Magazine Musique

Paul McCartney au Stade de France : la magie Beatles toujours vivante

Publié le 13 juin 2015 par Ludovic Danteny @yellowsubnet
Paul McCartney au Stade de France : la magie Beatles toujours vivante

L’ancien Beatle et leader du groupe Wings donnait le 11 juin 2015 au Stade de France et devant plus de 50 000 spectateurs le second concert français de sa tournée "Out There" au cours duquel il a repris plus de vingt chansons des Beatles. Un véritable moment de communion entre le rocker septuagénaire et un public où se mêlaient tous les âges.

Paul n’est pas dupe, le public qui assiste à ses méga concerts vient davantage écouter l’ancien Beatle que l’artiste mûr qu’il est devenu. Et dès avant la première chanson, il sait que tout est gagné. Quand les premières notes de "Eight days a week" vibrent dans l’immense stade de France et dans les 50 000 paires d’oreilles qui n’attendaient que cela, toutes les têtes plus ou moins dégarnies, plus ou moins blanches qui composent une bonne partie de son public bénéficient d’une cure de jeunesse de 50 ans… Et combien d’entre elles y vont de leur petite larme, à un moment ou un autre, au gré des souvenirs de chacun rattachés à "Hey Jude" ou "Let it be" ?

La jeunesse

Mais ce qui étonne avant tout c’est la jeunesse. Parmi les quinqua et sexagénaires attendus, de nombreux adolescents, spectateurs dans leur vingtaine ou leur trentaine arborent des tee-shirts des Beatles et paraissent aussi bien maîtriser le répertoire que leurs aînés. L’un d’eux, 22 ans, va jusqu’à porter sur l’avant-bras un simple tatouage en lettres cursives "Let it be… ".

La jeunesse du public étonne mais celle de l’artiste lui-même surprend tout autant. A quelques jours de son soixante-treizième anniversaire, Paul McCartney affiche une forme presque incroyable. Lui que l’on croyait promis à un âge mûr enveloppé et rondouillard présente une silhouette de trentenaire en pleine forme. Ses traits, eux-mêmes semblent avoir rajeuni. Il chante pendant trois heures sans qu’on l’aperçoive même boire une gorgée d’eau quant à sa voix, surtout, elle n’a rien perdu de sa puissance de sa musicalité ni de ses nuances.

Fidélité

Très fidèle aux enregistrements originaux, Paul McCartney n’a apporté que quelques modifications à l’interprétation des chansons des Beatles et de son groupe Wings. C’était sans doute ce que venait chercher le public et ce que l’artiste avait envie de lui offrir.

Toujours quatre

Par la magie de la musique et de la seule présence d’un unique membre du quatuor, les dates honnies des amoureux des Beatles, le 8 décembre 1980 et le 29 novembre 2001, sont abolies, rayées des calendriers. Pour tous,  John Lennon et George Harrison, les deux Beatles disparus, entourent à nouveau Sir Paul, alors que plane parfois sur le concert la présence pleine d’humour du quatrième fab, Ringo Starr, l’autre survivant.

Quatre hommages

En trois heures, Paul McCartney a rendu quatre hommages. Le premier à son épouse actuelle, Nancy Shevell, à qui il a dédié "My Valentine ", le deuxième à Linda son épouse disparue en avril 1998 et deux autres à son "pote"(en français dans le texte) John, et à son "frère" (également en français) George. Au premier, son alter ego assassiné, il offre un dialogue imaginaire et post mortem "Here today". Au second, le quiet beatle, c’est au Ukulélé qu’il offre une reprise de sa chanson "Something". Personne n’a été oublié. Personne ? Nombreux ont été les spectateurs à remarquer que le nom de Ringo Starr n’a jamais été prononcé. Hormis une allusion à travers quelques notes de la célébrissime chanson potache "Yellow submarine", Paul a semblé considérer qu’il était le seul  héritier de l’aventure Beatles.

Paul tel que lui-même

Le baladin de "Yesterday", le rocker de "Helter Skelter", l’électro performer de "The Fireman ", le compositeur classique du "Liverpool oratorio", le nostalgique auteur de "Chaos and Creation in the Backyard",  tous ne font plus qu’un en celui qui est devenu au fil du temps le super-Beatle, l’héritier d’une saga qui n’aura pas duré une décennie. Quarante-cinq ans après la séparation des Fab Four, leurs chansons auront autant marqué l’histoire de la musique populaire que la vie des millions de terriens qu’elles auront accompagnée.

Quarante deux chansons

En trois heures de concert, sir Paul McCartney  interprète quarante deux chansons de toutes les époques… Une de plus qu’au stade vélodrome, à Marseille, le 5 juin dernier. Sur la Playlist de Macca, des morceaux publiés sous son seul nom, d’autres qui datent de l’époque de Wings mais surtout  vingt-trois œuvres cosignées Lennon-McCartney écrites et composées entre 1962 et 1970. A chacune d’elles, la foule répond par une acclamation immense, entonnant les paroles dés les premiers accords. Et c’est, hélas, la seule nuance (vraiment la seule) à apporter au plaisir qu’il y a eu à passer ces trois heures hors du temps. Une grande partie de l’audience trouve un plaisir physique à chanter, et parfois hurler avec Paul, gâchant un peu le plaisir de ceux qui sont venus davantage pour écouter la musique que pour participer à une grand-messe nostalgique. Mais au moins, elle chante… elle ne crie plus comme à l’heure de la Beatlemania qui avait contraint les Fab Four à renoncer à monter sur scène.

Après un colossal moment pyrotechnique lors de la chanson "Live and let die" (musique du James Bond du même titre et générique de la défunte émission "L’heure de Vérité" sur Antenne 2), Paul McCartney a refermé les trois heures de magie avec les trois dernières chansons d’ "Abbey Road" le dernier album enregistré par les Beatles, "Golden Slumbers", "Carry that Weight" et "The End". Les paroles de cette dernière résumant à la fois la carrière des quatre petits gars de Liverpool et le moment passé au Stade de France "And in the end the love you take is equal to the love you make… " ("Et à la fin, l’amour que tu prends équivaut à l’amour que tu donnes...").

Publié le: Samedi 13 Juin 2015 - 04:15Source: culturebox

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ludovic Danteny 2486 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines