Magazine Amérique latine

Un autre troesma s'en va : Héctor Negro avait 81 ans [Troesmas]

Publié le 16 septembre 2015 par Jyj9icx6

Un autre troesma s'en va : Héctor Negro avait 81 ans [Troesmas]

Héctor Negro, à l'Alliance Française de Buenos Aires, le 17 août 2011


C'est une très triste nouvelle à laquelle malheureusement je m'attendais depuis la fin du mois d'août dernier. Le Maestro Héctor Negro avait 81 ans. C'était l'un des très grands poètes de cette génération des années 1930 qui a donné tant et tant de grands artistes au tango (et à d'autres genres en Argentine) et bien au-délà de sa génération.
Héctor Negro était un nom de plume. Il s'appelait en fait Varela mais ne voulait pas qu'on puisse le confondre avec un artiste de tango très en vogue dans les années 50 et 60 et dont il détestait le travail. On lui doit des letras qui ont déjà intégré le répertoire classique du genre : De Buenos Aires morena par exemple ou Viejo Tortoni. L'un est une évocation de la négritude oubliée de la capitale argentine et l'autre un hommage au Gran Café Tortoni, qui porte sur sa façade une plaque avec une strophe de ce tango (musique de Eladía Blazquez). Il était portègne jusqu'à la moëlle puisqu'il était né dans le quartier de Belgrano, le 27 mars 1934, et qu'il a vécu toute sa vie dans cette mégalopole. Un urbain à 100%. Il nous quitte alors que le monde juif, auquel il appartenait par sa culture familiale qu'il n'a jamais reniée, fête Roch Hachannah, la nouvelle année. Quelle ironie !

Un autre troesma s'en va : Héctor Negro avait 81 ans [Troesmas]

De gauche à droite : Héctor Negro, Luis Alposta, Walter Piazza et moi
en août 2010 - Museo Mundial del Tango, ANT (Buenos Aires)


Héctor Negro avait fait son apparition dans le monde littéraire avec son groupe, El Pan Duro, qui rassemblait plusieurs jeunes poètes et intellectuels du Parti Communiste Argentin, dont Juan Gelman, autre poète militant disparu en janvier 2014.
Mes lecteurs se souviendront qu'à plusieurs reprises, j'ai publié ici, dans Barrio de Tango, les sonnets qu'il envoyait à tous ses contacts du monde entier pour le Jour du Nouvel An (1er janvier) : c'était toujours des textes vigoureux et combatifs, profondément ancrés dans les douleurs et les crises de ce monde, loin des propos enjolivés et mièvres de circonstance. Pour les relire, dans cette version bilingue que je vous propose, cliquez sur son nom dans le bloc Pour chercher, para buscar, to search, ci-dessus. Depuis deux ans, je ne recevais plus ces vœux très particuliers et très attendus. Son dernier sonnet de Nouvel An, il l'avait écrit alors qu'il venait de perdre son épouse. Avec un courage immense.
Héctor Negro était aussi enseignant. Il avait longtemps travaillé et avec passion au CETBA et à la Academia Nacional del Tango, au Seminario de Letras Homero Expósito, dont il a été l'un des pilliers.
Il était aussi le rédacteur en chef d'une revue culturelle intermittente intitulée Buenos Aires, Tango y lo demás (Buenos Aires, le Tango et tout le reste). Il avait son propre blog qu'il a dû abandonner au cours de l'année.
Il y a plus d'un an, après une pénible maladie, Héctor Negro avait perdu son épouse et il avait ensuite souffert une série d'AVC. Seul, sans aucune aide, il avait pu surmonter le premier, en récupérant même la parole. Mais le dernier accident avait eu raison de sa combativité et l'avait laissé prostré dans sa chambre avant de le conduire à l'hôpital où il s'est éteint hier avant l'aube.
En 2007, il m'avait donné l'autorisation de traduire et de publier en France plusieurs de ses textes. L'un se trouve dans Barrio de Tango, recueil bilingue de tangos argentins (Editions du Jasmin), les autres, une dizaine, dans Deux cents ans après, le Bicentenaire de l'Argentine à travers le patrimoine littéraire du tango (Tarabuste Editions). Il savait parler de tout, de son souvenir de la mort d'Evita avec toutes les démonstrations de chagrin chez l'homme de la rue, du football, dont il était un passionné, de la répression endémique dans le pays (et il le faisait avec un humour burlesque que je vous laisse découvrir dans Deux cents ans après) et de la si douloureuse problématique de l'exil, ultime tentation des Argentins de gauche face aux péripéties tragiques de l'histoire nationale. Il m'avait accompagnée dans quelques moments-clés de mes séjours en Argentine, il était là pour la remise de mon brevet d'académicienne correspondante en France en 2010 et l'année suivante, le 17 août 2011, à l'Alliance Française, avec Marcela Bublik, pour la présentation de Deux cents ans après.

Un autre troesma s'en va : Héctor Negro avait 81 ans [Troesmas]

Avec Héctor Negro, le 17 août 2011, après notre causerie à l'Alliance Française de Buenos Aires


Héctor Negro appartenait à deux académies, la Academia Nacional del Tango, qui lui rendra hommage lundi prochain, en lui consacrant son Plenario, et la Academia Porteña del Lunfardo. Il a bien entendu ses pages dans le site encyclopédique Todo Tango.
Il sera enterré ce matin, à 10h30, heure locale, au cimetière de La Chacarita, dans le caveau de la Sadaic, la société des auteurs-compositeurs argentins.
La presse lui rend hommage aujourd'hui mais en sourdine (et c'est injuste).
Lire la dépêche de Télam lire l'article de Página/12, qui a réagi avant Clarín lire l'article de Clarín, dont il avait été l'un des chroniqueurs culturels de 1984 à 2000.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2566 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte