantage de gauche dans les faits que l’on aurait pu le penser précédemment. L’objectif des chercheurs était d’analyser les similitudes structurelles principales que l’on retrouve aussi bien dans les mouvements d’extrême gauche que d’extrême droite.
Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, la division idéologique entre l’ancienne RFA et l’ancienne RDA est toujours visible, puisque les idées de gauches sont plébiscitées dans l’ancienne Allemagne de l’Est. Selon cette étude, 60 % des Allemands qui vivent dans l’Est considèrent que le socialisme est globalement une bonne doctrine politique, contre seulement 37 % des résidents de l’Ouest. Près de 50 % des personnes interrogées ont affirmé avoir remarqué une surveillance accrue des dissidents gauchistes par la police et l’État, tandis qu’un tiers des Allemands craint que l’espionnage des citoyens du pays ne dérive vers une dictature.
Cette recherche, qui s’étend sur plusieurs années, a été menée dans le cadre d’un programme fédéral, les Forces d’initiative de la démocratie. Au cours de ce sondage représentatif, près de 1 400 personnes ont été interrogées en répondant aux questions de l’institut de sondage Infratest Dimap.
20 % des sondés ont affirmé considérer la montée du néofascisme en Allemagne comme un danger réel, tandis que 48 % d’entre eux pensent que des racines xénophobes profondes subsistent toujours en Allemagne.
pegida Sur cette photo, un rassemblement de PEGIDA à Dresde, le 25 janvier 2015. Ce parti européiste entend avant tout « lutter contre l’islamisation de l’Europe ». Pas de doute, ils sont Charlie… (photo : Reuters / Hannibal Hanschke)
Une majorité des Allemands interrogés (62 %) considèrent que la démocratie de leur pays n’est pas une vraie démocratie, car elle est dirigée par le monde de la Finance.
Une autre conclusion de cette étude menée par le professeur Klaus Schroeder : la montée des actes de violence commis par des groupes d’extrême gauche ces dernières années, le plus souvent dirigées contre des cibles d’extrême droite ou contre la police.
Un exemple de cette violence fut l’attaque d’un commissariat de police à Leipzig, au mois de janvier, une attaque menée par cette fraction extrémiste de gauche. Lors de cet incident, 50 personnes encagoulées s’en sont prises à un commissariat de police local, ont mis le feu à une voiture de patrouille, et lancé des pierres, des bouteilles et des bombonnes de peinture sur les vitres de sécurité. Selon la police, l’attaque a duré moins d’une minute, puis le groupuscule s’est dispersé dans l’obscurité de la nuit.
Plus tôt ce mois-ci, des activistes gauchistes ont également été soupçonnés d’avoir vandalisé des affiches du parti d’extrême droite AfD (Alternative for Germany) lors des élections locales de Hambourg. Les slogans de l’AfD ? « Stop Islamists » ou encore « Immigration needs strict regulation » (l’immigration doit être encadrée par des règlementations strictes).
Traduction : Fabio Coelho pour Quenel+

Ananalyse de Quenel+

Par où commencer ? Cet article est révélateur de plusieurs tendances présentes également en France et dans tous les pays européens de la zone euro. Nous allons donc partir du principe qu’en temps d’abondance et de paix, ces frictions idéologiques, ethniques, religieuses et autres sont relativement minimes, restreintes, voire inexistantes. On peut raisonnablement considérer que tant que la masse a du pain et des jeux, rien ne semble pouvoir troubler sa paisible existence.
Par contre, en temps de vaches maigres, les conflits sociaux pullulent sur fond de peur primaire, comme si l’autre était responsable de notre mal-être ou de l’époque difficile que nous traversons… Très vite, des bouc-émissaires sont trouvés, chacun ressort ses vieux démons, et la paix sociale vole en éclat, sans que les réels coupables soient inquiétés. Nos « maîtres » savent parfaitement comment agiter le peuple avant de s’en servir…
Il se trouve juste qu’au cours des derniers siècles, l’Occident a conquis, pillé, massacré, réduit en esclavage et déporté des millions de personnes, ce qui eut le malheur de coïncider avec la révolution industrielle et l’avènement du capitalisme, sans compter l’influence nauséabonde de facteurs occultes mais ô combien influents. Ainsi, au cours de ces années, l’Europe s’est progressivement développée économiquement et socialement, et les guerres internes de l’Occident furent de moins en moins nombreuses. Mais cet équilibre précaire reposait sur un système et une idéologie qui contenait en son sein la graine de sa propre destruction…
Au nom de cet ennemi invisible, des nations se sont affrontées, des millions de personnes sont mortes et d’ignobles supercheries furent mises en place « pour la paix dans le monde ». Tout le monde était prêt à y croire, après l’horreur de la guerre. Et d’ailleurs, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’y eut aucun conflit à grande échelle sur le continent européen. Soixante-dix ans de paix en Europe de l’Ouest, alors qu’au cours des siècles et millénaires précédents, les guerres étaient légion.
La raison ? La soumission complète de l’Europe (vainqueurs et perdants) à un système capitaliste, sioniste et maçonnique qui tente progressivement d’imposer un Nouvel ordre mondial. Le moyen ? Diviser, créer le chaos puis rebâtir des temples sur les ruines, encore et encore, afin d’unifier sous une nouvelle égide. Une fois l’URSS, symbole par excellence du communisme socialiste, effondrée, la fine équipe se tourna vers d’autres horizons : le Moyen-Orient, berceau de l’islam, de Jésus et autres adversaires de l’extrémisme laïciste d’origine maçonnique, de la secte sioniste ; une zone riche en ressources énergétiques.
Pourquoi changer de tactique lorsque l’on gagne ? Le Moyen-Orient résiste tant bien que mal à l’entité sioniste et au chaos qu’elle a, avec la complicité des États-Unis dominés par l’influence sioniste, créé et maintenu. Daech est un bel exemple des idiots utiles employés et formés par l’axe atlanto-sioniste pour agenouiller les nations résistantes.
En Europe, les mouvements dissidents sont de plus en plus nombreux, et l’éveil citoyen va crescendo. Ceci dit, une fois encore, la division est à nos portes. Il n’est pas rare de lire sur des sites dissidents gauchistes que tel ou tel site dissident est un site « facho ». La faute sans doute à certaines alliances du passé entre tel ou tel mouvement, dont chacun(e) pensera ce qu’il veut. Il serait pourtant préférable de voir au-delà de ces facteurs de division, par ailleurs largement instrumentalisés par les médias de masse. Il s’agirait d’entrevoir ce que l’ensemble des mouvements dissidents veulent en commun pour leur société, et non d’annihiler l’autre. Il s’agirait de comprendre un bonne fois pour toute que la véritable lutte n’est pas horizontale, mais verticale. Le peuple doit s’unir contre ses « élites », pas contre d’autres composantes du peuple qui subissent exactement les mêmes politiques, le même pouvoir, et les mêmes élites, et qui finalement ressent la même souffrance.
Cette étude révèle la division qui règne dans les classes populaires au niveau idéologique et politique. Il est évident que la classe politico-médiatique a tout misé sur la division et que les conflits actuels entre citoyens de la même nation sont le résultat de cette propagande.
Que se passerait-il si demain le gouvernement tombait, et la classe politique disparaissait ? Il est possible que la nation ait besoin d’un temps d’adaptation afin de rétablir une stabilité nationale. Peut-être que des groupuscules d’extrémistes s’affronteraient dans les rues au nom de telle ou telle raison politique, religieuse ou autre. Le peuple français est-il prêt à s’unir et à profiter d’une telle révolution, pourtant si nécessaire ?

Une révolution Ananas

ananas2
Il serait peut être profitable p

Selon une étude menée par l’Université libre de Berlin, 20 % des Allemands estiment que quelles que soient les réformes mises en place par tel ou tel gouvernement, cela ne changera rien à leurs conditions de vie, et que seule une révolution peut faire en sorte que la société évolue de façon satisfaisante.

Cette étude, intitulée « Contre l’État et le Capital, en route vers la Révolution », mettait l’accent sur l’opposition au capitalisme, au fascisme et au racisme, et semble indiquer que les Allemands sont davantage de gauche dans les faits que l’on aurait pu le penser précédemment. L’objectif des chercheurs était d’analyser les similitudes structurelles principales que l’on retrouve aussi bien dans les mouvements d’extrême gauche que d’extrême droite.
Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, la division idéologique entre l’ancienne RFA et l’ancienne RDA est toujours visible, puisque les idées de gauches sont plébiscitées dans l’ancienne Allemagne de l’Est. Selon cette étude, 60 % des Allemands qui vivent dans l’Est considèrent que le socialisme est globalement une bonne doctrine politique, contre seulement 37 % des résidents de l’Ouest. Près de 50 % des personnes interrogées ont affirmé avoir remarqué une surveillance accrue des dissidents gauchistes par la police et l’État, tandis qu’un tiers des Allemands craint que l’espionnage des citoyens du pays ne dérive vers une dictature.
Cette recherche, qui s’étend sur plusieurs années, a été menée dans le cadre d’un programme fédéral, les Forces d’initiative de la démocratie. Au cours de ce sondage représentatif, près de 1 400 personnes ont été interrogées en répondant aux questions de l’institut de sondage Infratest Dimap.
20 % des sondés ont affirmé considérer la montée du néofascisme en Allemagne comme un danger réel, tandis que 48 % d’entre eux pensent que des racines xénophobes profondes subsistent toujours en Allemagne.
pegida   Sur cette photo, un rassemblement de PEGIDA à Dresde, le 25 janvier 2015. Ce parti européiste entend avant tout « lutter contre l’islamisation de l’Europe ». Pas de doute, ils sont Charlie… (photo : Reuters / Hannibal Hanschke)
Une majorité des Allemands interrogés (62 %) considèrent que la démocratie de leur pays n’est pas une vraie démocratie, car elle est dirigée par le monde de la Finance.
Une autre conclusion de cette étude menée par le professeur Klaus Schroeder : la montée des actes de violence commis par des groupes d’extrême gauche ces dernières années, le plus souvent dirigées contre des cibles d’extrême droite ou contre la police.
Un exemple de cette violence fut l’attaque d’un commissariat de police à Leipzig, au mois de janvier, une attaque menée par cette fraction extrémiste de gauche. Lors de cet incident, 50 personnes encagoulées s’en sont prises à un commissariat de police local, ont mis le feu à une voiture de patrouille, et lancé des pierres, des bouteilles et des bombonnes de peinture sur les vitres de sécurité. Selon la police, l’attaque a duré moins d’une minute, puis le groupuscule s’est dispersé dans l’obscurité de la nuit.
Plus tôt ce mois-ci, des activistes gauchistes ont également été soupçonnés d’avoir vandalisé des affiches du parti d’extrême droite AfD (Alternative for Germany) lors des élections locales de Hambourg. Les slogans de l’AfD ? « Stop Islamists » ou encore « Immigration needs strict regulation » (l’immigration doit être encadrée par des règlementations strictes).
Traduction : Fabio Coelho pour Quenel+

Ananalyse de Quenel+

Par où commencer ? Cet article est révélateur de plusieurs tendances présentes également en France et dans tous les pays européens de la zone euro. Nous allons donc partir du principe qu’en temps d’abondance et de paix, ces frictions idéologiques, ethniques, religieuses et autres sont relativement minimes, restreintes, voire inexistantes. On peut raisonnablement considérer que tant que la masse a du pain et des jeux, rien ne semble pouvoir troubler sa paisible existence.
Par contre, en temps de vaches maigres, les conflits sociaux pullulent sur fond de peur primaire, comme si l’autre était responsable de notre mal-être ou de l’époque difficile que nous traversons… Très vite, des bouc-émissaires sont trouvés, chacun ressort ses vieux démons, et la paix sociale vole en éclat, sans que les réels coupables soient inquiétés. Nos « maîtres » savent parfaitement comment agiter le peuple avant de s’en servir…
Il se trouve juste qu’au cours des derniers siècles, l’Occident a conquis, pillé, massacré, réduit en esclavage et déporté des millions de personnes, ce qui eut le malheur de coïncider avec la révolution industrielle et l’avènement du capitalisme, sans compter l’influence nauséabonde de facteurs occultes mais ô combien influents. Ainsi, au cours de ces années, l’Europe s’est progressivement développée économiquement et socialement, et les guerres internes de l’Occident furent de moins en moins nombreuses. Mais cet équilibre précaire reposait sur un système et une idéologie qui contenait en son sein la graine de sa propre destruction…
Au nom de cet ennemi invisible, des nations se sont affrontées, des millions de personnes sont mortes et d’ignobles supercheries furent mises en place « pour la paix dans le monde ». Tout le monde était prêt à y croire, après l’horreur de la guerre. Et d’ailleurs, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’y eut aucun conflit à grande échelle sur le continent européen. Soixante-dix ans de paix en Europe de l’Ouest, alors qu’au cours des siècles et millénaires précédents, les guerres étaient légion.
La raison ? La soumission complète de l’Europe (vainqueurs et perdants) à un système capitaliste, sioniste et maçonnique qui tente progressivement d’imposer un Nouvel ordre mondial. Le moyen ? Diviser, créer le chaos puis rebâtir des temples sur les ruines, encore et encore, afin d’unifier sous une nouvelle égide.
Une fois l’URSS, symbole par excellence du communisme socialiste, effondrée, la fine équipe se tourna vers d’autres horizons : le Moyen-Orient, berceau de l’islam, de Jésus et autres adversaires de l’extrémisme laïciste d’origine maçonnique, de la secte sioniste ; une zone riche en ressources énergétiques.
Pourquoi changer de tactique lorsque l’on gagne ? Le Moyen-Orient résiste tant bien que mal à l’entité sioniste et au chaos qu’elle a, avec la complicité des États-Unis dominés par l’influence sioniste, créé et maintenu. Daech est un bel exemple des idiots utiles employés et formés par l’axe atlanto-sioniste pour agenouiller les nations résistantes.
En Europe, les mouvements dissidents sont de plus en plus nombreux, et l’éveil citoyen va crescendo. Ceci dit, une fois encore, la division est à nos portes. Il n’est pas rare de lire sur des sites dissidents gauchistes que tel ou tel site dissident est un site « facho ». La faute sans doute à certaines alliances du passé entre tel ou tel mouvement, dont chacun(e) pensera ce qu’il veut. Il serait pourtant préférable de voir au-delà de ces facteurs de division, par ailleurs largement instrumentalisés par les médias de masse. Il s’agirait d’entrevoir ce que l’ensemble des mouvements dissidents veulent en commun pour leur société, et non d’annihiler l’autre. Il s’agirait de comprendre un bonne fois pour toute que la véritable lutte n’est pas horizontale, mais verticale. Le peuple doit s’unir contre ses « élites », pas contre d’autres composantes du peuple qui subissent exactement les mêmes politiques, le même pouvoir, et les mêmes élites, et qui finalement ressent la même souffrance.
Cette étude révèle la division qui règne dans les classes populaires au niveau idéologique et politique. Il est évident que la classe politico-médiatique a tout misé sur la division et que les conflits actuels entre citoyens de la même nation sont le résultat de cette propagande.
Que se passerait-il si demain le gouvernement tombait, et la classe politique disparaissait ? Il est possible que la nation ait besoin d’un temps d’adaptation afin de rétablir une stabilité nationale. Peut-être que des groupuscules d’extrémistes s’affronteraient dans les rues au nom de telle ou telle raison politique, religieuse ou autre. Le peuple français est-il prêt à s’unir et à profiter d’une telle révolution, pourtant si nécessaire ?

Une révolution Ananas

ananas2
Il serait peut être profitable pour tous d’œuvrer pour la paix, de s’ouvrir à son prochain et surtout d’ouvrir les yeux face à une caste de bandits qui voudraient nous voir nous entretuer en leur nom, et qui danseraient sur nos cadavres, plus riches qu’hier mais moins que demain. L’idée serait de leur glisser une Quenelle dont ils se souviendront pendant longtemps, et de s’informer le plus possible afin de ne pas devenir des moutons comme dans 1984 de George Orwell.
Source : QuenelPLUS

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unionrevolte 12554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines