Magazine Bien-être

L'ultime guérison de Nisargadatta Maharaj

Publié le 11 juin 2015 par Joseleroy

Les éditions Almora réédite en poche un livre depuis longtemps épuisé de Nisargadatta Maharaj

L'ultime guérison

traduction : Jean Bouchart d'Orval

préface : José Le Roy

Postface : dialogue entre Eric Baret et Placide Gaboury

maharaj-ultime-guerison

Le livre est accessible ici

Quatrième

Nisargadatta Maharaj est un enseignant spirituel indien, né en 1897 et mort en 1981. 

Ce livre présente des entretiens entre Maharaj et certains de ses disciples qui se sont tenus durant la dernière année de sa vie et qui peuvent donc être considérés comme son enseignement le plus profond. Nisargadatta Maharaj est un des plus grands maîtres du xxe siècle. Son nom est connu de tous ceux qui s′intéressent à la spiritualité indienne grâce à la publication en 1973 d′un livre édité par Maurice Frydman : I am That (traduit en français avec le titre Je suis) qui a conduit dans son petit appartement de Bombay des visiteurs du monde entier. Nisargadatta Maharaj était un homme simple, un petit commerçant de cigarettes, mais l′écouter, c′était se tenir à la source de la sagesse même.  Dans ce livre, Nisargadatta Maharaj, souvent provocateur, toujours incisif et tranchant, cherche à éveiller ses visiteurs à la conscience de leur vraie nature, allant droit à l′essentiel sans s′embarrasser de préliminaires.  La spiritualité dont il est question ici est exigeante et n′a rien à voir avec un quelconque développement personnel. Elle est réservée aux chercheurs sérieux qui trouveront là un feu vibrant et vivant. " Maharaj : Ce que j′expose ici n′est normalement exposé nulle part ailleurs. Visiteur : Je le sais ; c′est pour cette raison que je suis là. "

Extrait:

"Maharaj : Reculez, reculez. Le lion, où qu’il aille, regarde derrière lui. Ainsi, regardez en arrière, remontez à la source, à la graine.


Lorsque vous êtes engagé sur la voie spirituelle, la voie de la connaissance de soi, tous vos désirs et tous vos attachements tombent simplement, à condition que vous enquêtiez et que vous vous accrochiez à ce grâce à quoi vous tentez de comprendre le soi. Qu’arrive-t-il alors ? Votre sensation d’existence individuelle est l’état « être ». Vous êtes « être » et attaché à cet état. Vous aimez être. Comme je l’ai mentionné, cette recherche efface vos désirs. Et quel est donc le désir primordial ? Être.

Lorsque vous séjournez dans cet être pour un moment, ce désir-là disparaît aussi. Ceci est très important. Une fois ce désir abrogé, vous êtes dans l’Absolu, cet état si essentiel."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joseleroy 216084 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines