Magazine Culture

Le bain de jouvence des classiques

Par Ellettres @Ellettres

J’entrecoupe ma lecture des nouvelles de Raymond Carver (Beginners) par la lecture des nouvelles de Maupassant réunies dans le recueil Les soeurs Rondoli. J’avais oublié le plaisir que c’était de lire du Maupassant : sa plume acérée, impertinente, élégante.

Voici un petit morceau de bravoure sur le blues du voyageur qui vire insensiblement à l’angoisse existentielle :

manet22

E. Manet, « Au café », 1878

« Connaissez-vous rien de plus lamentable que la nuit qui tombe sur une ville étrangère ? On va devant soi au milieu d’un mouvement, d’une agitation qui semblent surprenants comme ceux de songes. On regarde ces figures qu’on n’a jamais vues, qu’on ne reverra jamais, on écoute ces voix parler de choses qui vous sont indifférentes, en une langue qu’on ne comprend même point. On éprouve la sensation de l’être perdu. On a le coeur serré, les jambes molles, l’âme affaissée. On marche comme si on fuyait, on marche pour ne pas rentrer dans l’hôtel où on se retrouverait plus perdu encore parce qu’on y est chez soi, dans le chez soi payé de tout le monde, et on finit par tomber sur la chaise d’un café illuminé, dont les dorures et les lumières vous accablent mille fois plus que les ombres de la rue. Alors, devant le bock baveux apporté par un garçon qui court, on se sent si abominablement seul qu’une sorte de folie vous saisit, un besoin de partir, d’aller autre part, n’importe où, pour ne pas rester là, devant cette table de marbre et sous ce lustre éclatant. Et on s’aperçoit soudain qu’on est vraiment et toujours et partout seul au monde, mais que dans les lieux connus, les coudoiements familiers vous donnent seulement l’illusion de la fraternité humaine. C’est en ces heures d’abandon, de noir isolement dans les cités lointaines qu’on pense largement, clairement et profondément. C’est alors qu’on voit bien toute la vie d’un seul coup d’oeil en dehors de l’optique d’espérance éternelle, en dehors de la tromperie des habitudes prises et de l’attente du bonheur toujours rêvé. C’est en allant loin qu’on comprend bien comme tout est proche et court et vide ; c’est en cherchant l’inconnu qu’on s’aperçoit bien comme tout est médiocre et vite fini ; c’est en parcourant la terre qu’on voit bien comme elle est petite et sans cesse à peu près pareille. »

(Les soeurs Rondoli, p. 11, édition Albin Michel, 1969)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ellettres 449 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines