Magazine Bien-être

Les fées se sont penchées sur mon berceau

Publié le 17 septembre 2015 par Montaigu

Coquelicots

Mon petit feuilleton se poursuit. Vous me suivez toujours ?

Pendant trois mois, donc,  j’ai suivi assidûment le programme concocté par Julia Cameron, avec des hauts et des bas, des humeurs joyeuses ou maussades.

Par ailleurs et je me rends compte que rien n’est un hasard, j’avais lancé sur mon blog un entrepreneur nous est conté, une rubrique qui m’a beaucoup soutenue parce que j’y abordais les parcours de femmes qui avaient choisi de dire "je veux"  avant d'attaquer  " comment je peux? ".

Nous le savons bien, nous sommes encombrés des formules "je peux" ou "je ne peux pas" selon des expressions très variées. On demande à sa bonne copine, sa mère ou que sais-je : "Tu crois que je peux ", "Suis-je capable de prendre ce job? ". Le boss dit "Tu ne peux pas" et on s’ énerve : "Mais si je peux ". Bref, on est enfermé dans la capacité, la compétence, la connaissance et les doutes, le mur du "pouvoir " et on tourne en rond, en se demandant comment trouver la clé du vouloir : le " je veux" libératoire qui nous entraînera sur le chemin de l’action réelle. La volonté et non le simple désir.

La contemplation de la réussite des uns et des autres  est souvent accompagnée de la sempiternelle question : "Mais comment a-t-il fait "?.  

Ces entrepreneuses formidables me l’ont apprise. Déjà, il n’y a aucune magie. Elles ne se sont pas levées un matin en décrétant : j’ouvre une garderie, je deviens free lance, j’inscris mon business dans le marketing de réseau.  Un parcours, plus ou moins long, quelques années à une vie, quelquefois douloureux, les a progressivement mené à cette évidence qu’elles "voulaient autre chose". Sans forcément en analyser toutes les raisons. Et au fond, est-ce nécessaire?  Une fois cette idée en tête, leur intuition leur commandait d’y aller, "Pour une fois que j’avais envie de faire quelque chose", ou " La vie est courte", comme on m’a confiée. Néanmoins l’affaire n’était pas dans le sac. Certaines ont su instinctivement ce qu’elles allaient entreprendre, d’autres ont cherché en se baladant dans des salons d’aide à la personne, en surfant sur le net, en puisant dans leur passé. Elles n’ont pas ménagé leurs efforts pour arriver à formuler un projet dont en réalité aucune n’était sûre. Car il leur a fallu atteindre le but qu’elles s’étaient fixées après une période de mise en oeuvre souvent compliquée et laborieuse, pour se rendre compte de la validité de leurs choix . J’ai entendu:" C'est encore mieux que ce que j’imaginais", "Je m’éclate, même si l’entreprenariat n’est pas une promenade de santé", "Je suis à ma place" ou même "C’est beaucoup plus facile que ce à quoi je pensais". Elles ont accepté le vrai risque, l’inconnu, dont l’enjeu est l’échec ou la réussite. Elles ont expérimenté  "la surprise est l’épreuve du vrai courage " et elles se sont découvertes au travers de leurs démarches. 

Ce n’est donc ni de la tarte, ni du gâteau.

Ces entretiens me galvanisaient et en même temps me renvoyaient à mon impuissance. J’ai fini par me sentir ridicule devant ces nanas qui avaient ramé, avaient sûrement été submergées d’angoisses, avaient pris des décisions sérieuses comme s’endetter, embaucher, retourner faire des études. Qu’est-ce que je foutais avec juste un petit manuscrit inachevé qui se morfondait dans un sac en plastique. L’éditeur ? Amazon serait parfait. Mon risque : que personne ne s’y intéresse  mais aussi que des perspectives s’ouvrent.  Et puis ce bouquin agissait comme le réveil de " l’enfant artiste"  qui somnolait gentiment en moi, selon l’évangile de Julia. J’allais "entreprendre " l’écriture d’un livre, telle était mon intention. J’allais faire " mon intéressante" et transcender "pour qui se prend-elle ?". 

Et on verrait bien. Et finalement quelle importance! 

Grâce à toutes ces fées, à qui je rends hommage, l’ Hélène que je suis est allée récupérer son texte. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Montaigu 551 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte