Magazine Bourse

Guide de survie du REER de dernière minute

Publié le 02 mars 2015 par Fabien Major @fabienmajor

Rien ne sert de stresser avec les REER et CELI. Ne laissez surtout pas les publicités vous envahir et influencer vos choix de placements. Pour ne pas commettre des gaffes importantes, voici 5 recommandations qui pourront s’avérer payantes dans le temps.

  1. À défaut d’avoir du temps à consacrer à une sélection minutieuse de vos produits d’investissements, cotisez à votre REER en déposant simplement le montant désiré dans un compte d’épargne enregistré. Ça peut même se faire par internet! Cela vous procurera un reçu pour votre contribution et plus tard, vous pourrez déménager le montant dans un portefeuille établi en fonction d’un plan précis.
  2. Si vous constatez que vous n’avez pas la somme nécessaire à la cotisation souhaitée, cessez de procrastiner! Commencez maintenant à contribuer automatiquement. Vous pouvez diriger 50, 100 ou 200$ par paye dans le fonds de placement ajusté à votre profil! À la fin de l’année, en plus d’avoir cotisé adéquatement… vous aurez aussi réalisé des intérêts. À long terme, la somme des prélèvements automatiques fera des merveilles. 400$ par mois pendant 20 ans à 6% de moyenne de rendement annuel… ça vaut 183 000$
  3. Au lieu de chercher le produit financier miracle… cherchez plutôt LE plan le mieux assorti à votre réalité et vos ambitions. Si vous croyez ne pas avoir les connaissances et le temps à y consacrer, il faut alors rechercher le professionnel de confiance qui saura faire passer VOS intérêts avant ceux de son institution. Cette personne deviendra, le gardien de votre plan et vous rencontrera régulièrement pour le mettre à jour.
  4. Si tout votre espace REER est comblé par votre régime collectif et vos contributions systématiques et qu’il vous reste encore des économies… pensez à cotiser au REER de votre conjoint ou conjointe. Ce sera un REER à son nom, mais c’est vous qui obtiendrez la déduction. Attention, si votre relation de couple est tendue et que vous craignez une séparation, le choix d’un produit comportant la désignation d’un bénéficiaire irrévocable pourra vous sécuriser.
  5. Ma dernière recommandation est destinée à ceux qui ont un boulot précaire et qui craignent devoir ressortir des sommes du REER avant la retraite en cas de perte d’emploi. Évidemment, si vous faites cela vous allez devoir payer des impôts retenus à la source. Ce n’est vraiment pas souhaitable. Au lieu de placer les sommes dans le REER, optez pour le CELI. Lorsque vous aurez moins de soucis professionnels, rien ne vous empêchera ensuite de déplacer le montant vers le REER. Vous recevrez alors, votre précieuse déduction! Dans le doute, on s’abstient.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte