Magazine Cinéma

German angst : critique (bifff 2015)

Par Killg
GERMAN ANGST : CRITIQUE (BIFFF 2015) GERMAN ANGST : CRITIQUE (BIFFF 2015)

Les noms de Buttgereit et de Kosakowski sonnent comme une symphonie du macabrement gore à l'oreille du fantasticophile nostalgique. Retrouver donc les noms de tels réalisateurs cultes à l'affiche d'un film ne peut qu'éveiller la curiosité. Une curiosité qui va être largement récompensée tant German Angst tient ses implicites promesses.

Les 3 segments extrêmement anxiogènes,réalisés par Jörg Buttgereit,Michal Kosakowski et Andreas Marschall, qui composent ce film à sketches, sont chacun à leur manière percutants. Pas de baisse de régime comme c'est souvent le cas dans les anthologies.

Le premier segment met en scène une jeune fille à l'apparente inoffensivité mais qui s'avérera d'une énorme cruauté. Réalisé par Buttgereit , Final Girl est froid , sobre et chirurgical dans sa mise en scène et ses effets gores. La gamine qui joue le rôle principale (Lola Gave) est aussi charismatique que sa beauté est innocente. Il n'est pas sans rappeler le Hard Candy de David Slade.

Le deuxième segment,Make A Wish, réalisé par Michal Kosakowski nous conte les mésaventures d'un jeune couple sourd et muet, qui se verra harceler et torturer par une sale bande de nazillons perverse et violente. Kosakowski intègre dans son film un élément fantastique issu de l'univers cartoonesque: l'interversion de personnalités. Le metteur en scène nous sert un savant mélange de fantastique et de cinéma vérité brut de décoffrage. Les scènes de violence sont percutantes et les acteurs carrément bluffants.

On change quelque peu de registre esthétique avec Alraune, d'Andreas Marschall, qui suit la lente descente aux enfers d'un photographe, qui, par l'entremise d'une callgirl rencontrée en boite de nuit, intègre une société secrète fétichiste. Stylisé et agrémenté de quelques idées scéniques farfelues, ce segment se démarque des deux autres par son traitement plus académiquement cinématographique. On ressent dans ce court les influences très nettes du giallo pour son aspect visuel mais aussi de Society, de Brian Yuzna pour sa thématique. Marshall nous offre, en plus une très belle scène d'amour gore monstrueuse .

C'est avec cette dernière bobine que ce clôt ce German Angst à l'enthousiasme morbide qui se permet en plus quelques moments satiriques des plus dérangeants.

Bref, German Angst est une belle surprise féroce et stylisée. Un film à sketches mordant, intelligent et bougrement efficace qui entérine l'énorme talent pas assez reconnu de ses auteurs.

Pour les curieux, le film sera projeté au BIFFF le 14 avril 2015.

GERMAN ANGST : CRITIQUE (BIFFF 2015)
GERMAN ANGST : CRITIQUE (BIFFF 2015)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Hidden Universe - Critique

    Hidden Universe Critique

    Un retour dans le passé de 13 milliards d'années !Projeté à La Géode, au coeur du parc de la Villette à Paris, le film Hidden Universe de Russel Scott nous... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • La Légende de Manolo - Critique

    Légende Manolo Critique

    Il était une fois... au Mexique !Produit par Del Toro, "The Book Of Life" (dans sa version originale), nous propose un conte de fées à la fois drôle et macabre ... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Bande de filles - Critique

    Bande filles Critique

    Quand les filles se rebellent !Après Naissance des pieuvres et Tomboy, la réalisatrice Céline Sciamma fait encore une fois appel à un casting d'inconnus pour... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Felicidad - Critique

    Felicidad Critique

    Gone boy !Considéré comme le « Woody Allen Argentin », Daniel Burman (Le fils d'Elias, La suerte en tus manos...), revient sur nos écrans avec son nouveau... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • [critique] Dominion, a prequel to the Exorcist : pas mieux

    [critique] Dominion, prequel Exorcist mieux

    Petit rappel : The Exorcist : the Beginning m’était apparu fade, sans saveur, avec un traitement trop léger de la perte de la foi,... Lire la suite

    Par  Vance
    CINÉMA, CULTURE
  • John Wick - Critique

    John Wick Critique

    La vengeance est un plat qui se mange saignant !Après un retour sur grand écran en 2014 avec Man Of Tai Chi et 47 Ronin, Keanu Reeves fait une démonstration de... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • #Chef - Critique

    #Chef Critique

    Un Feel-Good Movie aux petits oignons !Jon Favreau, le réalisateur des films Iron Man et Cowboys & envahisseurs, revient devant et derrière la caméra pour un... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES

A propos de l’auteur


Killg 3751 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine