Magazine Culture

Quand Drucker parle de Delpech pour mieux parler de Drucker

Par Sergeuleski

Michel Drucker, shooté aux médias depuis un demi siècle - il ne partira pas ! (1), a donné des nouvelles de Michel Delpech qui souffre d'un cancer, au festival Plumes de stars d'Aix-en-Provence où il présentait un extrait de son one-man-show qui a pour sujet... devinez ?!... ses 50 ans de carrière à la télévision.

Avec beaucoup d'émotion dans la voix, il annonce : " Michel Delpech s'éteint doucement ; il fait face avec beaucoup de courage."

Sur les réseaux sociaux, le "communiqué" de Drucker fait un tabac : ils sont des milliers à souhaiter "bon courage" à Michel Delpech. Et là, difficile de réfréner le désir de leur répondre à tous ceci :

" Bon courage aussi aux 100 000 anonymes qui meurent du cancer chaque année... tout aussi courageusement ????? Comme si c'était une question de courage ! Comme si c'était plus dur de mourir du cancer quand on s'appelle Delpech que quand on a pour prénom ou nom Mohamed ou Dupont. Vous verrez ! Vous finirez tous par vous cotiser pour payer aux millionnaires des enterrements de première classe ; ce sera autant d'argent économisé par leurs héritiers."

Vraiment, la people-isation de la société est à son comble ! Abjecte et crétine tout à la fois cette people-isation esclavagiste ! Il est vrai que l'esclave finit toujours par se soucier de la santé de son maître... cet horizon indépassable de tout ce qu'il n'aurait jamais pu espérer pour lui-même.

Encouragés par un environnement d'affairistes voraces - argent roi, trahisons et corruption -, dès les années 80, nombreux sont ceux qui n'hésiteront pas à se servir de la télévision pour assurer leur propre ascension et prospérité professionnelles dans la durée car, après l'argent, c'est la longévité qui sera la mesure de toute chose.

Viendra alors l'ère des animateurs parasites qui s'appuieront sur la notoriété de leurs invités pour faire carrière et asseoir leur légitimité, sans aucune prise de risques, sans esprit de découverte puisque pour " passer chez eux " il faudra être impérativement " connu ", voire célèbre. L'animateur Michel Drucker sera et reste la figure archétypale de "l'animateur parasite", un CD dans chaque main, en VRP de SONY, d'Universal et de la FNAC, un sourire complaisant pour accompagner des questions d'une flagornerie niaise, véritable insulte non seulement à l'intelligence mais plus important encore ... à la dignité humaine.

Avec Delpech, Drucker, aujourd'hui, va jusqu'à accompagner "les vedettes" qui ont fait de lui une vedette jusqu'à leur dernière demeure, recueillant leurs dernières volontés sur leur lit de mort-vivant. Mais qui accompagnera Drucker jusqu'à la sienne le jour venu, et quand ?

Liège 2007 - Enregistrement amateur d'un Michel Delpech qui, s'il n'était pas parmi les meilleurs, était loin d'être le plus mauvais.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sergeuleski 6225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines