Magazine Maladies

Asthme, traitement

Publié le 03 mars 2015 par Anne-Sophie Delepoulle @sosphamanet


inhaler

Le traitement de l’asthme commence toujours par l’éviction de l’allergène. Le but du traitement est de diminuer les symptômes chroniques y compris nocturnes, diminuer la fréquence et la gravité des crises, diminuer la morbidité, rétablir une fonction respiratoire normale, de reprendre une activité physique normale voire même intensive.

Les thérapeutiques inhalées utilisées dans le traitement de l’asthme, se classent en bronchodilatateurs et en anti-inflammatoires.

  • Les bronchodilatateurs sont: les bêta-2 mimétiques ( = bêta-2 stimulants = agonistes sélectifs bêta-2-adrénergiques) et les anticholinergiques (encore appelés atropiniques).
  • Les anti-inflammatoires sont représentés par les glucocorticoïdes ( = corticostéroïdes, glucocorticostéroïdes, corticoïdes) et par les cromones (acide cromoglicique)

Le traitement se décline en traitement de fond et en traitement des crises

Pour être efficace, le traitement de fond doit être pris tous les jours, et sur une longue durée (plusieurs semaines à plusieurs années), même si l’on se sent bien.

Conseils sur le traitement de l'asthme SelectAfficher


Respecter la prescription médicale: nom du produit, dose et durée du traitement
Ne jamais interrompre le traitement même en l’absence de symptômes
Utiliser correctement les systèmes d’inhalation et maîtriser les techniques d’inhalation
Savoir nettoyer le ou les systèmes d’inhalation.
Savoir réduire les effets secondaires des anticholinergiques et des corticoïdes.
Être capable d’évaluer les doses restantes dans les inhalateurs.
Avoir toujours un inhalateur d’avance notamment pour le traitement de la crise (pour éviter d’être pris au dépourvu à la fin du flacon!)
Évaluer la fonction respiratoire
Si une seconde dose de médicament est nécessaire, attendre 1 minute après la première dose
Prendre ses médicaments dans l’ordre: d’abord le broncho-dilatateur, puis le corticoïde
Pour les inhalateurs de poudre sèche, ne jamais expirer quand l’embout est dans la bouche, l’humidité de l’air expiré altérant le fonctionnement de l’appareil

Traitement de l’adulte et de l’enfant de plus de 12 ans

Principes concernant le traitement de l'asthme SelectAfficher

Évaluation de la sévérité et stratégies thérapeutiques adaptées d’après les recommandations internationales

Asthme intermittent

Pallier I

(ancien stade 1)

  • Moins de 1 crise /semaine
  • Moins de 2 réveils nocturnes/mois
  • asymptomatique entre les crises
  • exacerbations courtes
  • VEMS ou DEP>80%
  • variabilité des DEP<20%

 =>

  • Bêta mimétique d’action courte à la demande lors des crises, ou en prévention avant l’effort ou l’exposition à un allergène
  • Pas de traitement de fond

Asthme persistant léger

Pallier II

(ancien stade 2)

  • plus de 1 crise /semaine
  • moins de 1 crise/jour
  • plus de 2 réveils nocturnes/mois
  • asymptomatique entre les crises
  • exacerbations prolongées
  • VEMS ou DEP>80%
  • variabilité des DEP20 à 30%

 =>

  • Bêta mimétique d’action courte à la demande
  • Prise régulière d’un corticoïde inhalé à dose faible (alternative: cromone ou antileucotriène) 2/jour

Asthme persistant

Pallier III

modéré (ancien stade 3)

  • symptômes tous les jours
  • usage quotidien des bêta2 inhalés
  • plus de 1 crise nocturne/semaine
  • retentissement sur l’activité diurne et le sommeil
  • VEMS ou DEP compris entre 60 et 80%
  • variabilité des DEP>30%

 =>

  • Corticothérapie inhalée dose moyenne
  • Bêta mimétique inhalé action longue et(ou) antileucotriène
  • Bêta mimétique inhalé d’action courte à la demande

Asthme persistant sévère

Pallier IV

(ancien stade 4)

  • Crises quotidiennes
  • Exacerbations fréquentes
  • Limitation des activités
  • VEMS ou DEP compris <60%
  • variabilité des DEP>30%

 =>

  • Corticothérapie inhalée  forte dose
  • Bêta mimétique inhalé action longue, théophylline longue action si nécessaire et(ou) antileucotriène
  • Corticoïdes per os si nécessaire
  • Bêta mimétique inhalé d’action courte à la demande
  • Très souvent RGO associé => prescription d’un inhibiteur de la pompe à protons.

VEMS: volume expiratoire maximal en 1 seconde   DEP: débit expiratoire de pointe

Le but est de trouver le pallier le plus bas assurant une maîtrise adéquate.

« Désescalade »

On peut tenter de diminuer de palier si l’asthme est maîtrisé depuis plus de 3 mois. En effet, le temps estimé avant d’atteindre l’effet maximal du traitement est de 3 mois environ.

Traitement préventif de l'asthme SelectAfficher

Les antihistaminiques

Le kétotifène (Zaditen®) a un certain pouvoir anti-inflammatoire et permet une réduction au moins partielle de l’hyperréactivité bronchique. Il exerce aussi une action antihistaminique H1.
Après une période d’adaptation à une dose le soir pour diminuer les risques de somnolence, la posologie est amenée à 2 prises par jour ou une prise de Zaditen® LP.
L’effet protecteur maximal est obtenu par un traitement de plusieurs mois.

Anti-leucotriènes

Le montélukast (Singulair®) bloque les récepteurs cyst-LT1 des leucotriènes médiateurs à action inflammatoire et bronchoconstrictrice puissante. L’activité anti-inflammatoire est inférieure à celle des glucocorticoïdes. La posologie recommandée est de une prise par jour, le soir de préférence, au cours ou en dehors d’un repas.

Indication: Traitement additif de l’asthme chez des patients présentant un asthme persistant léger à modéré insuffisamment contrôlé par corticothérapie inhalée et chez qui les bêta-2-mimétiques à action immédiate et de courte durée administrés à la demande n’apportent pas un contrôle suffisant de l’asthme. Ils sont une alternative aux bronchodilatateurs Béta-2 mimétiques d’action prolongée, et s’utilisent avec des corticoïdes inhalés.

Il ne doivent être administrés au cours de la grossesse qu’en cas d’absolue nécessité.

Effets indésirables : myalgies, arthralgies, céphalées.

Inhibiteur de la dégranulation mastocytaire = cromones

Le Cromoglycate de sodium (Lomudal®) prévient la libération des médiateurs chimiques de l’anaphylaxie. Il n’a pas d’effet direct sur la bronchoconstriction, mais il agit sur l’inflammation et permet de diminuer l’hyperréactivité. Son action anti-inflammatoire est inférieure à celle des glucocorticoïdes inhalés, ce qui réduit son indication à : asthme chronique léger et prévention de l’asthme d’effort

Sa demi-vie courte impose 3 à 4 prises par jour. et les effets sur les symptômes de l’asthme ne se font sentir qu’au bout de plusieurs jours de traitement.

Les ampoules de Lomudal® doivent être administrées au cours de séances d’aérosolthérapie ou à l’aide d’un appareil à nébulisation (nébuliseur).

Désensibilisation ou immunothérapie spécifique

L’immunothérapie spécifique consiste en l’administration de doses croissantes d’allergènes pouvant entraîner une tolérance clinique. Elle est indiquée dans l’asthme allergique, sous réserve que la responsabilité de l’allergène soit prouvée, lorsque l’éviction n’est pas suffisant.

Elle est efficace chez les patients ayant une sensibilisation unique, en particulier aux acariens, aux pollens de graminées, de bouleau et d’ambroisie, aux poils de chat et à certaines moisissures. Elle n’est pas indiquée en cas d’allergie multiple.

En cas d’efficacité, sa durée d’action est de 3 ans.

Depuis quelques années, la voie sublinguale tend à supplanter la voie sous-cutanée en raison de sa simplicité d’administration (surtout chez le jeune enfant) et de l’absence d’effets indésirables graves rapportés (choc anaphylactique, œdème de Quincke, bronchospasmes)

Traitement de fond de l'asthme SelectAfficher

Le traitement de fond est destiné à prévenir l’apparition et l’aggravation des crises. On utilise en général des corticostéroïdes inhalés. Quelque soit le traitement prescrit par votre médecin, il est primordial de bien respecter les prises et de bien suivre son traitement

Glucocorticoïdes inhalés= anti-inflammatoires bronchiques

Béclométasone: Bécotide®, propionate de fluticasone: Flixotide® Diskus, Furoate de mométasone : Asmanex®, Ciclésonide: Alvesco®

Les glucocorticoïdes inhalés sont les médicaments les plus efficaces pour maîtriser l’asthme. Ils agissent par inhibition des cytokines pro-inflammatoires et par activation des  de certaines protéines anti-inflammatoires. Ils sont utilisés dans le traitement de fond de l’asthme persistant (recours plus d’une fois par semaine à des Bêta-2 adrénergiques inhalés). Ils réduisent l’inflammation des bronches et l’hyperréactivité bronchique.

Leur action est lente (début d’action dans les 2 à 8 heures) et nécessite un traitement continu à ajuster par paliers de 1 à 3 mois. L’amélioration clinique n’est obtenue qu’après plusieurs semaines de traitement (Il faut en moyenne 10 jours de prise quotidienne continue pour que le traitement soit efficace); il est donc impératif de suivre régulièrement votre traitement et de ne pas oublier de prise!!

La posologie d’un corticoïde inhalée est strictement personnelle.

L’efficacité et la tolérance de ces produits est maximale en cas d’inhalation le matin. Il convient notamment chez l’enfant de trouver la dose minimale efficace afin d’éviter tout effet secondaire (retard de croissance de 1cm en moyenne la première année de traitement).

Effets indésirables: Par voie inhalée, l’effet anti-inflammatoire s’exerce au niveau local (bronchique), il y a un très faible passage systémique et les effets secondaires généraux sont donc restreints (céphalées, de la fièvre, des myalgies, des arthralgies).

Effets indésirables locaux:

  • Raucité de la voix liée à une parésie des muscles des cordes vocales
  • Mycoses oropharyngées prévenues en se rinçant la bouche après chaque utilisation ou mieux, faire le spray avant de se brosser les dents.
  • Toux ou gêne pharyngée. A utiliser avec précaution en cas d’infections non contrôlées des voies aériennes et dans les ulcères gastroduodénaux évolutifs non traités

Bêta-2-mimétiques inhalés de longue durée d’action

beta2mimetiques
Formotérol Foradil®, Asmelor® Novolizer; Salmétérol: Serevent®

Les bêta-2-mimétiques ou agonistes stimulent les récepteurs bêta-2 des voies aériennes conduisant ainsi au relâchement des muscles lisses des bronches et entrainant donc une broncho dilatation. Ils induisent aussi une augmentation de la clairance mucociliaire. Ce sont les bronchodilatateurs les plus puissants. Le Formotérol agit plus rapidement que le Salmétérol (3 minutes contre 15 minutes); leur action persiste 12 heures. Ils se présentent sous forme d’aérosol doseur ou de système d’inhalation de poudre sèche.

Indication: traitement continu de l’asthme, toujours en association avec un traitement anti-inflammatoire continu comme les glucocorticoïdes inhalés. Ils n’ont pas d’indication pour le traitement de la crise. Le Formotérol peut être utilisé en prévention de l’asthme d’effort. Ils sont utilisés avant d’envisager le traitement par la théophylline.

Effets indésirables: Ils sont peu nombreux hors posologie excessive. Tachycardie, palpitations (à doses importantes); tremblements des extrémités (habituellement transitoires, disparaissant à la poursuite du traitement),céphalées, crampes musculaires, vertiges, agitation, hypokaliémie, hyperglycémie, variation tensionnelle; irritation de la gorge avec toux ou enrouement chez les malades sensibles à l’inhalation d’une poudre sèche (amélioré si rinçage de la bouche après inhalation).

Précautions d’emploi: Les β2 mimétiques d’action longue doivent toujours être utilisés en association avec un glucocorticoïde inhalé en raison du risque d’exacerbation sévère si utilisation en monothérapie

Bêta-2-mimétiques par voie orale

beta2mimetiques
Action courte mais à libération prolongée: Terbutaline (Bricanyl LP®). Action longue et libération prolongée: Bambutérol (Oxéol®)

La voie orale ne se justifie que lorsque les inhalations de bêta-2 mimétiques ne suffisent plus à diminuer la fréquence des épisodes paroxystiques ou lorsque la voie aérienne est impossible.

La voie orale présente, en effet trop de risques d’effets secondaires pour être utilisée en première intention

Effets indésirables: Si les doses sont correctement respectées, les effets indésirables sont rares. Des récepteurs bêta-2 sont présents au niveau cardiaque et ces traitements peuvent induire aux doses élevées des effets indésirables comme la tachycardie et les palpitations, tremblements des extrémités, arythmie, crampes musculaires, céphalées. Ils peuvent à forte dose stimuler les récepteurs Béta-1 et induire une hypokaliémie et une hyperglycémie.

Contre indications des béta-2 mimétiques: Hyperthyroïdie, cardiomyopathie, troubles du rythme, coronaropathoe, HTA, diabète.

Théophylline

Dilatrane®, Euphylline®, Tédralan®, Théostat® et dérivés Bamifylline (Trentadil®)

La théophylline agit au niveau des mouvements intracellulaires du calcium. Elle a une action bronchodilatatrice, elle renforce les muscles respiratoires et possède une action cardiaque inotrope positive. Elle a une action très efficace surtout dans l’asthme de stade IV

C’est un médicament à faible marge thérapeutique et ayant une vitesse de de métabolisation par le foie très variable d’une personne à l’autre. L’ajustement posologique se fait sur l’appréciation de l’amélioration ou des effets indésirables.

Risque de sous-dosage

par induction enzymatique (phénobarbital, rifampicine), âge (enfant, prématuré), tabagisme,  obésité, alcool.

Risque de surdosage

par inhibition enzymatique (Valproate de sodium, cimétidine, érythromycine, ciprofloxacine…), contraception orale, insuffisance hépatique, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, fièvre. Les signes de surdosage sont tachycardie, vomissement et excitabilité.

Les formes orales à libération prolongée peuvent avoir un intérêt en traitement additionnel chez les patients présentant un asthme persistant insuffisamment contrôlé par l’association corticoïde inhalé + bêta-2-mimétique d’action prolongée. La forme injectable est pratiquement abandonnée.

Corticoïdes par voie orale

La corticothérapie orale en cure courte est la base du traitement des exacerbations sévères de l’asthme.

Dans le traitement de fond, elle doit être réservée aux patients ayant un asthme sévère dont les symptômes persistent malgré une posologie maximale des bronchodilatateurs et corticoïdes inhalés. Ils doivent être pris en une prise le matin. La dose minimale efficace doit toujours être recherchée.

Effets indésirables: Le risque majeur est le freinage de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien qui se traduit par:

  • Troubles métaboliques (arrêt de croissance chez l’enfant la première année de traitement, syndrome de Cushing, intolérance au glucose.
  • Troubles trophiques (ostéoporose, tassements vertébraux ou fractures, atrophie cutanée)
  • Désordres hydro-électrolytiques (hypokaliémie, rétention sodée imposant un régime sans sel pendant la durée du traitement)
  • Troubles neuropsychiques.
  • Troubles digestifs à type de douleurs gastriques jusqu’à l’ulcère.

Afin de limiter les effets secondaires de la corticothérapie par voie orale, les traitements sont toujours discontinus, en cure courte de 20 jours au maximum, en alternance un jour sur deux.

Le traitement doit être arrêté progressivement sous peine d’un effet rebond désastreux. Le relai peut être pris par des corticoïdes inhalés.

Association Bêta-2-mimétique + Corticoïde

Béclométasone/formotérol: Innovair®

Anticorps monoclonal anti-IgE

Omalizumab (Xolair®)

Anticorps monoclonal humanisé qui se lie aux IgE sériques. Médicament injectable par voie sous cutanée indiqué chez l’adulte et l’enfant de plus de 6 mois dans le traitement additionnel de l’asthme allergique persistant sévère mal contrôlé (en association à son traitement actuel).

Médicament d’exception dont la première prescription (annuelle) doit être faite par un pneumologue ou un pédiatre à l’hôpital ou en clinique. La dose et la fréquence des injections sont déterminées en fonction du poids et du taux d’IgE (toutes les 2 à 4 semaines). L’efficacité du traitement doit être réévaluée par le médecin après 16 semaines de traitement avant de poursuivre les injections

Effets indésirables: céphalées, fatigue et réactions aux point d’injection, réaction d’hypersensibilité avec choc anaphylactique.

Traitement de la crise d'asthme et prévention de l'asthme d'effort SelectAfficher

Le traitement de la crise est destiné à traiter et à soulager la crise. On utilise en général des bronchodilatateurs béta-2 mimétiques à courte durée d’action

Bêta-2-mimétiques inhalés d’action courte

beta2mimetiques
Salbutamol: Ventoline®, Airomir® autohaler, Asmasal® Clichaler, Spreor®, Ventilastin® Novolizer, Ventodisk®

Terbutaline: Bricanyl® Tubuhaler

Les béta-2 mimétiques agissent en stimulant les mécanismes de relaxation de la fibre musculaire lisse. Il augmentent aussi la clairance mucociliaire. Leur action est rapide en 1 à 2 minutes et persiste de 4 à 6 heures. Ils restent l’unique traitement en cas d’asthme intermittent. Ce traitement doit être administré à la demande en cas de difficulté respiratoire ou de sifflement ou en prévention de l’asthme d’effort.

Ils s’administrent à l’aide de différents dispositifs d’inhalation : aérosol doseur, système d’inhalation de poudre sèche, système auto déclenchant: 2 à 4 bouffées à répéter si nécessaire toutes les 20 minutes jusqu’à 8 bouffées dans la première heure.

Effets indésirables: Si les doses sont correctement respectées, les effets indésirables sont rares. Des récepteurs bêta-2 sont présents au niveau cardiaque et ces traitements peuvent induire aux doses élevées des effets indésirables comme la tachycardie et les palpitations, tremblements des extrémités, arythmie, crampes musculaires, céphalées. Ils peuvent à forte dose stimuler les récepteurs Béta-1 et induire une hypokaliémie et une hyperglycémie.

Contre indications des béta-2 mimétiques: Hyperthyroïdie, cardiomyopathie, troubles du rythme, coronaropathoe, HTA, diabète.

Attention
Un flacon de Ventoline® contient 200 doses et ne doit être utilisé qu’en cas de crise. Un patient asthmatique équilibré devrait utiliser au plus un ou deux flacons par an.

Anticholinergiques

anticholinergiques
Ipatropium : Atrovent®, Tiotropium: Spiriva®, Oxitropium: Tersigat®. Glycopyrronium: Seebri Breezhaler®. En association: Ipratopium, Fénotérol: Bronchodual®

Le système cholinergique est présent au niveau des bronches par l’intermédiaire du nerf vague (X). Les récepteurs sont les récepteurs muscariniques (M1, M2, M3). Les anticholinergiques exercent un blocage compétitif des récepteurs cholinergiques muscariniques au niveau du muscle lisse bronchique. L’effet bronchodilatateur obtenu est moins rapide (3 minutes) et moins puissant que les bêta-2 stimulants de courte durée d’action mais leur effet est plus prolongé (4 à 6 heures). Ils sont surtout intéressants chez les personnes âgées dont l’asthme est imbriqué avec une BCPO.

Effets indésirables: Les anticholinergiques inhalés ont très peu d’effets indésirables: sécheresse buccale, irritation pharyngée, toux, bronchospasme paradoxal. Rares cas de céphalées, nausées et diarrhées. Troubles oculaires en cas de projection dans les yeux (mydriase et risque de glaucome). Risque de rétention urinaire chez les hommes présentant des antécédents d’adénome prostatique ou d’obstruction urétrale.

Précaution d’emploi: à utiliser avec précaution en cas de mucoviscidose

Association fixe :

budésonide+ formotérol (Symbicort®)

Habituellement prescrite en traitement de fond, cette association peut désormais être utilisée chez l’adulte pour soulager la crise d’asthme, mais ne dispense pas des prises préventives.

Traitement des exacerbations SelectAfficher

Les corticoïdes par voie orale: Prednisone, Prednisolone, sont utilisés uniquement pour le traitement des exacerbations sévères, en cure courte (sur 5 à 10 jours), à une posologie de 0,5 à 1 mg/kg/jour. Il ne remplace pas le traitement inhalé qui doit être poursuivi conjointement.

Traitement pendant la grossesse SelectAfficher

grossesse

Il est indispensable de faire surveiller son asthme au cours de la grossesse car l’état asthmatique de la femme enceinte change souvent et une modification du traitement s’avère parfois nécessaire.

Tous les médicaments de l’asthme sont utilisables en cas de grossesse.

Parmi les antiasthmatiques, la théophylline nécessite un suivi plus étroit des effets secondaires car elle peut aggraver par exemple le reflux gastrique chez la femme enceinte
Les antileucotriènes ne sont pas utilisés en première intention en raison de l’absence de données fiables sur leur innocuité pendant la grossesse.

Traitement de l’asthme chez l’enfant

Traitement zéro à 5 ans SelectAfficher

Agonistes β2 à action rapide

asthme-boutique

Cette famille est la plus adaptée pour soulager les symptômes aigus de l’asthme chez les enfants de moins de 5 ans

Traitement de fond

Un traitement de fond par corticostéroïdes faible dose inhalés =CSI, est proposé dans les situations suivantes:

  • crises diurnes intervenant plus de 2 fois par semaine
  • Limitation des activités
  • Crises nocturnes ou besoin d’un traitement de secours plus de 2 fois par semaine

Il est normalement administré pendant 3 mois afin de déterminer son efficacité. Si les symptômes sont mal contrôlés, il est possible d’en doubler la dose.

Si l’asthme est bien contrôlé pendant 3 mois, une réduction de dose de CSI est envisageable afin de n’utiliser que la dose minimale efficace.

Antileucotriènes

Ce traitement constitue une alternative si l’enfant utilise mal le dispositif d’inhalation des corticostéroïdes inhalés.

Autres

En cas de mauvais contrôle de l’asthme, malgré le traitement de fond, il est possible d’introduire la théophylline ou de donner une faible dose de glucocorticoïde oral durant quelques semaines, jusqu’à ce que l’asthme soit maîtrisé.
En raison de manque de données probantes, les agonistes β2 à longue durée d’action ne sont pas recommandés chez les enfants de moins de 5 ans.

Enfant de 6 ans et plus SelectAfficher

  • Lorsqu’une faible dose de CSI ne suffit pas, le passage à une dose moyenne doit être envisagé avant d’introduire un agoniste β2 à longue durée d’action ou un antileucotriène.
  • Si l’association CSI et agoniste β2 à longue durée ne suffit plus, un antileucotriène peut être ajouté
  • Les antileucotriènes peuvent aussi être utilisés en alternative aux CSI si l’adhésion au traitement est insuffisante ou si la dose de CSI est très faible.
  • L’omalizumab a prouvé son efficacité chez les 6-12 ans présentant un asthme allergique sévère, mais n’est pas officiellement indiqué dans ce contexte.

toise-enfant
Corticostéroïdes inhalés et croissance

L’utilisation à long terme d’un CSI peut entraîner une réduction de la taille au maximum de 1cm au total. Cette réduction est temporaire et l’enfant atteint toujours sa taille prévue à l’âge adulte.
Alors qu’un asthme sévère ou mal maîtrisé peut influencer la taille adulte normale

Bien utiliser ses médicaments = les techniques d’inhalation

Conseils généraux SelectAfficher

L’efficacité des traitements administrés par la voie inhalée dépend en majeure partie de la technique d’inhalation par le patient Dans les meilleures conditions de prise, seuls 20% des la dose atteignent les site d’action

  • Transportez vos aérosols doseurs avec leur capuchon protecteur et nettoyez les régulièrement
  • Attendre au moins 30 secondes entre chaque bouffée
  • Respecter une apnée de quelques secondes après l’inhalation
  • Se rincer la bouche après l’inhalation d’un corticoïde, ou rincer le visage du nourrisson si un masque facial a été utilisé

Ordre à respecter SelectAfficher

Les antiasthmatiques se prennent dans un ordre bien établi afin d’augmenter l’efficacité du traitement:

1-Béta-2 mimétiques inhalés d’action courte

2-Béta-2 mimétiques inhalés d’action longue

3-Corticoïdes inhalés

L'aérosol doseur SelectAfficher

aerosol
L’aérosol doseur s’utilise en position verticale. Se mettre assis ou debout,

  • Secouer le flacon (sinon mauvais dosage de médicament).
  • Enlever le capuchon, ouvrir le système
  • Tenir le flacon vertical (cartouche dirigée vers le haut, sinon inhalation de gaz propulseur uniquement), avant d’utiliser l’inhalateur pour la première fois, ou si vous ne l’avez pas employé depuis plus de 14 jours, le faire fonctionner une fois dans le vide.
  • Vider les poumons (expirer aussi lentement et aussi profondément que possible afin de ne pas provoquer de toux), mettre la pièce buccale devant la bouche ouverte et fermer hermétiquement la bouche autour de l’embout,
  • Déclencher l’aérosol en début d’inspiration (nécessité d’une bonne coordination main respiration). Inspirer lentement et profondément. Il faut éviter une inspiration forcée rapide, source de bronchospasme.
  • Retenir sa respiration (apnée) de 5 à 10 secondes à la fin de l’inspiration afin de permettre la bonne diffusion du principe actif.
  • Expirer par le nez, bouche fermée, le plus lentement possible
  • Respirer 2 ou 3 fois avant la manœuvre suivante.
  • Si vous voyez un « nuage » s’échapper du haut de l’inhalateur ou des côtés de votre bouche, recommencer la manœuvre
  • Rincer soigneusement à l’eau la partie plastique du spray doseur. Faire sécher l’embout.
  • Après utilisation et nettoyage, fermer l’inhalateur en remettant le capuchon.
  • En cas de spray doseur de corticoïde, il est recommandé de se rincer la bouche ou de se brosser les dents après inhalation afin de diminuer le risque de mycoses.

Asthme, traitement

Les erreurs à ne pas faire

Inspirer par le nez

Déclenchement du système en fin

Prise de plus d’une bouffée

Pas d’inspiration lors de la prise

Arrêt de l’inhalation juste après le déclenchement

L'autohaler SelectAfficher

autohaler
Auto déclenché, il ne nécessite pas une bonne coordination main inspiration. Le produit n’est délivré qu’après inspiration profonde.

  • Agiter l’appareil
  • Enlever le capuchon protecteur de l’embout buccal
  • Armer l’appareil en le maintenant bien droit et en relevant le levier en position verticale
  • Vider vos poumons sans forcer (expirer normalement); immédiatement après, présenter l’embout buccal à l’entrée de la bouche et refermer les lèvres autour de l’embout
  • Inspirer lentement et profondément; l’administration de la dose se déclenche automatiquement lors de l’inspiration
  • Bloquer votre respiration pendant quelques secondes afin de permettre la bonne diffusion du principe actif.
  • Expirer par le nez, bouche fermée, le plus lentement possible
  • Entre chaque inhalation, réarmer le système en abaissant puis en relevant le levier
  • Après usage: remettre le levier en position abaissée et replacer le capuchon protecteur sur l’embout buccal. Se rincer la bouche ou se brosser les dents après inhalation du produit. Nettoyer l’embout buccal avec un tissu sec et propre. Ne pas utiliser d’eau pour nettoyer le dispositif.

Asthme, traitement

Les erreurs à ne pas faire

Inspirer par le nez

Pas d’inspiration lors de la prise

Arrêt de l’inhalation juste après le déclenchement

Rabaisser le levier avant inspiration

Pousser la languette blanche manuellement.

le système Easy-Breathe SelectAfficher

  • Agiter l’appareil
  • Ouvrir le capuchon protecteur de l’embout buccal vers le bas
  • Tenir le système verticalement, embout buccal en bas.
  • Expirer normalement; immédiatement après, présenter l’embout buccal à l’entrée de la bouche et refermer hermétiquement les lèvres autour de l’embout
  • Inspirer lentement et profondément; l’administration de la dose se déclenche automatiquement lors de l’inspiration. Pendant la prise, maintenir l’inhalateur en position verticale
  • Bloquer votre respiration pendant au moins 10 secondes afin de permettre la bonne diffusion du principe actif.
  • Expirer par le nez, bouche fermée, le plus lentement possible
  • Fermer immédiatement le capuchon protecteur. Pour reprendre une nouvelle dose, recommencer depuis la première étape.
  • Après usage: se rincer la bouche ou se brosser les dents après inhalation du produit. Nettoyer l’embout buccal avec un tissu sec et propre. Ne pas utiliser d’eau pour nettoyer le dispositif.

Asthme, traitement

Les erreurs à ne pas faire

Inspirer par le nez

Pas d’inspiration lors de la prise

Arrêt de l’inhalation juste après le déclenchement

le système Diskus SelectAfficher

  • diskus
    Ouvrir le diskus. Pousser le levier jusqu’au déclic
  • Souffler à fond, loin du diskus pour vider les poumons
  • Placer l’embout buccal du diskus entre les lèvres, puis inspirer par la bouche aussi profondément que possible. Retenir sa respiration quelques secondes afin de permettre la bonne diffusion du principe actif.
  • Expirer par le nez, bouche fermée, le plus lentement possible
  • Refermer le diskus
  • Après usage: se rincer la bouche ou se brosser les dents après inhalation du produit. Nettoyer l’embout buccal avec un tissu sec et propre. Ne pas utiliser d’eau pour nettoyer le dispositif.

Les autres dispositifs à poudre sèche (DPI) comme l’aeroliser, le breezhaler,  le turbuhaler et le Novolizer s’utilisent de la même façon; il faut tout d’abord amorcer le dispositif (en introduisant une gélule de poudre, en tournant la roue ou en appuyant sur un poussoir selon les dispositifs), de souffler à fond pour vider ses poumons puis d’inspirer dans le dispositif aussi profondément que possible, puis de bloquer sa respiration quelques secondes afin que la poudre puisse pénétrer le plus profondément au niveau des bronches

La chambre d'inhalation SelectAfficher

chambreinhalation
La chambre d’inhalation  a l’avantage de permettre une bonne délivrance de l’aérosol, même chez les malades ayant une mauvaise coordination « main poumons » (enfants de moins de 7 ans notamment). L’usage de la chambre d’inhalation semble limiter la survenue des mycoses associées à la prise de corticoïdes inhalés.
Dans ce cas la ou les bouffées sont pulvérisées dans la chambre d’inhalation et le patient effectue plusieurs inspirations profondes pendant les 5 secondes qui suivent le déclenchement. L’utilisation de la chambre est possible si l’enfant est endormi. Compter 5 à 10 mouvements des valves après le déclenchement de chaque bouffée pour s’être assuré que toute la dose efficace a été inhalée.

Nettoyer la chambre après utilisation. Rincer, ne pas essuyer mais laisser sécher (risque de formation d’électricité statique qui piègera les molécules de médicament lors de l’utilisation suivante).

Aérosolthérapie SelectAfficher

Consulter notre fiche conseil: Aérosolthérapie

La sélection de votre pharmacien

asthme selection

fleche-haut

Anne-Sophie DELEPOULLE (Dr en Pharmacie), ma pharmacie en ligne

Dernière modification le: mar 3, 2015 @ 7 h 56 min


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Sophie Delepoulle 115 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte