Magazine Cinéma

THEATRE: Chicago, un Cours Florent en transe / Cours Florent's dancing Kings & Queens

Par Bullesdeculture @bullesdeculture

Par/by Denis Tison
Rédacteur/Editor


Chicago, répétitions - image

Chicago - Répétitions
© D.R.

Du 20 au 24 mai 2015, le Cours Florent a présenté comme spectacle de fin d'année, Chicago, le musical, fruit du travail des élèves de 3ème année en section Comédie Musicale. Le challenge est de taille, en comparaison au film et à son homologue sur les planches qui parcourt le monde. Défi relevé ?
From May 20 to May 24, 2015, the Professional acting school Cours Florent presented as an end of the year show, Chicago, the musical, performed by the 3rd year outgoing students. The challenge is high, compared to its siblings, especially the one that tours on the most famous stage around the world. Challenge completed?More in English >> (Translation in progress, come bubble later)
Synopsis : A Chicago, dans les années, Roxie Hart est arrêtée pour le meurtre de son amant. Envoyée en prison, elle rencontre Velma Kelly, une star du cabaret à laquelle Roxie rêve ressembler. Mais avant tout, Roxie doit sauver sa peau. Et si, par un heureux hasard, elle pouvait conjuguer les deux…
Inspirée d’un fait divers survenu en 1924 à Chicago, la pièce est adaptée à la scène et transposée en comédie musicale en 1976 par un grand du genre, Bob Fosse, à qui l’on doit - excusez du peu - Cabaret et la Palme d’or 1980, All that jazz (Que la fête commence).
Bref, depuis près de 40 ans, cette comédie musicale fait un tabac sur les scènes du monde entier. C’est dire si, à réception de l’invitation, la curiosité était grande - et le challenge de taille - d’aller constater les talents des élèves tout juste en fin de formation au Cours Florent. Et à vrai dire, le résultat est plutôt réjouissant.
Une mise en scène millimétrée dans une espace difficile

Chicago, répétitions - image

Chicago - Répétitions
© D.R.

Sans aucun doute, l’un des grands atouts de la troupe est d’avoir une mise en scène millimétrée. La présentation avait lieu dans les locaux des Cours Florent, donc pas sur une scène qui se prête tout à fait à ce genre de numéro. Pas de scène d’ailleurs, juste un plateau, et donc, un exercice de plus pour les comédiens qui se retrouvent à jouer à la barbe des spectateurs, les yeux dans les yeux.
Et pourtant, tout le plateau a été bien occupé de long en large. Rythme intense et soutenu, numéros qui s’enchaînent, les artistes tiennent le rythme et enchaînent numéro sur numéro sans répit, sans sourciller, et sans reprendre leur souffle.
Bravo à eux, car tenir 1h30 sur un tel rythme sans provoquer l’ennui est déjà une belle réussite !
La maîtrise des chœurs

Chicago, répétitions - image

Chicago - Répétitions
© D.R.

L’autre partie très bien maîtrisée est le chant. Les chœurs sont parfaits, et mis à part quelques notes en retrait dans certaines individualités, l’ensemble est d’une grande homogénéité.
En revanche, il est clair que, parmi tous ces artistes naissant ou déjà professionnels, c’est au niveau de la danse que la disparité est plus visible. Certains sont des danseurs nés - depuis l’enfance pour certains et certaines -, d’autres ont clairement une élasticité et une tonicité en deça de leurs comparses. Et sur un show musical, cela se voit tout de suite.
De même, sur le jeu théâtral, on peut constater que sur certains seconds rôles, il un manque un peu de clarté dans la psychologie et l'identité des personnages.
To the Happy Few : la Comédie Musicale, une discipline très exigeante

Chicago, répétitions - image

Chicago - Répétitions
© D.R.

Est-il besoin de préciser que la comédie musicale est la Rolls des activités théâtrale ? Car non seulement il faut être excellent comédien mais aussi excellent chanteur et danseur. Bref, un niveau de triathlète qui reflète l’exigence de cette discipline. Aucun droit à l’erreur ou presque !
A ce jeu, Célia Olive dans le rôle de Velma mérite une attention particulière tant l’équilibre, la justesse et l’énergie dégagée dans les trois domaines sont excellents et prometteurs chez elle.
Ajoutons pour le reste de la troupe que le plaisir pris par les spectateurs pendant le spectacle est une très bonne nouvelle pour ces jeunes talents. Car la conquête du public n’est-elle pas le premier objectif de tout artiste ? A ce titre, ils ont gagné leur pass pour entrer dans le monde professionnel.
On leur souhaite à tous bonne chance !
En savoir plus :
- http://www.coursflorent.fr/formation/ecole-comedie-musicale (site officiel)
- Chicago (3e année) du 20 au 24 mai 2015 avec Clémentine Aussourd, Eléonore Blot, Eva Gentili, Manon Haristoy, Célia Olive, Mathilde Stabile, Marine Voyeux, Antoine Beauraing, Olivier Grandclaude, David Kahn, Steeve Minder, Thibaut Oleksiak, Baptiste Quatreville

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bullesdeculture 3369 partages Voir son profil
Voir son blog