Magazine Histoire

Raja'a, l'espérance

Par Roger Garaudy A Contre-Nuit
Raja'a, l'espérance

[...] Roger Garaudy remplit toujours les yeux de son interlocuteur et inspire le respect à l'opposé de Bernard Henri Levy [...] pour lequel seul compte la survie du sionisme. Roger Garaudy fut considéré comme l'homme du dialogue des civilisations juive, musulmane et chrétienne. il disait :"Ma plus grande fierté est d'être fidèle au rêve de mes vingt ans: l'unité des trois religions, christianisme, judaïsme et islam" alors que d'autres exploitent les massacres de la Shoah pour "glorifier" l'aparheid du sionisme persécutant chrétiens africains et autochtones palestiniens; brillant philosophe, auteur d'oeuvres littéraires, il se définissait comme un "Don Quichotte" luttant contre les "moulins à vent" capitalistes. Mais il fut aussi un homme d'appareil. Au sein du Parti communiste auquel il adhéra à 20 ans, et dont il fut exclu en 1970 pour avoir notamment dénoncé la "normalisation" en Tchécoslovaquie. Au bureau politique, il était surnommé "le Cardinal" à la fois pour son sens de l'autorité et son attirance pour l'Eglise. Il fut, des décennies durant, prisé des milieux intellectuels et des médias français pour son oeuvre philosophique et son courage politique. En 1982 il s'est converti à l'Islam sous le prénom de "Raja'a" (l'espérance). Son livre, "Les Mythes fondateurs de la politique israélienne", fit de lui un paria dans le monde politico-médiatique. En 1998, au terme de cinq arrêts distincts, la Cour d'appel de Paris le condamna pour contestation de crimes contre l'humanité, diffamation raciale et provocation à la haine raciale, à 9 mois d'emprisonnement avec sursis et une forte amende. Dans ce livre, il évoquait "le mythe des six millions de juifs exterminés, devenu un dogme justifiant toutes les exactions de l'Etat d'Israël en Palestine". Un sujet tabou en France.
M.Garaudy avait reçu le soutien de très nombreuses voix arabes ainsi que celui de son vieil ami l'abbé Pierre, prêtre catholique engagé auprès des pauvres, soutien indéfectible qui avait fait scandale. Né le 17 juillet 1913 à Marseille, fils d'un comptable, Roger Garaudy, attiré à 14 ans par le protestantisme, passe son agrégation de philosophie et son doctorat ès lettres. Il est interné trente mois de 1940 à 1943 dans le camp de concentration vichyste de Djelfa, en Algérie, aux côtés de républicains espagnols. Il échappe à la faim, à la typhoïde, et à l'exécution, sauvé in extremis par des musulmans ibadites. Ce geste l'attirera vers l'Islam. En 1945 il est élu député, puis il devient sénateur. Professeur de philosophie, il dirige, de 1960 à 1970 les Cahiers du communisme, revue théorique du parti, et le Centre d'études et de recherches marxistes (1960-70). En 1981, le candidat socialiste et futur président François Mitterrand le fera participer à sa campagne mais les deux hommes se brouilleront. Dans les années 1980, Garaudy, déjà très apprécié dans le monde musulman, tente des démarches personnelles, à Téhéran et à Bagdad - où il est reçu par Saddam Hussein - pour mettre fin au conflit Irak-Iran. Son oeuvre avait notamment été saluée par le régime islamique iranien, l'ancien dirigeant libyen le colonel Mouamar El Gueddafi, le responsable du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah et les autorités saoudiennes

Cet article a été publié en juin 2012 sous le titre "Hommage à Raja Roger Garaudy antidote du poison Bernard Henri Levy"[NDLR]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roger Garaudy A Contre-Nuit 436 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines