Magazine Politique

Qu’arrivera-t-il si nous brûlons toutes nos réserves d’énergie fossile ?

Publié le 16 septembre 2015 par Blanchemanche
#énergiefossile #changementclimatique
Les glaciers sur l'île canadienne d'Ellesmere, survolés pendant l'opération IceBridge, de surveillance de la glace du Groenland et de l'Antarctique, de la NASA  en 2014.  REUTERS/Michael Studinger/NASALes glaciers sur l'île canadienne d'Ellesmere, survolés pendant l'opération IceBridge de surveillance de la glace du Groenland et de l'Antarctique par la NASA, en 2014. (REUTERS/Michael Studinger/NASA)Que se passera-il si nous continuons à brûler nos réserves d'énergie fossile – charbon, pétrole, gaz, ainsi que sables bitumineux, gaz et pétroles de schiste – jusqu'à leur épuisement ? Une étude de chercheurs allemands, anglais et américains, publiée le 11 septembre dans la revue Science Advances, tente d'y répondre.Et la conclusion est simple : « Si on brûle tout, tout fondra », résume son auteur principale Ricarda Winkelmann, chercheuse à l'Institut de Potsdam en Allemagne.Relayée notamment par le New York Times, l'étude prévoit un scénario digne de Waterland, avec des températures augmentant de 20 °F (11 °C) et un niveau des océans s'élevant de 60 mètres.Avec un tel réchauffement, c'est en effet toute la glace de l'Antarctique qui fondrait en un temps record. A la surprise des scientifiques, si la fonte des glaces à grande échelle met du temps à démarrer – un siècle peut-être –, elle pourrait, une fois enclenchée, voir s'évanouir la moitié des glaces de l'Antarctique en un millier d'années. L'océan s'élèverait alors de 30 centimètres par décennie, soit environ dix fois plus qu'aujourd'hui, et de larges pans de la Terre seraient noyés :« Une montée du niveau de la mer de 60 mètres entraînerait la submersion de presque toute la Floride, la plupart de la Louisiane et du Texas, toute la côte est des Etats-Unis, une grande partie de la Grande-Bretagne, la majeure partie de la grande plaine européenne, de vastes zones des côtes de l'Asie. Du côté des villes noyées, on compterait Miami, La Nouvelle-Orléans, Houston, Washington, New York, Amsterdam, Stockholm, Londres, Paris, Berlin, Venise, Buenos Aires, Pékin, Shanghaï, Sydney, Rome et Tokyo. »Extinction de la plupart des plantes et animauxQuant à cette hausse à deux chiffres des températures, elle causerait l'extinction de la plupart des plantes et des animaux, et rendrait de vastes zones de la planète incultivables et inhabitables par l'homme.« Voici l'humanité comme une force géologique », conclut Ken Caldeira, chercheur à la Carnegie Institution for Science à Stanford. Cette fonte, inédite par sa rapidité, ne l'est pourtant pas tant que ça par son ampleur. Il y a 35 millions d'années, l'Antarctique était un continent vert et luxuriant, rappelle le New York Times, et la Terre a déjà connu des océans de dizaines de mètres plus hauts. « Le long de la côte est, des coquillages de seulement 3 millions d'années peuvent être déterrés à plus de 150 kilomètres des côtes actuelles dans les terres », souligne le quotidien américain.Si les politiques échouent à limiter l'usage de ces énergies, les gisements fossiles seront totalement brûlés d'ici le milieu du XXIIe siècle, calcule l'étude.http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/09/15/quarrivera-t-il-si-nous-brulons-toutes-nos-reserves-denergie-fossile/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29287 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines