Magazine Culture

Ma Ptite Interview avec Valery K Baran , auteur de A un stade du plaisir en autres

Par Ptiteaurel62 @TheLovelyTeach
Ma Ptite Interview avec Valery K Baran , auteur de A un stade du plaisir en autresBonjour Valery . Tout d'abord , je vous remercie beaucoup d'avoir accepté cette ptite interview.
Je vous ai découvert dans votre nouvelle pour Nouvelle Do Brasil avec Un Corps qui Danse et je vous retrouve avec une nouvelle très différente. Pourriez vous présenter en quelques mots pour les lecteurs / lectrices qui ne vous connaîtraient pas encore?
Alors, je suis une auteure d’histoires érotico-romantiques qui écrit depuis 8 ans, maintenant,d’abord avec une expérience de publication sur le net, avant de me tourner depuis vers l’édition. Le sujet de la sexualité me passionne, mais je ne conçois pas l’érotique sans le psychologique-sentimental, et je ne conçois pas la romance sans l’intime-sexuel, donc c’est vraiment dans le genre « romance érotique » que je m’épanouis.
Pourquoi avoir répondu à l'appel à textes sur le rugby? Le rugby est un sport que vous aimez suivre ?
Parce que j’adore les défis, d’une part : écrire sous contrainte est quelque chose que j’ai l’habitude de faire et que j’adore ! Et ensuite parce que le thème m’a immédiatement parlé. La première contrainte était celle du genre « érotique », donc pour moi c’était évident (j’ignoraismême, au début, qu’on avait toutes et tous eu cette contrainte). Quant au rugby, je ne suis vraiment pas une fana de sport, donc j’avoue n’en avoir une connaissance que très basique (mais les recherches et la documentation sont nos amis). Par contre, romance + érotique +milieu du sport, c’est tout à fait le combo gagnant, pour moi, donc j’ai sauté dessus avec plaisir (j’ai juste demandé à écrire sur DEUX rugbymens, parce que c’était beaucoup trop tentant !).
Comment vous est venue l'inspiration?
Très aisément. En fait, à partie du moment où mon éditrice m’a dit OK pour le M/M, j’avais déjà la base : je sais quelles difficultés peuvent rencontrer les joueurs homosexuels dans le milieu du sport et je savais déjà que c’était sur ce sujet que je voulais écrire. Par ailleurs, ce n’est pas un thème qui m’est inconnu : j’ai déjà écrit deux textes prenant place dans ce milieu: une courte fan fiction que j’avais écrite il y a fort longtemps, et un texte extrêmement court écrit plus récemment, et j’ai aussi un roman en hiatus depuis longtemps sur ce sujet (que je compte reprendre bientôt, d’ailleurs). J’ai même hésité à reprendre la trame et/ou les personnages de l’un des textes courts que j’avais déjà publiés, mais j’ai finalement préféré écrire une histoire totalement originale, avec de nouveaux personnages, un autre contexte, et en partant vraiment sur le sujet du désir homosexuel dans un milieu posant autant de difficultés à ce sujet qu’est celui-ci du sport.
Quels ont été vos plus gros challenges?
Je dirais traiter du sujet de l’homophobie sans partir dans le cliché. C’est un sujet toujours très compliqué à aborder et je ne voulais absolument pas partir dans la caricature ou la facilité. Dans ce milieu-là, il y a de plus l’homophobie basique, insidieuse, celle qui se traduit par des insultes sous couvert d’humour au quotidien. J’ai beaucoup tourné autour et j’ai notamment été très influencée par le récit d’un blogueur-BD excellent, Mr Q, dont une scène à ce sujet m’avait particulièrement marquée. Je me suis d’ailleurs appuyée dessus pour retranscrire cette homophobie, et je lui ai envoyé ma nouvelle pour le remercier. J
Pourquoi avoir choisi une romance M/M ? ( Nota : une romance M/M est une romance entre deux hommes)
Parce que c’était, à mon sens, le scénario le plus intéressant à développer sur ce sujet du rugby. J’ai la chance d’aimer autant écrire de la romance hétérosexuelle que M/M ou F/F, donc j’ai une large liberté à ce sujet et je peux vraiment laisser le scénario primer sur mon choix de sexualité.
Pourriez vous nous parler en quelques mots de vos personnages Josh et Damien?
Alors, Josh et Damien sont des versions totalement opposées et, en même temps, miroir, en fait, de la façon dont on peut se positionner par rapport au rejet de sa sexualité.
Josh est un personnage totalement intégré dans un système : celui du rugby, avec ses rivalités, son aspect un peu lourdaud dans le sens où il ne sait pas régler ses conflits autrement que par la violence ; c’est aussi un personnage qui vient d’un milieu défavorisé qui ne lui a pas appris à réagir autrement. Et il se trouve confronté à un intérêt et des désirs entrant en contradiction totale avec ce cadre-là, tout ce qu’il a appris, tout ce qu’il a mis en place : ce qu’il éprouve pour Damien.
Et Damien est l’inverse : quelqu’un qui, en évoluant pourtant dans le même milieu, y a fait sa place sans se renier le moindre instant, qui est conscient de sa différence, qui sait les difficultés qui y sont liées et qui reste donc discret en tant qu’homosexuel, mais qui s’assume.
Selon vous quels sont leur plus grande qualité et leur plus grand défaut?
Pour Josh, je dirais son cœur : c’est un personnage passionné, torturé mais entier, et plein de courage malgré ses souffrances. Et, pour son plus grand défaut : son manque de confiance en lui.
Et Damien, sa capacité de compréhension et de tolérance. Il est beaucoup plus assuré donc ne présente pas les hésitations de Josh, mais on peut tout de même pointer sa sur-acceptation du rejet que peut induire sa différence. Ce n’est pas développé plus que ça dans l’histoire, mais c’est là, et les lecteurs ont le droit de s’interroger aussi au sujet de ce niveau d’acceptation auquel il est arrivé.
Quelle est la scène qui vous a posé le plus de problème à écrire?
Clairement la première, qui est aussi la scène « centrale », même si c’est par celle-ci que débute l’histoire (j’ai un peu bousculé la chronologie, en fait), parce que c’est une scène forte, qui fait état d’un niveau de tension très important entre les personnages mais qui est toutefois la scène d’introduction : les lecteurs les découvrent par celle-ci. C’était donc tout un jeu d’équilibriste entre la délivrance des informations progressives à donner pour que les lecteurs découvrent les personnages peu à peu, celles à laisser en suspens pour les faire se poser des questions quant à comment ils en sont arrivés là et délivrer des pistes, un peu mais pas trop, sans risquer que les lecteurs soient perdus pour autant, ceci en jouant également avec les flashbacks, donnant ce qu’il faut au bon moment… Bref, c’est une alchimie spéciale à trouver.
Et celle qui vous est venue "naturellement"?
Curieusement, contrairement à ce qu’on pourrait penser pour une romance érotique, toutes celles de match ou d’entrainement, soit qui mettent Josh en relation avec le ballon de rugby, parce que ce sont les moments où sa passion l’envahit totalement et le remplit et il n’est alors plus tiraillé comme lors de tous les autres moments. Celles de romance et d’érotisme, étant beaucoup sous tension, m’ont demandé une gestion beaucoup plus difficile.
Avez vous une scène préférée dans cette nouvelle? Si oui laquelle?
Je les aime toutes mais je dirais la toute dernière. J’aime absolument tout dans cette scène : les images, les tous derniers mots, l’émotion que ressentent les protagonistes… J’avais envie d’écrire une belle histoire et, quand je suis arrivée à cette fin et que j’ai posé les derniers mots, vraiment, j’ai été très heureuse de ce que j’avais écrit. Moi qui retravaille toujours énormément mes textes, c’est d’ailleurs une scène que je n’ai que très peu modifiée.
Les scènes de sexe sont très sensuelles : ont elles été difficiles à écrire du fait que les deux héros soient des hommes?
Pas du tout ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire, j’ai même plus de facilités à écrire des scènes de sexe entre deux hommes, du fait qu’elles me libèrent totalement du questionnement que je peux avoir, sinon, quant au fait de m’y transposer (ce qui est un peu idiot, quelque part, mais c’est vrai). De plus, quand j’écris de l’érotisme hétérosexuel, je prête toujours le flanc en tant qu’auteure soit à l’imagination de ma propre sexualité, de la part des lecteurs, soit à l’imagination de mes fantasmes, alors que, lorsque j’écris du M/M, personne ne me demande si c’est moi-même que j’ai écrit dans mes personnages ou si ce sont mes fantasmes (pourtant ce n’est guère différent). Et c’est très reposant. J
Aviez vous déjà écrit des romances M/M?
Plein. À ce jour, c’est même ce que j’ai le plus écrit. J’ai commencé par le M/M, en fait, avant de me diversifier.
Quels retours espérez vous de vos lecteurs? Peut on voir un message dans cette nouvelle?
Plein de retours magnifiques et géniaux, bien sûr !
En fait, j’espère surtout toucher avec ma propre sensibilité. C’est important, pour moi, parce que je sais avoir mon approche personnelle de la romance et de l’érotisme. Sinon, je n’écris pas spécialement d’histoires à messages, mais il y en a en fait toujours un peu dans mes histoires. Ce n’est pas mon intention d’avoir une démarche moralisatrice, du moins : j’aime écrire des personnages humains avant tout, réalistes, en proie à des questionnements qui peuvent parler à tout le monde et donc, oui, j’espère toucher avec ces questionnements-là, d’autant plus qu’ici j’en aborde des importants, mais je laisse les lecteurs assimiler mon histoire avec leur sensibilité à eux, aussi.
Pouvez vous nous parler de vos prochains écrits?
Alors, pour commencer, un gros projet sur lequel je suis depuis un moment, puisqu’il s’agit d’une série érotique hétérosexuelle très très intense sur le plan sexuel-psychologique-sentimental… (j’essaye de le dire de mon mieux mais le mot « intense » est bon !). J’en suis à l’épisode IV et je n’ai pas encore fini mais les premiers sont déjà signés ! Donc… plus d’infos à venir plus tard. Je peux déjà dire que je m’éclate, en tout cas !
Et, comme j’en avais parlé peu avant, j’ai aussi le roman M/M-milieu du sport/futuriste que j’ai laissé en hiatus, qui est le projet suivant que je compte reprendre quand j’aurai fini celui actuel.
Merci beaucoup pour toutes ces réponses et si vous souhaitez lire mon avis sans spoiler sur A un Stade du plaisir, cliquez ICI

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ptiteaurel62 24873 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines