Magazine Culture

« Nu intérieur » de Belinda Cannone

Par Angelalitterature

Belinda Cannone

Belinda Cannone, Nu intérieur, Editions de L’Olivier, 5 février 2015, 136 pages, 15€.

« J’aime l’amour, j’aime les femmes. »

Un homme aime sa femme. Il l’appelle l’Une, et vit avec elle depuis dix ans. Avec l’expérience d’un père qui passait tout son temps avec ses maîtresses, le narrateur n’aurait jamais pensé un seul instant tromper un jour sa femme. Ne surtout pas reproduire le schéma paternel. Et pourtant, à l’âge de 48 ans, alors qu’il commence à se poser des questions sur lui, sur sa vie, son parcours, ses envies, il se rend compte que la mort n’a jamais été aussi proche. La tristesse s’empare de lui, et il parle même d’un « fléchissement de l’énergie vitale » auquel il dit s’habituer. Et son infarctus n’arrange rien. Il s’éloigne un peu plus de l’Une. Ils ne dorment plus ensemble, mais seulement le temps de la convalescence, le temps qu’il aille mieux. Mais les retrouvailles ne semblent pas aussi heureuses que prévues.

« Ce qui avait changé ? Je voulais être amoureux. »

Un jour, il décide de se mettre à la danse. L’Une n’aime pas trop danser, et ne l’accompagne pas. Il s’inscrit donc seul dans un cours de tango. Au bout de quelques cessions, il remarque une jeune femme. Elle n’est pas son genre, mais son charme l’envoute. Il décide de l’aborder. Elle s’appelle Ellénore. Il ne peut lui résister. Le désir qu’il avait eu pour l’Une au début, n’était plus aussi intense. Ils s’entendaient toujours, mais il avait peur. Peur de ne plus jamais ressentir ce fameux désir.

« Ne connaîtrais-je plus jamais l’enivrement de la rencontre, du désir fou, de la vie réduite et cependant agrandie à l’orbe d’une robe ? Je veux brûler, me disais-je. »

Il veut retrouver les joies et le bonheur du début, l’amour, le désir. Un soir, Ellénore l’embrasse. Il tombe amoureux, sans se rendre compte immédiatement de ce qu’il se passe réellement dans son cœur. Ellénore choisit ce moment pour disparaître et laisser son prétendant se morfondre, et se demander si leur baiser est la cause de ce long silence. Juste assez de temps pour qu’il se rende compte du réel désir qu’il éprouvait pour elle. Juste assez de temps pour la laisser revenir, deux semaines plus tard, comme s’il ne s’était rien passer. Ce soir là, ils dansent ensemble, se cherchent, se sourient, se regardent. L’amour est là. Ils deviennent amants, se voient régulièrement. Il profite de l’absence de sa femme, partie dans des colloques loin de Paris, pour passer le plus de temps possible avec Ellénore. Mais qu’adviendra-t-il de cette relation ?

Belinda Cannone évoque l’amour, et la trahison. Ce livre pourrait être l’histoire de beaucoup de couples. Raconté avec beaucoup de pudeur et d’élégance, Belinda Cannone ne choque pas avec la description de l’adultère, mais attendrit. Le lecteur se prend d’affection pour ces personnages finalement attachants quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils disent, et qui ne cherchent que l’amour et le désir.  Finalement ce roman sur le thème de l’adultère n’est rien d’autre qu’une belle histoire d’amour.

Site des Editions de l’Olivier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angelalitterature 3701 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines