Magazine Musique

Nicolay « City Lights vol.3: Soweto » @@@@

Publié le 10 juin 2015 par Sagittariushh @SagittariusHH
noclay_city_lights_soweto - Trip Hop/ Electro/ Alternatif

Nicolay « City Lights vol.3: Soweto » @@@@

Laisser un commentaire

Nicolay est quelque part un citoyen du monde. Né néerlandais, le producteur a quitté le pays des jonquilles et des moulins pour émigrer vers les Etats-Unis après la sortie de Connected de Foreign Exchange, fameux tandem qu’il forme avec Phonte Coleman (ex-Little Brother) depuis plus de dix ans. En 2009, dans le cadre de sa série City Lights, Nicolay nous avait emmené à Tokyo, dans le quartier de Shibuya. On s’y croyait tellement il était parvenu à incorporer une touche nippone dans sa musique. Pour ce troisième volet, on part en voyage à Soweto, dans la banlieue de Johannesburg.

Je n’ai jamais été en Afrique du Sud, alors forcément ce volet me semble très dépaysant. D’entrée, on se refamiliarise avec les instrumentaux lumineux emplis de gaité qui boostent le moral comme une belle journée ensoleillée. Entre ballades électro parfois lounge et musique du monde, on s’imagine suivre les pas légers de Nicolay en train de flâner dans les rues de Soweto. C’est avec une certaine curiosité qu’on écoute les éléments de musique sud-Africaine qu’il injecte dans ses programmations de beats, comme sur « It’s in the way that you smile » concrètement. Il n’y en a pas beaucoup de passages qui permettent d’identifier de la musique locale, c’est très diffus dans ses mélodies de clavier. Disons que c’est l’état d’esprit sur place, l’ambiance, l’atmosphère, que notre compositeur hollandais s’approprie et retranscrit sur cette dizaine de morceaux. C’est la philosophie de City Lights.

Une découverte ce City Lights vol.3? À moitié si on est un habitué des sorties Foreign Exchange Music. Nicolay conserve ses gammes de synthétiseurs favoris qui font son patte personnelle. Les choeurs de Phonte qui participent au décor sonnent comme des gimmicks repris des albums de Foreign Exchange (« The Secret« ). Il y a d’ailleurs beaucoup de ressemblances avec le précédent volume Shibuya, et pourtant, Nicolay ne paraît pas moins inspiré. Car au terme de ce voyage immobile, on aura passé un très agréable moment.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sagittariushh 3319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines