Magazine Science

Pluton : New Horizons révèle des paysages magnifiques et familiers

Publié le 18 septembre 2015 par Pyxmalion @pyxmalion

Magnifiques et stupéfiantes, les nouvelles images de Pluton prises le 14 juillet et transmises récemment par New Horizons montrent un monde, bien que petit, lointain et glacial, qui partage plusieurs traits communs avec la Terre. On a l’impression d’observer un paysage familier.

Clyde Tombaugh, qui découvrit Pluton il y a 85 ans, était sans doute loin d’imaginer un monde aussi complexe et fascinant comme celui que nous a enfin dévoilé cet été, New Horizons. On ne peut que deviner sa joie, son exaltation, voire sa stupéfaction — la même que celle qui s’empare de toute l’équipe scientifique, et de quiconque les observe — en parcourant chaque nouvelle image transmise par la sonde spatiale. Rappelons qu’elles ont toutes été collectées le 14 juillet, à l’occasion du survol historique, à près de 5 milliards de km de la Terre (il a fallu 9 ans et demi à New Horizons pour atteindre Pluton, à une vitesse moyenne de 49.000 km/h) de cet astre de 2.370 km de diamètre, et nous sont parvenues, comme prévu, au compte-goutte.

Nous étions déjà tous admiratifs devant les premières salves d’images (prises la veille et le jour même de cette visite) téléchargées les heures suivantes, mais à présent qu’une nouvelle série de transfert a commencé, comprenant des images en plus haute résolution et des points de vue inédits, on est encore plus impressionné.

montagne et glaciers de Pluton

Vue plus détaillée de la plaine Spoutnik (partie droite) et de ses glaciers coulants. À gauche et en bas, Norgay Montes. Certaines de ces montagnes culminent à 3.500 m. À l’horizon, les reliefs de Hillary Montes. Les brumes sont rétroéclairées par le Soleil couchant. L’image couvre une région qui s’étend sur 380 km. Téléchargez l’image en haute résolution ici (2,2 Mo)

En regardant les photos que les chercheurs ont reçu le 13 septembre, on oublierait presque qu’il s’agit de la fameuse planète naine située dans la ceinture de Kuiper, au-delà de l’orbite de Neptune. Les montagnes (jusqu’à 3.500 m) surplombant la grande plaine glacée et scintillante baptisée Spoutnik (au sein de la région Tombaugh) nous renvoient à des paysages connus sur Terre, dans les régions polaires. Cette nouvelle image prises le 14 juillet, à 18.000 km, 15 minutes après le survol le plus rapproché de la surface (12.500 km), éclairés par un Soleil couchant, donc rasant, montrent des paysages avec des ombres allongées. On y appréhende mieux que jamais ses aspérités. On reconnait d’ailleurs, à l’avant-plan, à l’ouest de la plaine Spoutnik, Norgay Montes et, sur le limbe, la chaine Hillary Montes. Cela donne des frissons de les voir ainsi presque palpables. « Cette image nous donne vraiment l’impression d’être là, au-dessus de Pluton, et de sonder le paysage soi-même, raconte le directeur de la mission, Alan Stern (SwRI), c’est une aubaine scientifique qui révèle de nouveaux détails sur l’atmosphère, les montagnes, les glaciers et les plaines de Pluton ».

L’image du limbe de Pluton laisse entrevoir de nombreuses couches de brume qui s’empilent jusqu’à 100 km d’altitude dans son atmosphère riche en azote.« En plus d’être visuellement superbes, ces basses couches de brumes font allusion à une météo qui change de jour en jour, comme cela se passe ici sur Terre », indique dans le communiqué de la Nasa, Will Grundy de l’observatoire Lowell à Flagstaff (Arizona) et membre de l’équipe scientifique. À la différence toutefois que notre monde est plus douillet (15° en moyenne) car distant de seulement 150 millions de km du Soleil, alors que là-bas, en été, la température n’excède pas – 230 °C.

zrzrtr

Sur cette image qui couvre un espace de 185 km, on aperçoit une brume qui couvre la surface de Pluton, en rase-mottes. Téléchargez l’image en haute résolution ici (0,6 Mo)

Tout indique par ces images que les paysages sont modelés par un cycle de l’azote qui n’a rien à envier à notre cycle de l’eau ou encore celui du méthane liquide sur Titan. Les glaces de la plaine Spoutnik semblent en effet, en partie, se sublimer et se redéposer plus à l’est.« Nous ne nous attendions pas à trouver sur Pluton des indices d’un cycle glaciaire à base d’azote à l’œuvre dans les conditions glaciales du Système solaire externe, commente Alan Howard, un des géophysiciens de la mission et de l’équipe d’imagerie de l’université de Virginie. Conduit par la faible lumière du Soleil, ce serait directement comparable au cycle hydrologique qui alimente les calottes glaciaires sur Terre, lorsque l’eau est évaporée des océans, sous forme de neige, puis retourne à la mer à travers l’écoulement glaciaire. »

« A cet égard, Pluton est étonnamment plus semblable à la Terre que quiconque ne l’avait prédit », souligne Alan Stern. Il y a tant de choses à regarder sur ces nouvelles images. La lointaine planète naine dont les années durent 248 ans continue de nous surprendre.

Téléchargez la première image (en Une) en très haute résolution ici (3,7 Mo).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pyxmalion 19514 partages Voir son profil
Voir son blog