Magazine Côté Femmes

Je n'arrive pas à m'avouer vaincue ...

Publié le 11 juin 2015 par Mamanathome
Je n'arrive pas à m'avouer vaincue ...

Crédit photo : http://www.culturenego.fr/blog/negociation/47/pourquoi-dire-non-est-difficile-

Je ne vais pas vous mentir, même si j'ai tendance à positiver à fond, je n'y arrive pas. La petite M., dernière arrivée me cause des soucis. Je ne sais pas comment l'aider. Je me sens impuissante et c'est terriblement frustrant. Cette petite fille de 21 mois est très douce, calme, autonome, un bonheur pour une assistante maternelle qui accueille déjà deux autres enfants donc. Du moins c'est ce que je me suis dit quand je l'ai rencontrée.

Je ne suis dans le métier que depuis 6 mois, je n'ai donc pas une grande expérience dans le domaine, ni beaucoup de recul, je me doutais que ce ne serait peut être pas simple pour elle de faire sa place, de trouver ses repères par rapport aux deux autres qui sont là depuis le début et quasiment arrivés en même temps. Mais j'avais bon espoir car l'adaptation s'est très bien passée, elle jouait avec le petit R. 15 mois, souriait, me parlait beaucoup, était adorable avec la petite C. 7 mois, bref tout roulait.

Je me souviens avoir dit au papa que j'étais impressionnée par sa capacité d'adaptation, elle qui n'a jamais été au contact d'autres enfants, si ce n'est 1h à la piscine avec maman toutes les semaines, et qui a toujours été "gardée" par papa-maman et parfois papi-mamie. Même le premier jour s'est bien déroulé, elle n'a à aucun moment réclamé ses parents, "au revoir papa" le matin et hop c'était super. Et pourtant c'était déjà une journée de 11h.

Malheureusement les choses ont bien changé et je suis totalement perdue. Je ne pensais pas que les enfants pouvaient régresser dans leur attitude de cette façon, je pensais que si les premiers temps s'étaient bien déroulés tout irait dans le bon sens, avec évidemment parfois des coups de cafard c'est bien naturel, il faut laisser le temps au temps pour s'adapter, mais pas "ça". Aujourd'hui cette petite demoiselle passe son temps à pleurer et/ou pleurnicher et ce n'est pas une expression, elle passe vraiment son temps à ça, pas comme mes deux premiers pensionnaires au début.

Quand elle arrive ça va, elle me dit coucou, sourit, elle m'embrasse même, pose son doudou et sa tétine dans son sac, sur la demande de papa et lui dit au revoir sans souci, quoi que la dernière fois même ça ce n'était plus tout à fait pareil mais bon. C'est après que les choses se compliquent, elle se met à pleurer. Comme ça. Si je lui propose un jeu, si Petit Loulou lui adresse la parole, si je la regarde en lui souriant, j'ai d'ailleurs d'abord cru que le problème c'était moi. Et puis j'ai vu qu'avec mes fils c'était pareil.

Un simple échange de regard peut la faire pleurer, si j'essaye de la prendre en photo pour papa-maman pareil, si le petit C. ramasse un jouet qu'elle aime bien, s'il se met trop près d'elle dans la piscine, au réveil de la sieste, et puis parfois même juste comme ça même si personne n'a aucune interaction avec elle. D'autre part elle a tendance à rester "plantée là", c'est à dire que si je la laisse sur le matelas à langeraprès l'avoir changée sans rien lui dire (qui est au sol quand on se met à la petite piscine) elle y reste, elle est debout au bord de la piscine à regarder le petit R. s'amuser et ne demande rien, idem pour en sortir, je dois lui proposer, l'aider et l'accompagner pour tout. Sinon elle resterait debout à ne rien faire.

Souvent elle ne veut pas manger, c'est soit le midi, soit le goûter et la dernière fois c'était carrément pour les deux repas. J'ai tout essayé, ce qui était prévu pour elle, d'autres choses, même des knacki que tous les enfants adorent (achetées en cas d'urgence même si je déteste ces trucs là surtout depuis que j'ai vu comment c'était fabriqué), je suis allée jusqu'à lui proposer à manger, en dehors de sa chaise haute, en dehors des repas donc, tellement je voulais qu'elle se nourrisse. Mais rien à faire.

C'est tellement triste de la voir abattue comme ça avec ses yeux pleureurs. D'autant que je sais que c'est une petite fille gaie, il suffit que papa arrive pour qu'elle se mette à jouer avec tous les jouets de la maison, à poser son doudou et s'amuser. Un comble. Il aurait fallu qu'elle puisse venir quand je n'ai que la plus petite ou personne d'autre qu'elle même, mais le planning de sa maman ne tombe pas comme ça, elle se retrouve toujours avec le petit R. et parfois même avec les deux. C'est si dur pour elle et si difficile pour les autres aussi d'entendre pleurer toute la journée.

Le niveau de stress et d'agitation est à son comble @home et encore une fois ce n'est pas ce que je désire une seconde évidemment , parfois c'est un véritable enfer, tout le monde est sous pression, mon dos craque forcément, les 3 enfants pleurent, dorment mal et la journée est lonnnngue. 11 heures de pleurs ça fait beaucoup même si je suis devenue très patiente et que je laisse couler. Quand j'ai les deux autres durant 10h l'une et 11h30 l'autre j'avoue que je suis au plus mal. La dernière fois à 20h30 j'étais au lit tant je souffrais du dos.

Je ne sais pas quoi faire, nombreuses sont les personnes qui me conseillent d'arrêter. J'avoue que je suis bien tentée de retrouver le bien être et la bonne humeur qui règnaient à la maison jusque là... et mon dos aussi. Mais quel échec ce serait... abandonner ... ne pas trouver de solution pour que ça aille mieux ... je vais forcément me retrouver dans ce type de situation dans ce métier, lors d'une nouvelle rentrée... et puis que dire aux parents ?

Je n'arrive pas à m'avouer vaincue, mais je douille et tout le monde avec :-(

Des conseils à me donner svp ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mamanathome 9534 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte