Magazine Science & vie

266 - une etoile massive qui n’explose pas

Publié le 10 juin 2015 par Jeanjacques

Des astronomes du Service d'Astrophysique du CEA-DAPNIA Saclay ont pu déterminer que le plus célèbre des candidats trous noirs, dénommé Cygnus X-1, a été sans doute formé au sein d'une association d'étoiles massives - Cygnus OB3 à laquelle il semble continué d'appartenir. Cette présence du trou noir dans une association d'un petit groupe d'étoiles dont l'attraction gravitationnelle est très faible indique indirectement que l'explosion qui a donné naissance au trou noir n'a pu être très violente et que l'étoile massive qui lui a donné naissance a disparu presque silencieusement.

Cyg X-1 est un système double contenant un probable trou noir en orbite autour d'une étoile compagnon massif et relativement brillant. Le mouvement relatif de Cyg X-1 par rapport à ce groupe d'étoiles n'est que de 9 kilomètres par seconde, une vitesse relativement faible pour une étoile formée lors d'une explosion. Si Cyg X-1 a bien été formé au sein de cette association d'étoiles, l'explosion de l'étoile qui lui a donné naissance n'a donc pu être très violente. Le progéniteur du trou noir qui a aujourd'hui une masse équivalente à dix fois celle du Soleil était très probablement à l'origine une étoile d'une masse supérieure à environ 40 fois celle du Soleil. La masse perdue n'a pas pu éjectée de façon violente lors de l'explosion car elle aurait alors communiqué en retour une vitesse importante au trou noir. Cyg X-1 pourrait donc être un exemple de trou noir formé de façon non violente en l'absence d'explosion (supernova), peut-être lors d'un effondrement beaucoup plus progressif et silencieux qu'il n'était imaginé jusqu'ici

Source : Service astrophysique DEA - DAPNIA

Pour l'astrophysique contemporaine, le cosmos est un 14 juillet permanent où les feux d'artifices des étoiles qui explosent en nombre ne cessent d'illuminer le ciel.Il en va ainsi de la formation des trous noir et des étoiles à neutrons dont la densité énorme serait le résultat d'explosions ayant permis l'évacuation de leur couronne gazeuse. Ces explosions de supernovæ sont théoriquement nécessaires pour expliquer la fabrication des éléments lourds que la plupart des étoiles ne peuvent synthétiser.

Cet article remet donc en cause la formation des trous noirs et étoiles à neutrons car l'étoile : " était probablement à l'origine une étoile d'une masse supérieure à environ 40 fois celle du Soleil. La masse perdue n'a pas pu éjectée de façon violente lors de l'explosion car elle aurait alors communiqué en retour une vitesse importante au trou noir . "

Ainsi, toutes les étoiles massives n'explosent pas mais peuvent lentement refroidir pour atteindre la densité d'un trou noir. Il existe donc des étoiles super géantes très froides ayant conservé leur masse initiale. Ce dernier constat est conforme aux thèses que nous défendons ici selon lesquelles les explosions d'étoiles sont assez rares et ne sont nullement à l'origine des éléments lourds mises à la disposition des étoiles. Celles-ci fabriquent elles-mêmes tous leurs éléments, quelle que soit la masse de l'astre, planètes comprises.

Nous avons par ailleurs défini les pseudos étoiles à neutrons comme des astres jeunes de type tellurique ayant évacué assez tôt leur couronne gazeuse ou - pour les pulsars - en train d'éjecter le matériau qu'ils produisent eux-mêmes. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la nouvelle théorie sur la genèse et le parcours de la vie des astres est plutôt conforme aux observations.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanjacques 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine