Magazine

Une éducation américaine (B. Gifford)

Publié le 10 juin 2015 par Despasperdus
" Roy avait déjà vu des hommes arracher avec leurs dents les capsules des bouteilles, mais il préférait ne pas essayer. Skip Ryan avait perdu de cette manière une partie de ses dents de devant, sur le côté droit. Désormais, il était capable de cracher à vingt mètres de distance."
Une éducation américaine (B. Gifford)

La quatrième de couverture indique qu' une éducation américaine est un roman. A mon sens, c'est plutôt un recueil de récits qui narre la vie de Roy, un jeune américain aux stades de l'enfance et de l'adolescence, et celle de ses proches, en particulier sa mère et son grand-père.

" La guerre est l'occasion de faire des affaires, les gars, disait le vieil homme, de bonnes affaires. C'est une manière pour les gros bonnets de se faire du fric quand les choses ne vont pas assez vite. Ils s'imaginent ainsi que les citoyens ordinaires se réjouiront de leur sort et dépenseront plus d'argent après l'arrêt des hostilités. Les gros bonnets vivent pour vampiriser les petites gens. "

Des récits ou des nouvelles, guère plus longs que deux à cinq pages qui retracent les rencontres, les événements, les dialogues, les légendes, les rumeurs des uns et des autres dans le Chicago de l'après la seconde guerre mondiale. Roy va en cours, sort avec des amis, gagne son argent de poche le week-end, discute de tout et de rien, regarde les filles, écoute des conversations, rapporte des anecdotes...

" J'espère que cela ne te dérange pas que je prenne mon petit déjeuner tout en roulant, dit Ernie. Boire une vodka-orange est la façon la plus saine de commencer la journée. Je prendrai le jus d'orange plus tard , si j'en ai l'occasion. Jusque-là, la vodka fera l'affaire. "

Le tout forme un ensemble original et passionnant qui rappelle, d'ailleurs, Bukowski, dans un autre registre. Que dire de plus, si ce n'est que Barry Gifford a une belle plume qui transcende des faits pour le moins quotidien ? Pour moi, c'est une belle découverte qui ne restera pas sans suite...

" Le vrai nom de Benski Face de requin était Moses. Le sobriquet Face de Requin lui venait de ce qu'il avait eu le nez ouvert depuis l'arête jusqu'à la pointe par le stylet de Bobby Bittapalo, un homme de main de joe le Batteur, parce qu'il l'avait doublé sur un pari. Battipalo avait glissé dans la blessure une coupure de cinq dollars. Il l'avait fait de telle manière que le billet s'était dressé comme un aileron de requin. "
Une éducation américaine (B. Gifford)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Despasperdus 4827 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog