Magazine Culture

[critique ] DEVIOUS MAIDS ( série ) ( 8 /10 ) par Demeter

Publié le 17 septembre 2015 par Christian Papia @ChristianPAPIA

216589

Synopsis:Quatre femmes de ménage d'origine latine travaillent pour de riches familles au coeur de luxueuses villas de Beverly Hills. Lorsque l'une de leurs amies est tuée dans des circonstances mystérieuses, elles s'interrogent sur leurs rêves et leurs espoirs déçus, sur leurs patrons, tous plus névrosés les uns que les autres, et sur leur avenir...

Cette série décrit de façon particulièrement pétillante le quotidien des femmes de ménages latino américaines de Beverly Hills , en décrivant également la vie privée des familles riches qui habitent ces belles demeures.Ne vous y trompez pas….. De prime abord, en regardant un extrait de cette série, vous allez penser (allez , je vous vois venir…), ces femmes sont..désespérées… vous savez bien à quelle série je fais allusion… Et bien non.  Pas du tout.Nous abordons, des sujets tels que la maladie, le processus de deuil face à la perte d’un enfant,sa répercussion dans le couple,  les difficultés à vivre dans un pays quand on n’a pas de titre de séjour, le handicap, l’adoption. Tous ces aspects de la vie sont traités avec humour . C’est donc un exploit, qu’a réalisé pour nous Mark Cherry .Heureusement, nous rions beaucoup, et nous nous délectons des personnages très bien dépeints comme Ana Ortiz (Marisol), qui n’est pas du tout ce qu’elle prétend être…Mais pourquoi ???? Vous le découvrirez bien assez tôt….Les autres : Dania Ramirez (Rosie), Roselyne Sanchez (Carmen), et Judy Reyes (Zoïla), ont chacune une particularité ce qui fait l’originalité de cette série.

"Devious maid…polar hitchcockien?"

21003925_20130507123814698

Notons que certains acteurs sont déjà connus du public : Roselyne Sanchez (Fbi portés disparus), Brett Cullen (les Experts, Esprits Criminels, Under the dome…), Tom Irwin (24h chrono, Lost les disparus).La première saison commence par un crime, que nous n’éluciderons que tardivement (heureusement).La seconde saison débute par une scène à la Hitchcock, délicieusement inquiétante. Le metteur en scène semble avoir fait un clin d’œil à…Rebecca…J’apprécie de ce fait  la liberté du metteur en scène qui ne s’est pas ancré dans un style en particulier, puisqu’il a su changer de tonalité d’une saison à l’autre, afin, à chaque épisode, de nous étonner.De ce fait, Devious Maid nous fait parfois pleurer et surtout beaucoup rire.Je trouve particulièrement intéressant de regarder ce petit monde fermé sous l’œil  très acéré et parfois philosophe des domestiques.  Etrangement la permutation personnalité-domestique est plausible..mais là..c’est de la pure fiction. Dans tous les cas il s’agit bien d’une caricature de la société américaine.La musique, pleine de gaité,  va de paire, sur fond de salsa, les personnages principaux étant latino américains.

092503

Je remercie la personne qui m’a fait connaître cette série, sans qui je n’aurais jamais tenté l’expérience, persuadée qu’il s’agissait d’un remake des séries américaines très « love » et  à grande écoute qui m’intéressent peu habituellement.

Le plus : La petite scène du début, toujours truculente à chaque épisode, nous dirons que c’est la signature de Mark Cherry….Cette série semble un adage entre la vision du verre à moitié plein, ou à  moitié vide…à méditer…

Devious Maids: Promo

DEMETER.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christian Papia 13465 partages Voir son profil
Voir son blog