Magazine Bons plans

Confidences part #3 : Nouvelle grossesse après fausse couche tardive

Publié le 14 juin 2015 par Christele

C’est le 3ème chapitre de mon histoire personnelle concernant ma fausse couche et ma nouvelle grossesse.
Voici les deux premiers chapitres :

Confidences part #1 : Fausse couche tardive

Confidences part #2 : Deuil périnatal

Moi qui avait beaucoup d’appréhension et de pudeur à rendre publique toute cette intimité, je me sens enfin à l’aise, sans complexes et libérée. Que mon article soit lu d’innombrables fois ou même une seule fois, le fait d’écrire ces mots me procure une sensation de délivrance.

31/12/2014 : Bébé 2 entre en action et s’installe dans mon petit cocon qui va vite devenir le sien.
Fin Janvier, tellement pressée, un matin au réveil, je fais un test de grossesse juste après avoir un petit retard de règle. POSITIF !! Mon dieu, quelle joie ! J’en ris, j’en pleure et je me presse de prévenir mon homme. C’est risqué car à ce stade là, c’est un peu tôt pour déterminer si la petite graine a bien pris racine mais tout au fond de moi, je le sais, j’en suis sûre. Avant même de faire le test, je le savais. La réponse est Oui, je suis enceinte ! Au tout début, pas d’inquiétudes, juste un grand soulagement. Puis une semaine plus tard, je refais un test. Positif. Là c’est sûr, la machine est lancée.

vie-organisee-confidences-grossesse3

Source

Attention ! Loin de moi l’idée de remplacer Bébé 1 qui est parti avant de voir le jour. J’étais certes impatiente de remettre une grossesse en route mais sans pour autant oublier mon premier bébé. Pour moi, j’avais déjà un enfant. Qui n’était peut-être pas à côté de moi, mais que j’ai porté, que j’ai aimé et que jamais je n’oublierai. Jamais je ne cesserai de l’aimer. Jamais je ne cacherai son existence. Il fait pour nous, parti de la famille et nous comptons l’inscrire sur notre livret de famille et en parler à nos enfants lorsqu’ils seront en âge de comprendre. Leur en parler comme un grand frère qui veille sur eux depuis là-haut.

Bon, tout n’est pas encore réglé … J’ai encore des difficultés à surmonter la perte de notre enfant. Ce qui n’est pas facile au début de cette grossesse dans notre couple, c’est mon changement de comportement. Oui, j’ai changé ! Je suis devenue angoissée, (encore plus) caractérielle et très exigeante. Là où ça nous a un peu éloigné c’est que personnellement, ça a changé ma vision des choses et mes projets d’avenir. Nous avons eu des difficultés pour se comprendre et pour communiquer. J’ai voulu me projeter davantage et avoir encore plus de concret, ce qui peut parfois un peu effrayé. J’ai tout remis en question dans ma vie. J’ai tout voulu contrôler. Comme si je ne voulais plus que la vie décide pour moi car je n’avais plus confiance en rien ni personne. Alors je voulais me débrouiller toute seule, quitte à devoir déplacer des montagnes. Bien sûr cela a créé beaucoup de conflits …

Durant les cinq premiers mois, ça a été une succession d’angoisses, de questionnement, de doute … « Est-ce qu’il va bien ? Est-ce qu’il respire ? Est-ce qu’il grandit ? Vais-je tenir jusqu’au bout ? Est-ce que je ne vais pas perdre les eaux trop tôt ? … »

Pour cette grossesse, nous avons choisi une maternité privée ou nous sommes très bien suivis. Donc chaque rendez-vous s’est bien passés. Tout va pour le mieux … Puis lorsque j’ai passé le cap des 4 mois et demi, il y a enfin eu un passage psychologiquement où j’an enfin pu respirer, me détendre et me dire « C’est bon, il est là et il va bien ». Même si bien évidemment il y a quelques moments où j’ai de petites inquiétudes mais comme toute femme enceinte. Et au même moment j’ai commencé à le sentir bouger. Depuis je le sens plusieurs fois par jour et je sais qu’il est là.

J’attaque mon sixième mois et je respire enfin ! J’arrive enfin à parler de Bébé 1 sans pleurer et avec tendresse. Et je me sens enfin prête à devenir mère dans quelques semaines. A commencer une nouvelle vie … (pleine d’envies, de projets, de souhaits, d’amour à donner …)

Parenthèse

Si vous êtes en train de vivre un deuil périnatal, pensez-vous envoyer un faire-part pour cet enfant parti trop tôt ? Non je pense que vous n’y avez pas songé. Cela pourrait peut-être vous permettre d’avancer dans votre deuil … Sachez que Claire du blog Chemin de deuil vous propose de réaliser cette démarche. Une femme compréhensive et à votre écoute très sensible au chagrin des parents endeuillés reflétera l’amour de votre enfant sur des jolies cartes pour honorer sa mémoire …

Voici son travail : Framboise et Papyrus

vie-organisee-confidences-grossesse2

Source


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christele 679 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine