Magazine Conso

Shortstory – Nouvelle / A la bonne heure #1 / Encounters #1

Par Ludivinemoure
Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat 6.99, 1985, acrylique et pastel gras sur toile. Source : www.slate.fr/

Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat 6.99, 1985, acrylique et pastel gras sur toile. Source : www.slate.fr/

 Sur IDP on vous raconte aussi des histoires, des vraies ! Enfin, des écrits fictifs originaux ! Le premier est une nouvelle intitulée « A la bonne heure » qui vous sera livrée ici-même en quelques épisodes. Voilà le chapitre 1, L’homme croisé à la gare. Le chapitre 2 sera en ligne le 27 mars.

A la bonne heure

Chapitre 1 : L’homme croisé à la gare

En émergeant du métro, il fallait emprunter les inévitables escalators, puis traverser l’un des passages menant aux quais, sous la haie d’honneur formée par les bornes libre-service où de futurs voyageurs essayaient patiemment d’acheter leurs billets de train en tapotant les écrans tactiles. Le vaste hall de la gare était calme et grisâtre. Anaïs se dirigea vers la salle d’accès aux trains et longea les quais, cherchant du regard un écran qui lui indiquerait les horaires d’arrivée des trains. Maureen venait d’Orléans pour passer le week-end avec elle à Paris et prévoyante, elle avait décidé d’arriver un vendredi matin pour éviter l’affluence de la fin de journée. Cela dit, elle devrait passer une bonne partie de la journée seule puisqu’Anaïs, elle, ne serait en week-end qu’après seize heures. Elle ne la verrait pour l’instant que le temps de lui faire une bise et de lui remettre les clés de l’appartement, avant de se rendre à son premier rendez-vous. Selon l’écran d’affichage, elle n’avait plus que dix minutes à attendre avant de retrouver son amie. Anaïs n’avait pas le cœur à faire la queue pour s’acheter un café ou des magazines, elle préféra s’asseoir, sachant que le spectacle quoique trivial des usagers de la gare la distrairait de l’attente. A côté d’elle un jeune couple, sacs de randonnée au dos grignotait sans parler un semblant de petit-déjeuner, en face un homme bedonnant somnolait. Entre les deux rangées de sièges une petite file de personnes se tenait face à la caisse d’une cafétéria. Tous semblaient résignés à la lenteur et à l’attente, il était neuf heures passées, plus personne n’avait à s’empresser si ce n’était les quelques retardataires échevelés tentant le tout pour le tout en courant maladroitement, gênés par leur bagages.

Bien qu’Anaïs ne soit pas d’une nature plaintive, elle commençait à regretter que les sièges ne soient pas munis de dossiers et elle se mit à observer la file d’attente du café espérant y trouver une distraction qui lui ferait oublier l’inconfort du mobilier et elle ne fut pas déçue. Entre deux clients affamés se trouvait un postérieur musclé au dessus d’une paire de jambes légèrement arquées, le tout moulé dans un jean de couleur bleu clair. Anaïs osait à peine lever les yeux jusqu’à la tête du jeune homme craignant que celle-ci, mal accordée au reste ne gâche le tableau. Mais il fouillait sa poche droite et elle vit ainsi son profil tout aussi séduisant que le reste. La barbe naissante, la mâchoire bien dessinée, l’expression tranquille et concentrée, il était jeune et pourtant son assurance et son indifférence quant à l’impression qu’il pouvait renvoyer aux autres laissaient deviner une certaine maturité. Mais déjà, elle l’avait regardé trop longtemps et sentant pesé sur lui un regard insistant, il se retourna. Anaïs ne vit pas ses yeux car elle avait déjà vivement détourné les siens, dans un mouvement coupable. Tiens donc, pourquoi diable n’avait-elle pas soutenu son regard et sourit simplement comme elle savait le faire lorsqu’elle croisait par hasard le regard d’inconnus ? Sans doute savait-elle que son visage trahissait sa fascination devant ce physique avantageux et qu’elle ne voulait pas être surprise, de surcroît par l’intéressé, dans un instant de pur et simple contemplation esthétique. Un aveu de superficialité et d’impressionnabilité trop prématuré devant un type qu’elle n’avait repéré que quelques secondes plus tôt. Elle ne se priva pas en revanche

lorsqu’il s’en alla son achat à la main de le reluquer, oui, c’était le mot. Il portait un blouson en cuir marron foncé, associé au jean vaguement moulant et à la silhouette athlétique, elle trouva son allure un peu trop virile, comme s’il en faisait un poil trop dans le genre « je suis un homme, un vrai ». Et puis n’y avait-il pas un peu de vanité dans le fait d’exposer ainsi un corps apparemment ciselé au prix d’efforts assidus ? « C’est lui qui est superficiel », se dit Anaïs, comme pour justifier sa décision de le recaler au casting des inconnus parfaits rencontrés dans des lieux publics. Elle se leva et se dirigea vers le quai numéro deux que Maureen n’allait pas tarder à remonter dans sa direction. Son train venait d’entrer en gare.

Stannie Baltus

Encounters

Chapitre 1 : The railway station guy

After emerging from the subway, you had to take the escalator and then walk through one of the paths leading to the trains, under the guard of honour formed by the self service kiosks where future travelers tried patiently to buy their tickets tapping the touch-screen. The wide hall of the railway station was calm and grey. Anaïs headed to the lounge and went along the platforms looking for a display screen to check the arrival times. Maureen was coming from Orléans to spend the week-end at her place in Paris. And far-sighted as she was, she had decided to get there Friday in the morning to avoid the evening rush although she would spend most of the day alone given that Anaïs’ week-end would not start until four in the afternoon. Anaïs just had enough to say hello and give the keys of the apartment before going to her first appointment. She apparently had just a ten minutes wait before the train from Orleans arrives and she can see her friend. Anaïs did not feel like queuing to get coffee or to buy magazines, she preferred to sit knowing the sight of the railway station users even trivial would provide her some distraction. Beside her a young couple with hiking backpacks was eating a semblance of breakfast without talking and before her an overweight quinquagenarian was drowsing. Between two rows of seats a few people lined up in front of the café’s counter. All of them were resigned to slowness and wait, it was a couple minutes past nine no one had to hurry if it was not some dishevelled straggled running and trying their luck, hampered by their luggage.

Although Anaïs was not a complainer she was starting to think that it was a shame the seats did not have backrests and looked over the queue from the café hoping to divert her focus from the discomfort of her seat and it did not disappoint. Between two hungry customers was a muscular bottom above a pair of slightly bowed legs all in a tight light blue colored pair of jeans. Anaïs was almost afraid to be disappointed if she looked up to his face and find that it was not as appealing the rest. But he was reaching into his pockets and she got a chance to glimpse at the profile of his face and it was as attractive as she hoped it would be. The three-days stubble, the well shaped jaw, the quiet and concentrated expression : he was young and yet his confident demeanor, the fact that he did not seem to care what people may think of him made him look very mature. She had already looked at him too long and feeling the weight of an insistent stare on him, he turned back. Anaïs did not see his eyes because she had quickly averted hers in a guilty movement. What about that? Why did she not hold his gaze and merely smile like she knew how to do when she met strangers eyes ? She was probably aware of the fascination her face was giving away while staring at his good looks and did not want to get caught in the middle of a pure and simple moment of esthetic contemplation

and by the very object of her admiration. An admission of shallowness and impressionability she did not want to make to a man she had noticed just a few seconds ago. She did not refrain from ogling, yes, ogling at him though, when he left, his purchase in his hand. He was wearing a deep brown leather jacket and this and the tight jeans and the gym body was a little too much. She thought it was too manly, as if it was crying “I am a real man”. Exposing a body sculpted by hours of effort like that showed vanity. “He is the one that is shallow !” she said to herself in an attempt to justify his failing at her casting of perfect people met in public places. She stood up and headed to platform number two which Maureen would soon walk through, as her train had just arrived.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ludivinemoure 799 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte