Magazine Santé

Un PETIT-DÉJEUNER PROTÉINÉ optimise le contrôle glycémique – EJCN

Publié le 02 mars 2015 par Santelog @santelog

Un PETIT-DÉJEUNER PROTÉINÉ optimise le contrôle glycémique – EJCNCette étude de l’Université du Missouri (UM) montre comment l’habitude de sauter le petit déjeuner peut avoir des effets sur le métabolisme, qui, du coup, a plus de difficulté à contrôler la glycémie, en cas d’apport inhabituel en protéines. Menée chez des adolescentes en surpoids, l’étude, publiée dans European Journal of Clinical Nutrition, suggère, un petit-déjeuner de 350 calories dont 30 g de protéines…

Les chercheurs américains ont suivi 35 jeunes femmes en surpoids qui avaient soit l’habitude de prendre, soit l’habitude de sauter petit déjeuner. Pour les besoins de l’étude, les adolescentes qui avaient l’habitude de sauter le petit-déjeuner, ont dû en consommer un, soit riche en glucides, soit riche en protéines ou, pour certaines, ont pu continuer à sauter le petit déjeuner, et cela durant 3 jours. Les jeunes femmes qui habituellement en prenaient un, ont reçu soit un petit déjeuner riche en glucides, soit un petit déjeuner riche en protéines durant 4 jours. Le 4è jour, les chercheurs ont mesuré la glycémie des participantes tout au long de la journée.

L’analyse constate que les réponses glycémiques des jeunes femmes au petit déjeuner riche en protéines (vs riche en glucides) sont influencées par leurs habitudes.

-   Ainsi, pour celles qui sautent habituellement le petit déjeuner, un petit déjeuner riche en protéines entraîne une glycémie élevée dans la journée, bien plus élevée que lorsqu’elles sautent le petit déjeuner.

-   En revanche, un petit-déjeuner riche en glucides ne modifie pas la réponse métabolique.

-   Et, chez les participantes qui prennent un petit déjeuner, un petit déjeuner riche en protéines va, a contrario, réduire les niveaux de glucose durant toute la journée.

Si l’on résume, les jeunes femmes qui sautent habituellement le petit déjeuner mais qui pour une fois vont consommer des protéines le matin, vont présenter une glycémie post-prandiale. Or une glycémie post-pandriale est un indicateur reconnu de mauvais contrôle glycémique et est associée à un risque accru de diabète de type 2 et des complications cardiovasculaires.

Un petit-déjeuner protéiné pour optimiser son contrôle glycémique : Heather Leidy, professeur au Département de Nutrition de l’UM explique que sauter le petit déjeuner est donc à éviter, en raison du risque possible à long terme, et conseille d’adopter jeune, ce comportement alimentaire pour réduire ce risque d’élévation de la glycémie post-prandiale et prévenir le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Ar, selon l’auteur, ces résultats suggèrent qu’en sautant ce premier repas de la journée, puisse se développer une incapacité à métaboliser une grande quantité de protéines. L’idée est que tant qu’à commencer à prendre régulièrement un petit déjeuner, il vaut mieux tabler sur environ 350 calories, et favoriser les protéines, avec un apport –ici- estimé à 30g, pour optimiser son contrôle glycémique.

Source:European Journal of Clinical Nutrition25 February 2015 doi:10.1038/ejcn.2015.12The effect of breakfast type and frequency of consumption on glycemic response in overweight/obese late adolescent girls

Un PETIT-DÉJEUNER PROTÉINÉ optimise le contrôle glycémique – EJCN
Lire aussi: OBÉSITÉ: Le “PEBO” ou l’effet supposé du petit-déjeuner sur la perte de poids

et, Plus d’étudessur le Petit-déjeuner


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine