Magazine Amérique latine

Isolina, taverne moderne à Lima

Publié le 03 mars 2015 par Tidus457 @perou_voyage

Isolina, c'est un peu le meilleur des deux mondes: l'âme d'une maman qui prépare de bons plats réconfortants, dans une maison historique rénovée en charmant espace moderne.

Mobilier en bois, magnifique carrelage coloré, ampoules suspendues, piliers et hauts plafonds aux poutres apparentes, dès qu'on passe la porte du local, on remarque rapidement l'impressionnant travail effectué pour récupérer et mettre en valeur cette maison de Barranco. En effet, cette casona - une maison d'été de famille aisée de Lima-, construite en 1906 et aujourd'hui déclarée Patrimoine historique, avait été convertie en bodega et en auberge de backpackers au fil du temps. Heureusement, elle a été choisie pour accueillir Isolina et a récupéré sa gloire d'antan, avec un lifting jeunesse au passage.

Isolina, taverne moderne à Lima

Mais qui est la fameuse Isolina?

Doña Isolina est la mère de José del Castillo, le sympathique chef et copropriétaire du restaurant. Venant d'une famille traditionnelle de Lima avec une cuisinière, elle avait eu dans sa jeunesse l'occasion de goûter à de nombreux plats, de développer son palais, de reconnaître les ingrédients et de comprendre les bases de la cuisine. Elle n'avait pourtant jamais cuisiné jusqu'à jour où elle dû se débrouiller pour faire survivre sa famille, avec pour seules armes ses deux mains et ses connaissances, mais sans aucune expérience. Elle ouvrit un petit restaurant, La Red, qui est aujourd'hui une cevicheria bien connue de Lima et qui roule depuis plus de 30 ans.

Le restaurant est donc un hommage à cette femme qui a non seulement pris le contrôle des fourneaux pour faire survivre sa famille, mais qui a transmis l'amour de la cuisine dans toute sa complexité à ses enfants.

Redécouvrir la cuisine traditionnelle de Lima

" Barranco a toujours été un quartier avec une âme simple et des tavernes qui reflètent cette ambiance authentique. Par contre, ces tavernes n'ont jamais changé de look, elles sont restées figées dans le temps, ce qui est intéressant dans un sens, mais on voulait plutôt proposer une ambiance actuelle, tout en respectant l'esprit détendu de Barranco. Chez Isolina, on trouve autant des collègues qui viennent manger le midi que des couples ou des amis qui discutent autours d'un verre après le travail " me dit Jun Saito, le copropriétaire.

Mon ventre gronde, il est temps d'attaquer les choses sérieuses.

La carte est principalement composée de plats traditionnels de Lima, basés sur des recettes d'antan, c'est-à-dire des plats en sauces et des abats. Jun m'explique : " C'est ce que mangeaient les gens avant, mais peu à peu, ces plats ont complètement disparu des restaurants. D'ailleurs plusieurs clients sont venus nous dire qu'ils ne les avaient pas vus depuis 30 ans sur une carte! C'est aussi important d'atteindre les jeunes afin qu'ils puissent s'intéresser à leur patrimoine gastronomique, qu'ils puissent goûter à ce que leurs parents ou leurs grands-parents mangeaient au jour le jour. Pour être fier de son patrimoine, il faut le connaître. "

Mais pour ceux qui -comme moi- sont moins familiers avec les abats, il y a également plusieurs autres choix intéressants. On peut tenter le ceviche (60 soles), le plat le plus populaire des lieux. Avec de gros morceaux de poisson généreux, accompagnés de chicharron de pulpo, c'est une grande portion, conçue pour être partagée comme pratiquement tous les choix sur la carte.

Isolina, taverne moderne à Lima

Difficile également de passer à côté du pan con pejerrey (15 soles), un classique dont je ne me fatigue jamais. C'est un sandwich de poisson finement pané, chaud et croquant, avec une sauce tartare et la fameuse salsita criolla, un mélange d'aji amarillo, d'oignons, d'huile et de citron.

Le papa rellena (28 soles) d'Isolina est un des plus gros spécimens que j'ai eu l'occasion de voir. En effet, ce classique péruvien est ici une grosse pomme de terre fourrée avec un mélange savoureux de viande et accompagnée d'une sauce piquante au rocoto.

Mais mon grand coup de cœur est certainement le seco de carne (70 soles ou 50 soles la demi-portion). Accompagné de riz blanc, de riz avec salchicha huachana -une saucisse de la ville de Huacho, réputée pour son goût-et de fèves, ce ragoût de viande est un des plats les plus savoureux que j'ai eu l'occasion de manger depuis longtemps. Dès que le plat arrive, son odeur enveloppante laisse présager une réussite. La viande, qui baigne dans une sauce parfaitement salée et mijotée durant 4h, se défait à la cuiller tellement elle est tendre.

On dit qu'il faut également partager ce plat, mais moi je ne rêve que d'une chose : retourner à Isolina et manger égoïstement mon seco de carne seule et heureuse jusqu'à la dernière bouchée.

Isolina

Prolongacion San Martin, 101, Barranco, Lima (coin Domeyer)

Ouvert pour le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner, sauf lundi et dimanche ouverture jusqu'à 17h

Page web http://isolina.pe/

Page Facebook https://www.facebook.com/isolinaperu


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tidus457 16904 partages Voir son profil
Voir son blog