Magazine Culture

Découpages et collages 1

Publié le 13 juin 2015 par Nicole Giroud @NicoleGiroud

Le compagnon de toute ma vie depuis nos vingt ans respectifs est en train de lire la cinquième version de mon roman sur les deux catastrophes survenues au somment du mont Blanc. Mission à haut risque, l'homme en est conscient. Ce n'est pas la première fois qu'il effectue cet exercice de style et jusque là il a survécu, maniant habileté, coups de fouet et messages d'amour style c'est pour ton bien et celui de ton texte.

Dans le cas présent, devant les critiques répétées des intrépides lecteurs, trop de précisions, trop de documentation, bien sûr c'est passionnant ces tragiques histoires, mais enfin... Tout le monde était d'accord : cette femme retrouvée nue au sommet du mont Blanc vêtue de ses seuls bijoux méritait absolument d'être l'héroïne. Le fait qu'elle soit Parsie, une fois expliqué à ces ignorants qui étaient les Parsis, a lui aussi emporté l'adhésion.

Je vous avais déjà expliqué que je travaillais sur un drame survenu dans ma région.

J'ai d'abord donné un fils à cette belle femme, un fils qui viendrait en Haute-Savoie résoudre l'énigme de la présence à bord de sa mère et accessoirement proposer une explication au mystère de l'explosion en plein vol de cet avion, mystère non élucidé et dont les archives sont encore top secrètes. Le fils n'allait pas. Il est donc devenu une fille. C'est vrai, c'était plus logique dans la poursuite de l'émancipation féminine, le public était d'accord. Quand même, trop de détails sur la communauté parsie de Bombay.

Ils voulaient que je me coupe un bras ! J'ai donc rusé et rajouté un personnage pour alléger cette histoire (essayez donc de faire rire les gens avec plus de 150 personnes en morceaux sur le glacier des Bossons). Et voilà, l'Écrivain sort du chapeau. Petite vengeance anticipée : il en est à son deuxième divorce. On verra bien si après cette menace subliminale l'époux parlera encore d'alléger mon texte.

Eh bien il ose : Quelle bonne idée, cet écrivain ! Tu le rends de manière très drôle, ça allège l'atmosphère du texte, on attend le moment où il va réapparaître, vraiment une bonne idée ! Mais encore trop de détails sur la façon dont on a traité les corps, trop de détails sur l'histoire des Parsis.

L'homme vit dangereusement. Il a de la chance, je n'ai pas encore totalement remanié mon texte. La réécriture avance et je ne suis pas encore prête au sacrifice suprême.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicole Giroud 1194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine