Magazine Culture

Les enfants du Paradis

Publié le 13 juin 2015 par Jebeurrematartine @jbmtleblog
Opéra national de Paris © Sébastien Mathe/OnP

Opéra national de Paris © Sébastien Mathe/OnP

Quand je rentre dans l’opéra Garnier, c’est toujours un peu comme si j’étais à Disney : j’ouvre de yeux ébahis et je dois me forcer à garder la bouche fermée. Je me sens toujours subjuguée par tant de magnificence et de beauté, à tel point que mon cerveau n’arrive jamais bien à déterminer si je dois tourner la tête dans tous les sens afin d’avoir la vision la plus englobante possible du lieu ou si je dois au contraire me concentrer sur chaque détail un à un.

Dans tous les cas, l’impression est toujours la même : celle d’entrer dans un autre monde, une sorte de bulle spatio-temporelle digne des meilleurs films de science-fiction, à la fois hors du temps et de l’espace, complètement déconnectée des rues parisiennes qui fourmillent au dehors. La magie opère un peu plus quand les lumières s’éteignent et que le rideau se lève. Les premières notes retentissent dans la salle silencieuse, comme si chacun retenait son souffle, et les danseurs entrent en scène. Le spectacle peut commencer.

Opéra national de Paris © Charles Duprat/OnP

Opéra national de Paris © Charles Duprat/OnP

Aujourd’hui, c’est le ballet Les Enfants du Paradis, de José Martinez, qui m’éblouit pendant un peu plus de deux heures. C’est la première fois que j’assiste à une représentation à l’Opéra Garnier et l’effet est saisissant. Outre la salle qui est tout simplement grandiose, le spectacle est subjuguant. Les costumes d’Agnès Letestu sont magnifiques, les décors originaux et l’ambiance générale nous renvoie réellement deux siècles en arrière, dans le Paris des années 1830.

L’histoire de cet amour impossible entre le mime Baptiste et la belle Garance est un peu difficile à suivre dans les détails si l’on n’est pas familier de la trame, développée au cinéma par Marcel Carné et Jacques Prévert, dont Martinez reprend ici le scénario. Mais l’interprétation est telle que l’on peut sans aucun mal en comprendre les principaux tenants et aboutissants. Aux grands ensembles de théâtre populaire succèdent les duos intimes des divers protagonistes de ce triangle (rectangle ?) amoureux.

Entre scènes au caractère narratif très proches d’une interprétation théâtrale, représentations du Théâtre des Funambules offrant une mise en abime savoureuse et purs moments de danse, le spectateur ne peut qu’être comblé par ce déferlement de grâce et d’émotions, parfois même étourdissant.

Les enfants du Paradis
Les enfants du Paradis
Les enfants du Paradis

Le premier acte pose les bases de l’histoire, présente les divers protagonistes et les intrigues qui ont cours au cœur du boulevard du Crime. On se laisse porter par les défilés incessants de la foule prise dans ses activités quotidiennes, entrecoupés par les passages souvent cocasses des spectacles du Théâtre des Funambules et par l’intrigue amoureuse.

Le deuxième acte débute par plusieurs minutes de ballet tel qu’on se le représente souvent : les danseurs et danseuses entrent et sortent de scène en groupe, formant un ensemble indistinct et compact, tourbillonnant et virevoltant sur une même chorégraphie et dans un même mouvement où toute trame narrative a disparu. Le contraste avec le premier acte et avec les scènes suivantes est flagrant mais d’autant plus estimable.

Enfin, la fin du ballet s’enchaîne avec une vitesse inouïe, à tel point que le tomber du rideau me prend par surprise et la déception de ne pas y avoir été préparée s’empare de moi. Mais le charme ne se rompt néanmoins pas tout de suite et même dans le métro en rentrant chez moi, je suis encore un peu là-bas, avec ces enfants du paradis.

Opéra national de Paris © Charles Duprat/OnP

Opéra national de Paris © Charles Duprat/OnP

Cet article a pour but, certes de vanter les mérites de ce fabuleux spectacle que je vous recommande chaudement, mais surtout d’insister sur le fait qu’aller à l’Opéra n’est pas forcément synonyme de moyens financiers et de divertissement bourgeois. Il existe des places à 12 ou 25 euros qui permettent aux jeunes étudiants que nous sommes (ou aux autres d’ailleurs) de goûter à ce plaisir qui trop souvent semble inaccessible. Ne vous attendez pas à être au premier rang mais le placement en catégorie 5 ou 6 n’est pas aussi mauvais qu’on le dit.

Cassandra Alvarez

________________________
Les Enfants du Paradis de José Martinez
d’après le scénario de Jacques Prévert et le film de Marcel Carné
Durée : 2h24 avec entracte – Tarifs de 12€ à 130€

Opéra Garnier
Facebook – @operadeparis @BalletOParis #PalaisGarnier
Toutes les infos sur le site. 


Classé dans:Danse, Sorties, Spectacles vivants Tagged: ballet, Danse, enfants du paradis, garance, garnier, jacques prévert, jose martinez, marcel carné, mime baptiste, opéra, Spectacle, théâtre des funambules

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jebeurrematartine 14545 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine