Magazine High tech

Appréhendé pour avoir apporté une horloge artisanale à son école

Publié le 17 septembre 2015 par _nicolas @BranchezVous
Appréhendé pour avoir apporté une horloge artisanale à son école

Voici l’histoire d’Ahmed Mohamed, un garçon de 14 ans visiblement bricoleur, qui souhaitait présenter sa toute dernière création à sa classe.

Seulement, l’état dans lequel il vit – le Texas – n’est pas un endroit très chaud à l’idée de voir quelqu’un apporter un objet de fabrication artisanale. Parce que les terroristes. Parce que le 11 septembre. Parce que l’objet en question était une horloge, et que tout le monde sait que les bombes sont traditionnellement pourvues d’horloge.

Arriva ce qui devait arriver : le professeur à téléphoné à la police, et le jeune Ahmed a été appréhendé sans aucun motif raisonnable. Bien entendu, jamais ne va-t-on mettre l’accent sur le fait qu’il s’appelait Mohamed. Un simple hasard de la vie, ça va de soi.

Ahmed Mohamed raconte sa version des faits.

Après les menottes, le prélèvement d’empreintes digitales, une visite dans un centre de détention juvénile et un interrogatoire en règle, Mohamed a été relâché. Ses parents sont venus le chercher. Au moment d’écrire ses lignes, il n’est toujours pas autorisé à retourner à son école.

La nouvelle a fait le tour de la Toile. Si bien que les talents du jeune Ahmed, qui pourrait facilement devenir ingénieur, ont été reconnus par nul autre que Mark Zuckerberg et Barack Obama.

markzuckerberg

Cool clock, Ahmed. Want to bring it to the White House? We should inspire more kids like you to like science. It's what makes America great.

— President Obama (@POTUS) September 16, 2015

Outre ces deux invitations, Ahmed a également été invité a participer au Google Science Fair, une foire scientifique qui se déroulera en ligne ce weekend.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine