Magazine Santé

Un traitement pour éviter le VIH

Publié le 27 février 2015 par Antoinemoulin @medecinsurinter

Jusqu’à présent, l’utilisation d’un préservatif durant l’acte sexuel est considérée être le moyen le plus sûr de se protéger contre le virus VIH. Toutefois, nul n’est à l’abri d’un incident. La déchirure du contraceptif ou l’oubli sont en effet des cas inévitables. Face à de tels risques, l’existence d’une autre alternative est plus que requise et elle est désormais disponible. Elle consiste à suivre un traitement antiviral de façon ponctuelle, le Truvada.

Prise d’antiviraux avant et après le rapport à risque

Dans le cadre de la lutte contre le virus VIH, l’Agence nationale de recherche sur le SIDA (Arns) a réalisé une expérience nommée Ipergay depuis l’année 2012. Leur objectif était de définir un moyen plus efficace qui permet de réduire, voire éliminer, le risque de transmission du virus VIH lors d’un rapport à risque. Des personnes séronégatives ont contribué à cet essai. Elles ont eu droit à un traitement spécifique qui consiste à prendre deux comprimés de Truvada avant un rapport à risque et un comprimé par jour après le dernier rapport. Pour rappel, le Truvada est un ensemble de deux antirétroviraux ce qui le rend particulièrement puissant. Après ce test, on a pu constater qu’il est possible de réduire à plus de 80 % le risque de contamination avec ce type de soins préventifs. Le résultat est alors beaucoup plus satisfaisant comparé à celui obtenu lors de la prise journalière d’un comprimé Truvada. Cette solution qui est déjà adoptée par un grand nombre de personnes ne réduit qu’à 44 % le risque.

6.000 nouveaux cas de contamination annuelle en France

Si les recherches visant à vaincre le virus VIH se multiplient, c’est que le danger est encore imminent. En effet, ce virus continue à faire de nombreuses victimes. De nouvelles contaminations sont encore recensées chaque année dans différents pays du monde et certaines variantes du virus se montrent encore plus agressives. En France par exemple, on dénombre 6.000 nouveaux cas d’infections par an. 58 % des victimes sont hétérosexuelles. Une arme beaucoup plus efficace est alors nécessaire. A priori, le suivi du traitement ponctuel testé auparavant et l’usage du préservatif à chaque rapport sexuel à risque pourraient alléger ce bilan assez catastrophique. Toutefois, ce nouveau traitement à base de Truvada a encore besoin de l’autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm).

Si ce médicament est vraiment efficace, une question subsiste, Truvada encourage-t-il a l’oublie de la capote ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoinemoulin 1140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine