Magazine Cinéma

Film : "Sangue di mio sangue" de Marco Bellocchio

Par Dina_gar

   Le film se compose de deux parties diverses séparées par quelques  siècles (4 ? ) avec comme point commun  la petite ville de Bobbio (province de Piacenza) et son couvent , devenu prison .

. Bobbio est chère à Bellocchio , il y est né ,  y a passé son enfance et tous les ans , il y dirige un" laboratoire" cinéma et un festival  , le Bobbio film festival. C'est à Bobbio  qu'il a tourné son premier film en 1965 " i pugni in tasca" ("les poings dans les poches")

Première partie

   Un homme d'armes , Federico Mai (référence aux " sorelle Mai" ?  (Pier Giorgio Bellocchio ) frappe à la porte du couvent car il veut des éclaircissements sur la mort par suicide de son frère jumeau , prêtre  dans ce couvent. Il s'avère que la jeune et belle Soeur Benedetta( Lidiya Liberman) a séduit Patrizio qui, fou d'amour, s'est suicidé. Federico succombe aussi  aux charmes de cette religieuse   qui va être enfermée et murée dans le couvent. Cette  histoire rejoint  un peu celle de la "religieuse de Monza " ...

   Deuxième partie

   La prison est vide , seul , un vieux comte  y habite (Roberto Herlitzka ) . On l'appelle le "vampire" car il ne sort que la nuit.  ... Un autre Federico  ,  ministre (je ne sais plus de quoi ...) , accompagné d'un milliardaire russe qui veut acheter la prison , prennent "un pot" sur  une  place de Bobbio... Cela crée une "belle" (?)animation  dans la petite ville ; des filles tournent autour... et certains en profitent pour  dirent leurs doléances ; en particulier la femme du "vampire " qui se plaint de ne plus recevoir de pension  puisque son mari  n'est" ni mort  ni vivant"...  La fin du film relève de la pure fantaisie .

   A la vision du film on rit beaucoup .. .  Bellocchio y a mis beaucoup de lui-même , sa ville ,  ses souvenirs et  ses enfants  acteurs (Pier Giorgio et Elena)....  Un film très italien ,  caustique par certains côtés, l'Eglise en prend "plein la façade", mais aussi la politique avec ce ministre de pacotille qui est prêt à solder un bâtiment de la ville au profit du  nouveau riche venu de  Russie , avec un fort parfum de corruption .... Un portrait désolant de l'Italie qui lui colle à la peau  au point  qu'on ne s'en étonne même plus. C'est devenu "normal " après le passage au gouvernement  d'un  joyeux luron  qui a appauvri le pays  dans tous les domaines ,surtout culturellement ; il a collé sur beaucoup d' italiens  une étiquette de vulgarité...

   Un très beau film à voir... Si j'étais plus jeune , j'irais vite voir cette ville magnifique (d'après les photos sur internet )qui a su garder son aspect médiéval ....

  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dina_gar 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte