Magazine Poésie

Le 7ème continent

Par Francis Lo @FrancisLO_ecolo

Extrait de " Soutien de la vie " un ouvrage de Henry Miller :

" Les produits alimentaires deviennent de la matière plastique ... "

" ... et la matière plastique est ce qui fait tourner le monde. "

Constat évoqué lors de conférences sur l'environnement, la Chine est le premier contributeur à polluer la planète par le plastique, seulement l'on oublie très vite les millions d'objets en plastiques importés de Chine et distribués en France et dans toute l'Europe.

Sidérante réalité, bons nombres de ces objets sont totalement inutiles, d'un usage éphémère surtout que peu coûteux , sont facilement jetés sans précautions particulières, ou pire balancés dans la nature, dans une rivière, au bord d'une plage.

Bien que le recyclage se fasse en Europe, que les normes en agroalimentaire y sont stricte, l'on peut observé qu'échappent aux normes de nombreux plastiques d'objets variés à bas prix ou à usage court, fabriqués à partir de matière de basse qualité qui se désagrègent rapidement.

Anniversaire de votre enfant : vous organisez une petite fête à la campagne ou en bordure de mer, de retour du supermarché avec vos sacs plastiques pleins à craquer, vous projetez un lâcher de ballons gonflés à l'hélium , l'utilisation de couverts et de gobelets en plastiques, de servir aux invités jus de fruit et soda, évidemment en bouteille plastique ...

Quelques années plus tard votre enfant rentré du collège interpelle votre conscience :

" Dis maman, sais-tu qu'il existe aujourd'hui un septième continent ? "

Oui, un septième continent fait de plastiques qui grossi t au fil des années.

Le 7ème continent
Mentirez-vous alors à votre enfant ?

" C'est pas moi, j'y suis pour rien. "

Ceci dit en oubliant que des tortues marines meurent étouffées par vos sacs en plastique, par les enveloppes de ballons festifs que vous aviez vous-même achetés et souvent confondus avec les méduses.

Cessez de mentir à la nature.

Quand l'on comptabilise les participants lors d'une manifestation, quand l'on recense les chômeurs, il y a toujours désaccord.

Certains mesurent 35 000 tonnes de plastique seulement dans les océans - quoiqu'il en soit c'est toujours trop - d'autres mesurent une charge de plastiques flottants d'environ 269 000 tonnes - ce qui est gigantesque.

De récentes données publiées indiquent pour l'année 2010, sur un total d'environ 275 millions de tonnes de déchets en plastique dont quelque 8 millions de tonnes ont fini leur vie dans les océans.

Ces scientifiques ont conclu :

" Cette quantité déversée augmente chaque année " - un point sur lequel tous sont d'accord - " et notre estimation pour 2015 est d'environ 9,1 millions de tonnes. "

En 2012, un programme pour l'environnement des Nations unies constate que chaque kilomètre carré de la mer, en particulier le Pacifique Nord, une région fortement polluée, contenait environ 13 000 morceaux de déchets en plastique sachant qu'i l faut entendre par "morceaux de déchets en plastique" des objets à partir du demi-centimètre.

Faire l'inventaire des tous ceux-ci dans l'immensité des mers et des océans, c'est un peu chercher l'aiguille dans la meule de foin. Or, d'autres équipes ont relevé l'existence de micro-particules dans l'estomac des goujons, petits poissons commun de rivières françaises, précieux indicateurs de l'état de l'environnement. Les taux de matière indésirables s'élèvent quelques fois à 10 %.

Fin 2014, en laboratoire, des chercheurs trouvent du plastique dans les polypes des coraux, selon la publication du journal Marine Biology l'étude alarmante a mis en évidence que les coraux ingèrent ce plastique à un rythme à peine inférieur à celui de leur consommation habituelle de plancton.

L'ampleur des flux de plastique dans l'océan confirme que l'écrasante majorité de ces déchets ne demeure pas en surface, que les cycles naturels leur offrent une variété de destins.

A défaut de modifications profondes, d'un changement radical de comportement, sur une décennie la probabilité d'un déversement des plastiques dans les océans sera 10 fois supérieure à celle annoncée.

Cette pollution aux micro-particules en augmentation continue affecte la faune aquatique, mais elle touchera inévitablement toute la chaîne alimentaire ... et se retrouvera tôt ou tard dans nos estomacs.

Sortie d'une dernière opération de chirurgie esthétique, une femme à la poitrine exagérément opulente , prend son bain de soleil :

" J'ai eu tellement d'opérations de chirurgie plastique ... Quand je mourrai, ils feront don de mon corps à Tupperware. "

Le 7ème continent

Le 7ème continent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francis Lo 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines