Magazine Concerts & Festivals

WB And The Mercenaries au Café Merlo- Bruxelles, le 16 septembre 2015

Publié le 16 septembre 2015 par Concerts-Review

WB And The Mercenaries au Café Merlo- Bruxelles, le 16 septembre 2015

Le premier concert de la série ' Stoemp!Brusselse Caféconcertennajaar 2015' se déroule au Merlo.

Une date quasi historique, il s'agit du concert n°200 du catalogue, sur les planches: WB And The Mercenaries.

WB , non ne viens ni avec Warner Bros, ni avec le terroriste Wilfried Böse, il s'agit de Walter Broes, ex- figure de proue des Seatsniffers, notre meilleur roots band, pendant deux décennies.

Il y a quelques années le band s'est mis en standby mais en novembre 2013, Walter engage quelques mercenaires et forme une nouvelle équipe, WB And The Mercenaries.

Pour accompagner la Guild et les vocaux de WB, à la contrebasse, un babouin pas con, Bas Vanstaen ( The Baboons) et aux drums, j'ôte mes santiags et enfile des slaches, Lieven Declercq ( The Internationals, Lena Deluxe, Zeker Weten...).

Genre?

Qui va pas plaire à ta mère.

Tout comme les Seatsniffers, du rootsrock concocté avec les ingrédients suivants: du rockabilly, de la country, du blues, du rock, du rhythm'n' blues et un brin de tango.

Pas de techno?

Non, du Tex Mex à la rigueur!

21: 05, le moteur est en rodage, on ne va pas risquer de le faire exploser, allons-y pour un instrumental: 'Smoker'. Tu te rends compte, la machine dégage déjà de la fumée!

Pas d'arrêt, la gare est désaffectée, ' Don't push me too far', en mode rockabilly pur jus.

Voilà le Merlo transformé en honky tonk texan.

Toujours aucun répit, la machine s'emballe emmené par Lieven, pas un gentil, il cogne sauvage, voici 'You got me dizzy', qu'un connaisseur attribue à Jimmy Reed.

Encore une gamine énervée, 'My little Suzy', elle n'en fait qu'à sa tête, cette gonze.

Elle n'est pas assagie, Suzy, tant pis, le trio a entamé 'Trapped love', du garage rock alloué aux méchants Cramps.

Le temps de s'éponger, d'avaler deux gorgées de Chaudfontaine brut et on repart au galop, 'You and Me'.

Rumbling time in Brussels!

Bas va vous en chanter une bien brûlante, 'Red Desire' en op de volgende kun je dansen, enfin, au minimum, bougez vos fesses en mesure sur le tabouret. ' Security' secoue autant que certains Los Lobos.

Pour l'instant le magasin ne propose qu'un single, il est sorti sur une firme de disque bidon, svp downloadez le légalement, car Lieven doit nourrir toute la famille et ses chats, voilà 'Man Child', un tango blues aux saveurs Tom Waits.

Great tune!

Une accélération furieuse annonce 'Side show', faut se garer les broncos ne sont pas d'humeur à rire.

Le rodéo a pris fin, les cowboys sont à la recherche de calme, on leur balance 'Down time ', tandis que 'No more' s'adresse à toutes les nanas ayant une fâcheuse tendance à batifoler à droite et à gauche...no more fooling around on me...pigé?

Bo Diddley est reconnaissable entre mille, voici la locomotive 'Dearest darling', elle tourne à plein régime.

Présentation de la légion et une dernière, le blues 'Come on down'.

Le public veut naturellement plus, pas de cinéma, on reste sur scène et on vous balance en enfilade the whiteman's dance, un morceau funky proche de Jimi Hendrix, époque ' Them Changes' et 'Boogie Woogie Country Girl' de Big Joe Turner.

Un final juteux

Le 25 juillet à Kasterlee, De Wisselfeesten!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 33908 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte